Hana San dédie un e-shop à ses chemises japonisantes

Après 25 ans en tant que responsable de collection pour la marque de prêt-à-porter féminin Eva Kayan, la créatrice Carine Melkonian a décidé de se lancer en solo avec Hana San. Cette griffe française d’inspiration japonaise créée en 2016 se concentre sur un produit et une matière : la chemise en coton. Jusqu’ici distribuée en magasins multimarques uniquement, Hana San a inauguré son e-shop à la mi-mai.
 
L'une des images de la collection automne-hiver 2018 de Hana San - Hana San

« Avec ce site marchand, mon but est double : gagner en notoriété et augmenter mes ventes. Pour autant, je veux le faire en bonne intelligence avec mon réseau de détaillants multimarques, car jusqu’à aujourd’hui, c’est eux uniquement qui ont fait vivre Hana San. C’est pour cela qu’il n’y aura pas de prix cassés sur l’e-shop, ni de soldes avant les soldes », précise Carine Melkonian.
 
Distribuée, grâce à dix agents commerciaux, en France, en Hollande, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suisse et tout récemment aux Etats-Unis, c’est tout de même au sein des frontières hexagonales que Hana San réalise 70% de son chiffre d’affaires. A l’avenir, Carine Melkonian aimerait installer ses chemises, dont le cœur de cible est principalement composé de femmes de 40 à 50 ans, en Belgique et en Scandinavie pour augmenter le nombre de ses clients multimarques actuellement porté à 150.
 
En plus de grands magasins comme Bongénie à Lausanne et Genève, Hana San est distribuée depuis ses débuts chez Lulli et sa boutique en ligne, ainsi que dans des hôtels comme le Grand Hôtel de Cala Rossa en Corse. Pour l’hiver prochain, c’est au concept-store L’Exception que la marque tricolore fera son entrée.
 
Si la création d’un e-shop est, pour Hana San, la première excursion en vente directe, Carine Melkonian n’exclut pas d’ouvrir un jour son propre espace de vente. Tout comme d’accueillir un investisseur au capital de sa marque, dont elle est pour l’instant la seule propriétaire.
 
Dans un futur plus proche, la marque devrait élargir l’éventail des vêtements proposés. Si aujourd’hui, parmi les 20 modèles qui composent l’offre du printemps-été 2018, l’on retrouve quelques robes et quelques blouses, les 30 pièces de la collection automne-hiver 2018 devraient compter parmi elles d’autres produits qui valoriseront la chemise. Ces derniers seront également positionnés sur un segment haut de gamme (il faut compter 200 euros pour une chemise), en raison de la production quasi exclusivement portugaise de Hana San et de la qualité des tissus, tous originaires d’Italie ou du Portugal.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER