Importations bloquées : la fin du casse-tête




Le commissaire européen au Commerce M. Peter Mandelson et le ministre chinois du Commerce M. Bo Xilai sont parvenus le 5 septembre dernier à un accord pour libérer les 87 millions de pièces bloquées dans les ports européens.

Cet accord a rencontré l'adhésion des Etats membres de l'Union européenne. Ces produits constituaient un dépassement par rapport aux quotas de l'accord signé le 10 juin dernier qui prévoyait la mise en place de contingents d'importations en provenance de Chine pour dix catégories de produits.


Un délai d'un mois entre la signature de l'accord du 10 juin et son application

Les importateurs ont eu tendance à profiter des derniers instants pour effectuer leurs achats en Chine avant que cela ne soit plus possible, c'est ce qui explique que l'on soit parvenu rapidement à une situation de blocage.


Pénuries ?

Les 5 millions de pull-overs et le million et demi de pantalons bloqués dans les ports français correspondent respectivement à environ 5 et 1 % de la consommation française, ce qui éloignait tout risque de pénurie dans les linéaires de la distribution.


Une concession essentiellement européenne

L'accord du 5 septembre prévoit que tous les produits ayant obtenu une licence d'importation avant le 12 juillet pourront rentrer librement sur le territoire européen.

S'agissant des produits bloqués, une moitié des produits libérés viendra grossir les importations 2005 sans contrepartie, tandis que l'autre moitié sera libérée en contrepartie d'un transfert de la catégorie 2 (tissus de coton) vers les autres catégories, ainsi que d'une diminution des quotas 2006.

La concession émane essentiellement de l'Union européenne, puisque l'on observe une forte progression des quotas 2005, tandis que les niveaux de 2006 ont très peu diminué.

A titre d'exemple, pour la catégorie 5 (pull-overs) le niveau des quotas prévu dans l'accord du 10 juin était de 69 millions de pièces, il est désormais de 119 millions dans l'accord du 5 septembre, soit une progression de 72 %.

Pour les pantalons, les quotas 2005 sont passés de 104 millions de pièces à 124 millions (+ 19 %). Ces quotas concernent la période du 11 juin au 31 décembre.

Les quotas 2006 ont en revanche peu diminué, ils s'élèvent désormais pour les pull-overs à 190 millions de pièces, contre 200 millions de pièces précédemment, pour les pantalons, ils sont passés à 339 millions de pièces, contre 348 auparavant.


Les importateurs ne sont pas seulement les distributeurs

Les importations de produits chinois ne sont pas le fait des seuls distributeurs. Elles émanent également de fabricants qui pratiquent un sourcing complémentaire en grand import pour les produits basiques, alors même qu'ils fabriquent la majorité de leur production dans la zone Euromed.

Elles sont également le fait d'importateurs / grossistes, notamment asiatiques, qui ouvrent la vanne du sourcing chinois à de petites structures (magasins de détail et forains).

Il semble à ce titre nécessaire de poser la question du contrôle des conditions éthiques et environnementales de fabrication de cette marée de produits anonymes, qui perturbent les références prix du marché sans apporter l'engagement que les marques et les enseignes reconnues se doivent de garantir aux consommateurs qui leur font confiance.


Une alternative crédible : l'Euromed

La crise de cet été, à laquelle s'ajoutent les insécurités politiques et monétaires, montre à quel point la diversification des zones de sourcing est nécessaire pour sécuriser les approvisionnements.

A cet égard, la bonne tenue des importations françaises d'habillement en provenance de Turquie (+ 16 % en valeur pour les six premiers mois de l'année) confirme l'intérêt des distributeurs et des marques européens pour une alternative aux importations chinoises.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

TextileIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER