×
118
Fashion Jobs

Hopps Group : une crise de croissance ou plus profonde ?

Publié le
today 19 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Présenté comme un groupe dynamique porté par la réussite, Hopps Group serait dans une (très) mauvaise passe depuis plusieurs mois. Le groupe, basé à Aix-en-Provence, est une holding montée en 2017 par Eric Paumier, Frédéric Pons et Guillaume Salabert avec pour ambition de créer le premier acteur intégré référent dans le secteur de l’e-logistique.


Frédéric Pons - Hopps Group


Hopps Group est divisé en trois filiales : Distri’Hopps (distribution et communication de proximité), Log’Hopps (solutions logistiques e-commerce) et Start’Hopps. Il possède, entre autres, Adrexo, Colis Privé et Cibléo tandis que Start’Hopps est son pôle mode avec Pataugas et Watts. Or selon nos confrères du Parisien dans un article daté du 16 septembre, le groupe serait « au bord de la cessation de paiement. » Après plusieurs alertes depuis la fin de l’année dernière, les différents syndicats ont voulu être rassurés sur la situation financière de leur employeur. En juin, le malaise été accentué quand les 18 000 salariés d’Adrexo ont vu leurs salaires versés en deux fois.

Adrexo, spécialisé dans les imprimés publicitaires, aurait selon un article des Echos daté du 18 septembre, aurait perdu près de 10% de son chiffre d’affaires au premier semestre de l’année suite au mouvement des gilets jaunes, ce qui représenterait un manque à gagner de 25 millions d’euros.

Néanmoins, le groupe qui ferait 540 millions d’euros de chiffre d’affaires vient de finaliser une opération de financement auprès de GDP Vendôme. Cette opération porte sur un montant de plus de 30 millions d’euros en capital  via obligations et prêts. Un montant utilisé, selon le Parisien, pour payer dettes et salaires. Selon les Echos, une opération du même montant devrait se concrétiser d’ici la fin de l’année.


Rachetée en 2017 à Vivarte, l'avenir de Pataugas semble très incertain


Malgré ces mouvements financiers en cours, les commissaires aux comptes de l’entreprise, KPMG Audi et Ernst & Young, écrivaient dans un courrier daté du 26 août, selon Le Parisien, que : « votre réponse ne nous semble pas apporter les solutions nécessaires pour assurer la continuité de l’exploitation. (…) » La prochaine assemblée générale est programmée pour le 24 septembre. Les commissaires aux comptes ont menacé de saisir le tribunal de commerce en cas de réponses jugées non satisfaisantes.

A l’heure actuelle, nous n’avons pas pu joindre directement les dirigeants d’Hopps Group. Etant donné le contexte, des interrogations demeurent quant à l'avenir du pôle mode, qui n'apparait pas central dans l'activité du groupe. Pataugas notamment serait, selon certains échos du secteur, une marque disponible sur le marché.

De son côté, Eric Paumier a déclaré au Parisien : « nous ne serons pas en cessation de paiements. Trente millions d'euros doivent être levés avant la fin de l'année sous forme de dette ou d'ouverture de capital. C'est en cours. À date, trois des quatre entreprises en difficultés ont été sauvés : Colis privé, Dispeo et ADS. Reste Adrexo dont nous devons redresser la barre. En 2020, notre budget sera à l'équilibre. Nous sommes confiants. »
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com