×
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
16 janv. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Givenchy : des looks pour lauréats des Oscars dignes d’un maharaja

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
16 janv. 2020

Il est toujours sacrément difficile de prédire qui portera quoi aux Oscars, mais il faut avertir les stylistes de L.A. : il n’y aura pas beaucoup de stars de cinéma mieux habillées que les hommes qui porteront la dernière collection Givenchy, dont le final était absolument sublime.


Givenchy - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter masculin - Paris


Inspirée par le Maharaja d’Indore, un aristocrate indien à la fabuleuse richesse, qui après avoir étudié à Oxford vécut une vie ultra-cosmopolite dans l’Europe des années 1930, cette collection de mode était vraiment éblouissante. Le maharaja a travaillé avec des artistes comme Le Corbusier, Ruhlmann, Brancusi ou encore Eileen Gray pour bâtir un palais Art Moderne aux formes profilées dans son pays, qu’il a nommé le Manik Bagh. Il a commandé des bijoux à Harry Winston et Chaumet pour sa première femme, la Maharani Sanyogita. Il a été peint par Boutet de Monvel et immortalisé par Man Ray dans des épreuves sur gélatine-argent.

Tout ce glamour exubérant, mais additionné d’un twist occidental plein de séduction, ont nourri cette collection automne-hiver 2020. Cette dernière s’achevait triomphalement sur une redingote de soirée en crêpe noir coupée avec dextérité, avec des galons rouges et portée sur une chemise blanche au col gigantesque, suivie d'un gilet croisé blanc au drapé fabuleux. Les deux étaient associés à des pantalons de smoking taille haute terminés par de larges ceintures intégrées en gros-grain, avec des fermeture éclair. La meilleure pièce de toutes était un remarquable manteau de soirée croisé orné de grappes de perles de jade et de rocailles: un dieu du rock au sommet de son style. En résumé, de la couture masculine entre Bombay et Paris, idéale pour Hollywood le mois prochain.

Tout au long du défilé, les vestes étaient parachevées par de grosses épingles à nourrice ornées de pierreries, ou des médaillons. Presque chaque silhouette était complétée par des bottes western métallisées à bouts carrés, et coiffée d’un gros chapeau de cowboy. Pour le jour, la directrice artistique de la maison, Clare Waight Keller, a proposé des coupes pleines d’aplomb, des costumes croisés en sergé noir aux lignes affûtées à l’épatant manteau de ville croisé façon tweed, parachevé par des bottines de chauffeur. Elle avait orchestré le défilé avec son casting de mannequins aux superbes chevelures dans les salons Givenchy de l’avenue George V – non loin des lieux de prédilection du Maharaja dans le Paris d’autrefois.

Mais après la mort de sa première femme à l’âge de 23 ans, celui-ci a fini par épouser non pas une mais deux divorcées américaines, et s'installer à Los Angeles. Des photos d’archives le montrent en compagnie de Gary Cooper sur le tournage d’Une aventure de Buffalo Bill, à l’époque où l’acteur était le plus élégant des premiers rôles Hollywoodien.

« Le Maharaja avait cette façon incroyable de passer d’une culture à l’autre. Et ça parle aux modes de vie qu’on recherche aujourd’hui. C’est vraiment cette opulence dans laquelle il vivait qui a nourri ce final couture », expliquait Clare Waight Keller, qui a été inspirée par une exposition sur l’aristocrate indien, au Musée des Arts Décoratifs de Paris.

Même la bande-son était parfaitement à l’image de cette atmosphère, en commençant par Raga Mishra Bhairavi et de la pop arty pleine de sitars, pour finir sur le rock dense et cotonneux de Charlotte Gainsbourg sur son titre Pleasant.

« C’est remarquable, la façon dont sa vie a évolué pour passer de cette opulence incroyable et ce statut royal à une existence qui était presque celle d’un vagabond. Il a rencontré une fille de L.A., et décidé de passer par Paris, il a fréquenté Man Ray qui a fait ces portraits sublimes de lui. Et il a commencé à adopter un mode de vie occidental, mais sans abandonner la beauté de ce qu’il avait avant. Alors, il s’est mis à choisir et personnaliser son propre look, de la couture occidentale avec un regard oriental, en mélangeant tout ça avec ses bijoux incroyables », concluait la créatrice, qui présentera mardi prochain le défilé Givenchy Haute Couture. Ce qui fait d’elle la seule créatrice d’origine britannique à présenter à la fois des défilés masculins, de prêt à porter féminin et de Haute Couture.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com