×
421
Fashion Jobs
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
HOLY FASHION GROUP
Marketing Manager (d/M/W)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Freight Planning Lead
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Global Sales B2B System Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Head of Logistics
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Talent Business Partner Emea
CDI · ZURICH
MAMMUT
HR Business Partner (All Genders, 80-100%)
CDI · SEON
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap sd/ le (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Joop Brand Controller (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
B2B E-Commerce Manager (Joop, Strellson, Windsor.) (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
(Junior) Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
SEA Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
Par
AFP
Publié le
16 janv. 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hermès/LVMH: les actionnaires minoritaires de l'Adam ont déposé leur recours

Par
AFP
Publié le
16 janv. 2011

© 2011 AFP - L'Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam) a déposé un recours devant la Cour d'appel de Paris dans le dossier Hermès/LVMH, conformément à ce qu'elle avait laissé entendre au début de l'affaire, a annoncé samedi sa présidente Colette Neuville.

"Le recours a bien été déposé hier (vendredi) matin au greffe de la Cour d'appel", a dit Mme Neuville à l'AFP.

L'Adam avait annoncé par avance qu'elle ferait appel au cas où l'Autorité des marchés financier donnerait le feu vert à la parade élaborée par les héritiers de Thierry Hermes pour verrouiller le capital de leur société, face aux appétits du groupe LVMH du milliardaire Bernard Arnault.

La décision de la Cour d'appel n'est pas attendue avant plusieurs mois.

LVMH, numéro un mondial du luxe, n'a toujours pas dit s'il allait également faire appel de la décision du gendarme de la Bourse.

Chez Hermès, on s'est déjà dit "serein" face à l'appel annoncé de l'Adam.

La famille possède 73,4% du capital d'Hermès mais aucun héritier n'en a individuellement plus de 5%. LVMH, arrivé sans prévenir fin octobre au capital du sellier, détient désormais 20,21% des actions.

Pour se protéger, les héritiers de Thierry Hermès ont décidé début décembre de créer un holding regroupant plus de 50% du capital du groupe.

Or, la législation française oblige tout actionnaire ou groupe d'actionnaires qui franchit le seuil de 33% du capital d'une entreprise à faire une offre publique d'achat (OPA) sur le solde.

La famille Hermès a alors fait une demande de dérogation à l'AMF en expliquant qu'il s'agissait d'un simple reclassement des parts au sein d'un groupe familial, ce qu'a toujours contesté l'Adam.

L'AMF a jugé depuis que "les demandeurs à la dérogation font partie d'un groupe familial" et que la création du holding peut s'analyser effectivement "comme une opération de reclassement (...) sans incidence sur le contrôle de la société Hermès".

Le recours déposé par l'Adam suspend la constitution du holding.PARIS, 15 jan 2011 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.