×
105
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Fusillade dans un magasin de luxe londonien : la victime était harcelée par le tueur

Par
AFP
Publié le
today 14 sept. 2005
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LONDRES, 14 sept 2005 (AFP) - La jeune femme tuée par balles mardi au rayon parfumerie d'un grand magasin de luxe au centre de Londres était harcelée depuis longtemps par son meurtrier, un ancien vigile du magasin, a-t-on appris mercredi auprès de collègues de la victime.

Clare, 22 ans, avait fréquenté le jeune homme, un Tchèque de 30 ans, avant de décider "qu'elle ne voulait plus rien avoir à faire avec lui", selon des amis et collègues.

Mais il avait continué à l'importuner, la suivant en permanence, au point qu'elle avait dû demander à la justice de lui ordonner de mettre fin à ce harcèlement, selon ses collègues à Harvey Nichols.

Mardi soir, quelques minutes avant la fermeture des portes, l'homme est entré dans ce grand magasin du quartier chic de Knightsbridge et s'est dirigé tranquillement vers le rayon des cosmétiques avant de tirer cinq coups de feu, dont trois ont atteint le jeune femme. Il a ensuite retourné l'arme vers lui, se donnant la mort.

"Nous pouvons confirmer que mardi à 19H40 (18H40 GMT) une fusillade a eu lieu au rez-de-chaussée du magasin de Knightsbridge, qui s'est soldée par la mort d'une employée du rayon parfumerie et d'un ancien employé du magasin", a confirmé Julia Bowe, directrice du marketing de Harvey Nichols.

Elle a précisé que l'homme était un agent de sécurité qui avait quité la compagnie en décembre.

Les employés traumatisés ont reçu une aide psychologique mercredi en arrivant au travail. L'accès au rez-de-chaussée était barré par la police, mais les clients pouvaient se rendre dans les autres étages.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.