×
121
Fashion Jobs
SIDLER SA
Fabric And Raw Material Manager / Luxury Brand / Ticino
CDI · MENDRISIO
SIDLER SA
Showroom & Key Account Coordinator / Zürich
CDI · ZÜRICH
SIDLER SA
Retail Operations Director / Lugano
CDI · LUGANO
UB INTERNATIONAL SAGL
Senior Commercial Director/Ceo
CDI · BELLINZONA
THE KOOPLES
Sales Assistant w/m - Part Time 80% - Bern Westside
CDI · BERNE
CLAUDIE PIERLOT ALLEMAGNE
Vendeur(se) - 35h - Outlet Aubonne H/F
CDD · AUBONNE
THE KOOPLES
Sales Assistant Jelmoli - Zurich - Full Time / Asap
CDI · ZURICH
MORGAN
Responsable Adjointe 100%
CDI · GENÈVE
SANDRO SUISSE
Responsable de Corner Genève M/W H/F
CDI · GENÈVE
ZADIG ET VOLTAIRE
Conseiller(e) de Vente - CDI Temps Partiel - Globus Lausanne (H/F)
CDI · LAUSANNE
CONFIDENTIEL
Conseiller(Ère) de Vente (H/F) - CDI 40h - Globus Lausanne
CDI · LAUSANNE
MABE VISUAL
Stage Business Développement & Gestion de Projets
Stage · GENÈVE
BABYWISSEN
Praktikum im Bereich Online Marketing
Stage · ZÜRICH
SOCIÉTÉ ANONYME
un(e) Conseiller(Ère) de Vente
CDI · GENÈVE
1.2.3
Hotesse de Vente
CDI · MORGES
MAJE
Verkäufer 50% - Maje Globus Bern H/F
CDI · BERN
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur(Euse) - 28h - Boutique Genève H/F
CDI · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur - 41h - Manor Genève H/F
CDI · GENÈVE
CL CHANTELLE LINGERIE - CHANTELLE / PASSIONATA / CHANTAL THOMASS
Marketing & cs Assistant (80%) Per Sofort
CDI · ZURICH
DIGITAL MINDS
Praktikum Online Marketing Manager
Stage · GENF
THE KOOPLES
Concession Manager w/m - Lausanne - Full Time
CDD · LAUSANNE
EVERDRESS
Stage de Gestionnaire de Vente et Assistant Marketing
Stage · GENÈVE

Ian Rogers (LVMH) : "Dans le futur, chaque euro dépensé dans le commerce sera omnicanal"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 19 mai 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Parmi tous les grands décideurs du luxe, c'est peut-être Ian Rogers, le responsable du numérique du groupe LVMH, qui a eu la semaine la plus chargée : c'est lui qui est derrière le prix LVMH Innovation Award, qui récompense les start-up technologiques les plus innovantes. Nous l'avons rencontré pendant sa visite du LVMH Luxury Lab, dans le cadre de VivaTech, l'énorme conférence des technologies fondée en 2016 et soutenue par le groupe de luxe français. 


Ian Rogers


« Les 30 finalistes que nous avons sélectionnés sur le stand LVMH explorent les domaines de l'intelligence artificielle, de la recherche visuelle, du commerce omnicanal... Chez LVMH, nous nous concentrons sur l'expérience de nos clients connectés, qui évolue beaucoup en ce moment », explique l'ancien cadre d'iTunes, qui a rejoint LVMH en 2015.

Si l'on en juge par le nombre de cadres de LVMH présents à l'événement, la technologie est clairement une obsession majeure pour l'entreprise, qui regroupe des dizaines de marques de luxe dont Louis Vuitton, Christian Dior, Givenchy, Fendi, Veuve Clicquot, Moët & Chandon, Hennessy et la chaîne de cosmétiques Sephora.

« Selon moi, nous avons dépassé le stade de la réflexion à propos du numérique. La technologie est présente dans tout ce que nous faisons. Le futur de l'industrie du luxe ne se jouera pas dans une lutte entre l'e-commerce ou les boutiques physiques. Chaque euro dépensé dans le commerce sera omnicanal. Et à mon avis, la frontière entre le commerce électronique et la distribution physique va devenir très floue. Si je découvre un produit sur Instagram, que je demande conseil à un vendeur sur WhatsApp ou WeChat avant d'aller le chercher en magasin, est-on encore dans le cadre du e-commerce ? Si je rencontre un vendeur dans un magasin Hublot, est-ce que c'est du e-commerce ? C'est juste une expérience client ! À l'avenir, nos relations avec les marques ressembleront à nos relations personnelles. Qu'il s'agisse de ma fille de 12 ans ou de mon père de 75 ans, je les vois en personne et, le reste du temps, je leur parle au téléphone ! Il n'y a pas besoin de choisir, ce n'est pas ainsi que nous vivons », s'enthousiasme Ian Rogers.

Quels sont les critères de sélection des candidats pour le LVMH Innovation Award ? « Sur les 1 000 candidatures, nous avons fait une présélection d'une centaine de dossiers. Et puis nous nous sommes tournés vers des partenaires, des investisseurs en capital-risque, des gens de la presse spécialisée, des membres des équipes LVMH : des professionnels dont le métier est d'évaluer les start-up. Nous leur avons demandé : "Qui a une chance, d'après vous ?" Et c'est comme ça qu'on a eu nos 30 finalistes ».

En un sens, cet « Innovation Award » est la version technologique du Prix LVMH du groupe, la récompense annuelle la plus généreuse pour les jeunes créateurs, qui attire également plus de 1 000 candidatures par an et bénéficie d'une importante couverture médiatique.

« Pour être honnête, choisir nos 30 candidats est un exercice très difficile. Il est très complexe de faire un choix objectif. Mais c'est ce que nous a appris avec le Prix LVMH : gagner, c'est une notion très arbitraire... tous les lauréats sont des gagnants au sens où nous l'entendons. Tout comme pour le Prix LVMH, ceux qui viennent à Paris pour interagir avec les créateurs ont tous gagné quelque chose. Ce que nous voulons, c'est construire des relations avec ces start-up, engager la discussion avec les meilleures du secteur. Ensuite, prendre une participation au capital, c'est une autre conversation. »


Les 30 candidats du LVMH Innovation Award, autour de Ian Rogers et Bernard Arnault

 
Le jury était composé de 10 personnalités, dont Bernard Arnault, son fils aîné, Antoine, Virgil Abloh, directeur des collections masculines de Louis Vuitton, Robert Kynd, directeur commercial de YouTube, Pierre Louette, PDG des Échos et du Parisien, et Bozoma Saint John, directrice marketing de Endeavor.

Plus tard, s'adressant à 500 personnes au CEO Forum de VivaTech, Ian Rogers a retracé son propre itinéraire personnel à Paris. « Pendant plus de 15 ans, j'ai vécu à Los Angeles et travaillé à San Francisco. Chez AOL, Yahoo!, Beats et Apple. Une heure en avion, ou six heures de route : je faisais la navette chaque semaine entre les deux villes. Pendant ces 15 années, San Francisco pensait que je faisais partie de l'industrie du divertissement et les gens à LA pensaient que j'étais un geek du secteur de la technologie. Au début, c'était difficile de faire le pont entre mes deux amours, la musique et la technologie, et puis j'ai réalisé que c'était exactement le rôle que je devais jouer. J'étais une abeille bourdonnant entre les fleurs, je construisais des passerelles entre ces deux cultures jusque-là très séparées. Aujourd'hui, j'exerce un rôle similaire dans mon travail actuel, sauf que la distance est plus grande, de Los Angeles à New York et jusqu'en Chine, en passant par toutes les cultures de nos maisons, ici à Paris », explique Ian Rogers, habillé d'une veste en soie Christian Dior par Kim Jones.

« C'est aussi la mission de VivaTech : faire le lien entre les cultures d'entreprise des grandes marques et les start-up qui vont écrire le futur de la mode. C'est la raison pour laquelle nous sommes réunis ici aujourd'hui, connecter le groupe LVMH avec ces jeunes entreprises qui, nous l'espérons, définiront l'avenir de notre industrie. »

Ian Rogers a ensuite présenté les 30 candidats, permettant à cinq d'entre eux de se présenter au public en seulement 90 secondes. Comme Slyce, une société de recherche de données visuelles qui travaille avec Tommy Hilfiger et 60 autres marques, ou Digital Genius, une plateforme d'automatisation du service client. À en juger par la réaction enthousiaste du gagnant, 3DLook, le prix représente beaucoup dans le monde des start-up du numérique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com