Inditex parie sur l'Asie pour mener sa croissance

L’Asie prend de plus en plus d’importance dans l’activité d’Inditex. Le continent a monopolisé certaines des ouvertures les plus marquantes de l’exercice écoulé et se consolide comme le deuxième marché de la société derrière l’Europe (hors Espagne).


Le magasin Massimo Dutti de Shenzhen - Inditex

En 2017, l’Asie a généré près d’un quart des ventes totales du géant galicien. Selon Pablo Isla, PDG d’Inditex, l’entreprise entend renforcer encore sa présence dans la région. Pour comparaison, les ventes réalisées sur ce continent il y a 10 ans ne représentaient que 8,9 % du chiffre global d’Inditex, selon le journal L’Expansion. Jusqu’à atteindre 19 % en 2012 puis 23,9 % des ventes en 2016. En contrepoids, l’Espagne recule dans l’activité du groupe, puisqu’elle est passée de 20,7 % à 16,9 % du chiffre d’affaires total.

Engagé tant côté retail qu'e-commerce, Inditex a mis en ligne en octobre 2017 son e-shop Zara en Inde, « avec une très bonne réception »; et a également ouvert des boutiques en ligne à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande et au Vietnam. Couvrant donc dorénavant une bonne partie de l’Asie du Sud-Est.

La Chine s’impose aujourd’hui comme le pays où le groupe possède la plus forte emprise commerciale, derrière l’Espagne, avec un réseau de 620 magasins. En 2017, on peut citer l'ouverture phare de Zara à Shenzhen, un flagship de 3 200 mètres carrés. D’autres inaugurations similaires sont intervenues à Bombay (Inde), Nagoya (Japon) ou Hanoi (Vietnam). Le groupe pilote en tout plus de 1 450 magasins en Asie, or il n’y comptait que 213 unités en 2006.

A Shenzhen encore, un magasin amiral signé Massimo Dutti a ouvert ses portes. Inditex a également modernisé l’image de Bershka à Tokyo, tandis que Pull & Bear a fait ses premiers pas au Vietnam, un pays dans lequel Pablo Isla a récemment indiqué qu’il souhaitait accélérer, après l’arrivée de Stradivarius et Massimo Dutti à Ho Chi Minh.

Le poids commercial de l’Asie dans l’activité d’Inditex se matérialise au-delà des points de ventes du distributeur espagnol : la région concentre en effet de nombreux fournisseurs et partenaires de la société. Ainsi, plus de 10 % des salariés du groupe sont basés en Asie, où il compte près d’un millier de fournisseurs et un total de 2 734 usines, soit presque le même nombre qu’en Europe. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER