×
Publié le
26 juin 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Intensité et nonchalance chez Craig Green, Loewe et Hermès

Publié le
26 juin 2022

A Paris, les deux créateurs les plus artistiques de la mode masculine - Craig Green et Jonathan Anderson - ont apporté deux visions uniques et marquantes, avant qu'Hermès ne donne une leçon salutaire de chic nonchalant.
 

Craig Green: 'Decorated Man' au Musée de l’Homme


 
L'inspiration était "L'homme décoré" ; le lieu était le Musée de l'Homme ; et le résultat était le spectacle et la collection de la saison signés Craig Green.


Craig Green Spring/Summer 2023 collection - Craig Green

 
Maîtrisant des éléments disparates allant des housses de montres de la Seconde Guerre mondiale, en passant par des vêtements d'ouvriers et des bandes dessinées jusqu'à la poterie de Wedgwood, Green a présenté une brillante contemplation de la mode masculine, dont l'influence s'étendra à tous les continents.
 
D'abord avec son trio de looks d'ouverture entièrement blancs: une blouse de chirurgien et un pantalon large, accessoirisés par des ceintures Sam Browne, des colliers et des bracelets, des bouteilles d'eau, des clignotants et (première de ses nombreuses extensions créatives) un siège de moto. Par la suite, des éléments similaires sont repris dans un beige doux, cette collection déploie une palette de couleurs parfaite - anthracite, or délavé, denim gris-bleu et rose rosé.

Tout au long de ce show, on a eu l'impression que des nomades ont rassemblé des idées en parcourant la planète : des sacs à dos rembourrés argentés, des harnais de deltaplane ou des sacs pour homme, mais aussi des housses d'ordinateur portable, des ceintures et finitions de pantalon en or rose. Souvent, les patchs argentés sont fonctionnels - de véritables sacs dans lesquels on peut envelopper le vêtement.
 
Craig a également repris sa signature, des tentes gonflables, étendues sur les épaules de plusieurs mannequins, qui se détachaient graphiquement à l'intérieur du musée parisien, recouvert de plastique blanc pour le défilé.
 
Une mode conceptuelle de haut niveau, mais basée sur de superbes vestes en coton cireux, des cache-nez argentés mats, des blazers rembourrés et des pantalons ergonomiques. Il n'était donc pas étonnant de voir un premier rang garni des meilleurs détaillants du secteur.
 
L'inspiration initiale de Green: l'Homme décoré, dont le concept est le corps comme art.
 
"Nous essayions de faire un homme très pratique, donc nous avons ajouté une selle et une échelle. Et des objets conceptuels - des canettes dans lesquelles on ne peut pas boire, ou des valises que l'on ne peut pas ouvrir", s'amusait le designer en coulisses.
 
Une section héraldique composée de manteaux géants matelassés avec des collerettes et des armoiries, s'inspirait à son tour des motifs et des formes des magazines de sport, où l'on pouvait choisir son propre blason pour l'école. Un final avec des manteaux matelassés à motifs héraldiques ; tunique et cape, le tout faisant référence à la maison de poterie et céramique britannique Wedgwood.
 
"C'était comme regarder Antiques Roadshow dans ma jeunesse, quand la trouvaille ultime était un pot Wedgwood !", a ajouté Green, qui a même inclus dans ce défilé une nouvelle vision plus risquée de son œuvre : de brillants tops bio-morphiques et découpés dans des mélanges de matériaux enduits et de papier tricoté japonais, associés à des pantalons matelassés.
 
Green est également passé à la vitesse supérieure avec sa collaboration de chaussures avec Adidasn choisissant cette saison d'utiliser la semelle " Boost " comme matériau de dessus.
 
"Je ne sais pas si je suis censé le dire, mais le matériau de Boost a été inventé pour le couchage des vaches avant d'être utilisée sur les chaussures de sport", a souri Green, qui a également présenté des sandales complètement plates, ainsi que des chaussures emballables et "zippables" garnies de fermetures éclair.
 
Il était difficile de trouver une note négative dans cette collection... car il n'y en avait pas. En résumé, après 12 jours de présentations de vêtements pour hommes et près de 100 défilés, Green a proposé la collection la plus remarquable.

 

Loewe: Nature-meets-technology

 

Tout tourne autour de la rencontre entre l'art, le discours social, la nature et les vêtements cool chez Loewe, où un autre décor tout blanc pour un remarquable plateau incliné. Et un changement de cap assez radical chez Loewe, avec de nombreuses idées de sport actif - leggings et tops à deux bandes - agrémentées d'une concoction arty.


Loewe - Spring-Summer2023 - Menswear - Paris - © PixelFormula

 
D'autres marques - de Dior à Zegna - ont fait référence aux grands espaces au cours de la semaine écoulée. Le directeur de la création de Loewe a envoyé la nature vivante sur le podium.
 
Il a travaillé avec un artiste espagnol, qui incorpore des plantes vivantes sur des tissus. Le résultat: des baskets sur lesquelles poussent des brins d'herbe de 15 cm de haut, ou des pantalons et des crombies recouverts de mousse.
 
"C'est un peu comme lorsque vous êtes jeune et que vous découvrez que vous pouvez faire pousser du cresson à l'intérieur d'une coquille d'œuf", sourit Jonathan Anderson, expliquant que Loewe prévoit de vendre de véritables graines avec les chaussures dans les boutiques phares.
 
De nombreux mannequins portaient des masques intégrant des écrans allumés ; d'autres ont dévalé la pente dans des manteaux cocons recouverts d'écrans de la taille d'un mètre.
 
"C'est l'idée que la nature peut être technologie, ou la technologie nature. Et que si nous expérimentons, nous pourrons trouver des méthodes différentes dans la mode afin de progresser", a-t-il ajouté.
 
Tous les écrans présentaient des images de la nature, comme des poissons tropicaux ou des abeilles affairées. Toutes provenant de la photothèque Internet Shutter Stock. Le tout formant un grand théâtre de la mode.
 
"Nous aimions l'idée que ces photos soient faites par des gens et simplement téléchargées", explique JonathanAnderson.  
 
Un élément clé du renouveau de Loewe par Anderson a été l'utilisation du cuir espagnol, légèrement plus brut que le cuir italien ou français, mais avec une main plus subtile. Son défilé était imprégné de ce matériau, des manteaux cocons aux bottes épaisses, tout comme les sacs à main, jusqu'aux fermetures à cordon.
 
"Je sais que la mode travaille avec le métavers, mais peut-être qu'elle doit être plus physique. Un peu comme la Silicon Valley, une oasis de technologie entourée d'une oasis de nature. La mode doit être une fenêtre sur le monde. Surtout en ce moment, lorsque nous allumons la télévision et que nous semblons moins progressistes", a conclu le Nord-Irlandais.
  

Hermès: Chic nonchalant


 
La nonchalance, du vieux mot français signifiant indifférence, était la clé de cette dernière collection Hermès. Un sentiment de légèreté et d'aisance flottait dans ce défilé, pourtant présenté sous un ciel menaçant.

Hermes Spring/Summer 2023 - Hermes


Les nuages étaient si sombres que la maison a distribué des parkas imperméables et de grands parapluies à tous les invités entrant dans la cour de la Manufacture des Gobelins, célèbre lieu de fabrication de tapisseries de la capitale française. Finalement, pas une goutte de pluie n'est tombée, car les vêtements suggéraient l'été, les terrasses ensoleillées, les cafés en bord de mer et les couchers de soleil méditerranéens.
 
"Je voulais laisser la ville de côté. Et je voyais des piscines ; des motifs ondulés, déformés comme lorsqu'on les voit à travers l'eau ; des couleurs étincelantes", a souri Véronique Nichanian, créatrice de mode masculine chez Hermès.
 
Dans un élan de surprise, Véronique Nichanian a même créé plusieurs méga sacs Birkin pour garçons, réalisés dans des carreaux très espacés pour être assortis aux chemises.
 
Pratiquement pas de costume en vue dans cette collection, mais une série de grands jerkins et de coupe-vent réalisés en nylon, en coton fin et en cuir seconde peau. Certains sont complétés par des incrustations qui ressemblent à des mini-carreaux. Presque aucun costume en vue donc, mais beaucoup de tricots moulants dans des teintes de soleil couchant et d'aube rose.
 
Presque tout est s'associait à des sandales techniques, comme si l'on était pressé de faire une baignade avant l'apéritif. Une bonne idée à la réflexion.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com