×
189
Fashion Jobs
ETAM LINGERIE
Responsable Marketing Suisse
CDI · LAUSANNE
ESTÉE LAUDER
Global Quality Assurance Audit Manager
CDI · Wollerau
GRAFTON DEUTSCHLAND GMBH
Business Controller Retail (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
GUCCI SWISS RETAIL SA
Gucci Team Manager (M/F/D)
CDI · ZURICH
INTIMISSIMI
Junior District Manager
CDI · LOSANNA
ETAM LINGERIE
Area Manager H/F
CDI · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
Indirect Procurement Buyer
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Counter Consultant Estée Lauder 40% Lausanne
CDI · Lausanne
ESTÉE LAUDER
Consultant Clinique 40% Globus Luzern
CDI · Lucerne
HUGO BOSS
Brand Manager Sneakers
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Brand Development Manager
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
Vas Administration Specialist
CDI · Lachen
BENSIMON AUTOUR DU MONDE
Conseiller-Ère Vendeur-Euse
CDI · LAUSANNE
APM MONACO
Conseiller de Vente H/F (CDD Genève)
CDD · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
Make-up Artist (All Genders) m.a.c Sion (40%)
CDI · Sion
GLOBAL COMMERCE MEDIA
Online Praktikum – Content Marketing & SEO
Stage · ZÜRICH
LA PRAIRIE
Internship: Community Management (1 Year)
Stage · VOLKETSWIL
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W), 40% - 60%)
CDI · Uster
ESTÉE LAUDER
Regional Operational Excellence & Continuous Improvement Lead
CDI · Wollerau
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 30 Stunden - Globus Glattzentrum- H/F
CDD · PARIS
ZADIG & VOLTAIRE
Sales Assistant - 80% - Aubonne Outlet
CDI · AUBONNE
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 sept. 2005
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Imelda Marcos opposée à la vente aux enchères de ses bijoux

Par
AFP
Publié le
12 sept. 2005

LAOAG, 12 sept 2005 (AFP) - Imelda Marcos, la veuve de l'ancien dictateur Ferdinand Marcos envisage de saisir la justice pour empêcher la vente aux enchères de ses bijoux estimés à plus de 10 millions de dollars, a-t-on appris lundi auprès de l'intéressée.


Imelda Marcos - Reuters/Cheryl Ravelo

Les bijoux saisis en 1986 font partie d'un trésor évalué à près de dix milliards de dollars amassé par l'ex-dictateur et son épouse durant vingt ans de règne.

"La vente est illégale car je n'ai jamais été condamnée pour corruption", a déclaré à l'AFP Imelda Marcos. Selon elle, la vente prévue à Genève en novembre ou mai 2006 est illégale car certaines pièces n'appartiennent pas au patrimoine national mais proviennent d'un héritage familial.

Les bijoux saisis ont été longtemps conservés dans des sacs Vuitton, a également précisé l'ancienne First Lady philippine, âgée de 76 ans, réputée pour ses trois mille paires de chaussures.

Des experts de Sotheby's et Christie's sont attendus mercredi à Manille pour estimer les gemmes, selon la Commission présidentielle pour la bonne gouvernance (PCGG). Cette agence officielle s'est vu attribuer la lourde tâche de récupérer ce butin, issu de vols et détournements.

Mais moins de 900 millions de dollars ont pu jusqu'à présent être récupérés par la PCGG, bien qu'elle ait été créée il y a 18 ans. 683 M USD ont par ailleurs été retrouvés sur des comptes secrets en Suisse.

Ferdinand Marcos, renversé en 1986 après une révolution populaire, avait fui aux Etats-Unis où il est décédé trois ans plus tard. Sa veuve avait eu l'autorisation de rentrer aux Philippines en 1991. Imelda Marcos a fait depuis l'objet de plusieurs procès, dont une condamnation ferme en 1998 à douze ans de prison, mais elle n'a jamais été emprisonnée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.