Interparfums : la croissance des ventes patine au premier trimestre

Paris, 25 avril 2019 (AFP) - Ralenti par un essoufflement des parfums Coach, le chiffre d'affaires d'Interparfums au premier trimestre s'est révélé inférieur aux attentes du marché, mais néanmoins « conforme » à celles du groupe, qui a ainsi maintenu jeudi ses objectifs annuels, récemment relevés.


Les parfums Coach accusent un ralentissement de leurs ventes - Coach

Ses ventes de janvier à fin mars ont totalisé 126,6 millions d'euros, en progression de 4,1 % sur un an mais d'à peine 0,3 % à devises constantes, selon un communiqué.

Les analystes du consensus Factset anticipaient plus de 142 millions d'euros. Les attentes étaient élevées après le relèvement des objectifs annuels du groupe début mars, justifié par ses dirigeants par un « bon début d'année ».

Cependant, le PDG d'Interparfums, Philippe Benacin, a gardé jeudi la formule d'un « bon début d'année », assurant dans le communiqué que le niveau d'activité du premier trimestre était « conforme » aux attentes du groupe et qu'il confortait son objectif de dégager 480 millions d'euros de chiffre d'affaires sur l'exercice, soit 5,4 % de plus qu'en 2018.

Les ventes de parfums sous licence Coach, fer de lance de la croissance du groupe l'an dernier, ont connu un trou d'air au premier trimestre (-16 % sur un an à 18,8 millions d'euros). Mais ce recul est « mécanique » compte tenu du boom de ces mêmes produits un an plus tôt. Il ne devrait en outre pas durer, grâce au lancement d'un sixième jus Coach dès le deuxième trimestre, a fait valoir le groupe.

La dynamique est venue des parfums Montblanc (+19 %, à 40,7 millions d'euros), qui ont notamment profité d'un « excellent démarrage » d'une troisième ligne masculine, Montblanc Explorer, ainsi que des parfums Jimmy Choo (+36 %, à 26,7 millions d'euros), également soutenus par de récents lancements.

En dépit du retentissement mondial de la disparition de Karl Lagerfeld en février, les parfums au nom du grand couturier, exploités par Interparfums, n'ont pas fait recette au premier trimestre (-19 %, à 2,7 millions d'euros), pas plus que les parfums Rochas, marque détenue en propre par le groupe (-6 %, à 8 millions d'euros).

Par zones géographiques, l'activité du trimestre écoulé a été portée par l'Amérique du Nord (+7 %) et l'Europe de l'Ouest (+8 %). Interparfums a aussi signalé un bond de ses ventes au Moyen Orient (+23 %).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

ParfumsBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER