Gilets jaunes : une “catastrophe” pour le commerce et l’économie, selon Bruno Le Maire

Les troubles déclenchés par le mouvement des « gilets jaunes” sont une « catastrophe » pour l’économie française, a déclaré dimanche le ministre de l’Economie et des finances.


Lors de la manifestation des gilets jaunes le 8 décembre sur les Champs-Elysées, à Paris - Reuters

Bruno Le Maire visitait un des quartiers de Paris touchés par les violences qui ont marqué, pour la quatrième semaine consécutive, les manifestations de samedi liées au mouvement des « gilets jaunes ».

Il a estimé que l’impact sur l’économie française de ce mouvement, parti à la mi-novembre d’une contestation des hausses de taxes sur les carburants mais élargi depuis à des revendications hétéroclites, était « sévère ».

« Je ne peux pas vous donner d’évaluation précise pour le moment mais je le ferai dans les prochains jours », a-t-il dit. « Et il faut nous attendre à un nouveau ralentissement de la croissance en fin d’année, étant donné les événements que nous venons de traverser. »

Un manque à gagner de 1 milliard d'euros pour les distributeurs

Les distributeurs évaluent eux à 1,0 milliard d’euros le manque à gagner subi par le secteur depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », a déclaré la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD). Blocages, manifestations, violences et fermetures de magasins ont entraîné de fortes baisses de chiffre d’affaires pour les distributeurs comme Carrefour ou Casino depuis le début du mouvement, le 17 novembre.

Bruno Le Maire a souhaité que la France sorte « le plus rapidement possible » de cette crise des « gilets jaunes ». « Nous sommes prêts à ouvrir un dialogue approfondi, à apporter des solutions qui soient fortes et crédibles », a-t-il dit. « Mais ça ne peut se faire qu’en tirant définitivement un trait sur la violence et sur les manifestations désordonnées qu’on a pu connaître au cours des derniers jours. »

« C’est une catastrophe pour le commerce, c’est une catastrophe pour notre économie », avait-il déclaré auparavant. « La facture des dégâts doit être prise en charge par l’Etat, par la solidarité, par les assureurs, tout le monde doit y mettre du sien. »

Il a estimé que les charges à verser à la fin de l’année par les commerçants touchés par les dégradations commises lors de ces manifestations devaient être repoussées. « Nous avons demandé (...) que la situation personnelle de chaque commerçant soit prise en compte pour les charges sociales comme pour les charges fiscales », a-t-il ajouté.

De façon générale, pour le ministre de l’Economie et des finances, « il est important de mesurer la profondeur de la crise qui traverse la France et les Français ». « Ce n’est pas qu’une crise sociale, c’est une crise démocratique, c’est une crise de la nation, une nation qui n’arrive plus à se projeter de manière unie dans son avenir, et la réponse doit se situer à cette hauteur-là », a-t-il ajouté.

Une réponse politique au mouvement des « gilets jaunes » est attendue en début de semaine du chef de l’Etat, Emmanuel Macron.

136 000 manifestants samedi

Quelque 136 000 personnes ont participé samedi en France aux manifestations liées au mouvement des « gilets jaunes », qui ont donné lieu sur tout le territoire à 1 939 interpellations, dont 1 709 gardes à vue, selon un bilan consolidé diffusé dimanche par le ministère de l’Intérieur.

En nombre de manifestants, c’est l’équivalent des manifestations du 1er décembre, précise le ministère, qui fait par ailleurs état sur son compte Twitter de 264 personnes blessées, dont 39 policiers et gendarmes.

A Paris, les manifestations liées au mouvement des gilets jaunes ont réuni environ 10 000 personnes et donné lieu à 1 082 interpellations, selon la préfecture de police. Elle faisait par ailleurs état samedi soir de 71 blessés, dont sept pour les forces de l’ordre, dans la capitale.

Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresSportDenimLingerieBalnèaireLunettesMariageMode - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER