×
108
Fashion Jobs

Fashion Week de Londres : l'effet Brexit n'a pas eu lieu

Par
Reuters
Publié le
today 21 sept. 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ce mardi, Londres a conclu sa toute dernière édition de la Fashion Week, après cinq jours durant lesquels griffes de luxe mais aussi grand public ont pu dévoiler des collections colorées et éclectiques, le tout dans un contexte d'incertitude alimenté par le Brexit.

Mulberry SS17 London Fashion Week - PixelFormula


Après les défilés printemps-été de New York, Londres a présenté sa première Fashion Week depuis le vote surprise qui a sanctionné la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Outre les dernières tendances de la mode, les incertitudes liées à cette séparation et à son impact sur le secteur ont été un des principaux sujets de discussion parmi les fashionistas.

« Il y a eu beaucoup de questions concernant la période suivant le Brexit. Cela va-t-il changer les choses ? Pour nous, il est très important que ce ne soit pas le cas », a ainsi déclaré Caroline Rush, directrice du British Fashion Council (BFC). « Nous considérons plutôt ceci comme une occasion de réaffirmer nos partenariats, d'en créer de nouveaux et de développer nos activités non seulement avec l'Europe mais aussi avec le reste du monde. »

Selon une enquête réalisée avant le référendum, plus de 90 % des créateurs déclaraient vouloir rester dans l'Union européenne.

Le secteur de la mode représente environ 28 milliards de livres (32,6 milliards d'euros) de revenus pour l'économie britannique, selon les chiffres du BFC, et nombreuses sont les marques présentes à travers le continent européen. L'an dernier, les exportations britanniques dans le secteur de la mode ont atteint 5,8 milliards de livres (6,75 milliards d'euros), soutenues notamment par les Etats-Unis, le Japon, l'Italie et la France.

« Si j'avais eu le pouvoir de décider, j'aurais choisi différemment - c'est-à-dire rester au sein de l'Union européenne, mais cela n'a pas été le cas et nous devons faire du mieux possible avec ce que nous avons », a déclaré Christopher Bailey, PDG et directeur de la création de Burberry. « Je reste très positif. Notre activité est très internationale. »

Malgré l'incertitude économique, les créations audacieuses n'ont pas manqué sur les podiums londoniens. Couleurs vives, ourlets courts et motifs asymétriques et excentriques ont marqué nombre de collections.

A la question de savoir si l'impact du Brexit s'était déjà fait sentir, Amy Molyneaux, créatrice de PPQ, a répondu : « En termes de créativité, car il s'agit bien de cela, non. »

Aux tous premiers rangs, les acheteurs internationaux étaient présents comme d'habitude, aux côtés des rédacteurs et blogueurs de mode .

« Il y a encore tellement d'incertitude concernant l'impact du Brexit pour les créateurs en particulier, leur travail et leurs activités d'affaires », a précisé la blogueuse Susanna Lau. « Je pense que le message et le sentiment sont que Londres reste actif, mais nous devons encore découvrir ce que cela implique pour l'avenir. »

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.