Hermès, dans la douceur d’un après-midi d’été

Après le cloître de l’hôtel de l’Artillerie en janvier dernier, Hermès est revenu dans le cloître des Cordeliers, occupé par l’Ecole de Médecine Pierre et Marie Curie, pour présenter sa collection masculine pour le printemps-été 2019. Au-dessus des massifs d’hortensias, du linge sèche à des fils suspendus d’une fenêtre à l’autre : chemises, caleçons, tricots, chaussettes... Un cadre familial pour un vestiaire qui se veut avant tout portable. Sophistiqué, mais décontracté.

Voir le défilé
Les couleurs d'Hermès pour l'été prochain - © PixelFormula

« J’ai voulu de vrais vêtements, pour la vraie vie, pour de vrais hommes ! Des vêtements pour se sentir bien, mais aussi pour susciter de l’envie et du désir. Un casual chic, sophistiqué et très sensuel », explique la directrice artistique, Véronique Nichanian, qui distille saison après saison un vestiaire à l’élégance intemporelle et moderne.

Sans chaussettes dans leurs souliers cirés à lacets ou chaussés de confortables sandales en cuir, les mannequins alternent des tenues estivales à l’esprit frais, où confort et légèreté s’allient subtilement au luxe. Ils endossent des pantalons droits coulissés ou des joggings zippés à la cheville, parfois des shorts, avec des tricots, des t-shirts lâches s'ouvrant sur une épaule, des petits blousons ou coupe-vent, ou des impers impalpables.

Sous cette apparente simplicité se cache l’essence du luxe Hermès avec des matières précieuses inouïes. Ainsi des sweatshirts zippés à capuche en veau technique ressemblent à de la soie, d’autres, en agneau, à du nylon. Au toucher, on dirait du chiffon.

Voir le défilé
Hermès - printemps-été 2019 - © PixelFormula

On retrouve l’agneau dans des costumes ultra-doux, tandis que des petits blousons en daim sont construits dans quatre dégradés de gris. Le Toilbright, ce tissu imperméable à micro-chevrons léger comme une voile développé par la Maison, est utilisé dans des chemises à capuche et manches courtes brillantes.

Les couleurs oscillent entre des tons fanés (ciment, vieux rose, lie de vin, bleu grisé) et des teintes plus lumineuses et chaleureuses. « J’ai voulu des grands accents de vie avec des orange, des jaunes, du turquoise, comme des coups de fouet ou un électrochoc, qui donnent des nouvelles harmonies », souligne la styliste.

Pour le soir, en revanche, la palette s’assagit avec des blancs, des beiges et des écrus. Le blouson en daim zippé se porte à même la peau. Un tricot en lin dévoré porté avec nonchalance sur un short blanc avec des sandales donne à l’Homme Hermès une allure folle. « C’est l’heure de l’apéro en fin d’après-midi dans la douceur d’une fin d’été... » glisse Véronique Nichanian dans un dernier sourire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - AccessoiresLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER