Jonak muscle sa présence physique

Tout en renforçant son activité e-commerce, Jonak relance un nouveau cycle d’ouvertures de magasins. L’enseigne de souliers, dont le parc se compose de 75 points de vente sur le territoire français, s’offrira en l’espace de quelques semaines quatre nouvelles boutiques à l’enseigne. Et implantera un magasin hors de ses frontières grâce à un partenariat.


Le concept de boutique Jonak lancé en 2016 - Jonak

Après une salve d’inaugurations en 2016, la marque de chaussures parisienne avait depuis pris le temps de convertir 90 % de ses boutiques à son nouveau concept de magasin, tout de blanc vêtu. C’est aujourd’hui une nouvelle marche en avant qu’elle entreprend en s’installant à Saint Germain-en-Laye et à Annecy le 17 novembre, ainsi qu’à Boulogne-Billancourt le 20 novembre. En décembre, c’est à Nantes que l’enseigne posera ses valises. « Nous devons finaliser notre maillage en France et d’autres ouvertures interviendront en 2019 », exprime Marcel Nakam, le directeur général de la marque lancée en 1964, qui est aussi à la recherche d’un flagship dans le Marais, à Paris.

L’accroissement de la présence hexagonale de Jonak passe aussi par les grands magasins. Si elle opère une trentaine de corners aux Galeries Lafayette et au Printemps, elle a choisi d’intégrer l’hiver dernier une quinzaine de magasins Galeries Lafayette en wholesale, « dans des villes de plus petite envergure où nous ne serions pas allés en propre, comme à Dijon ou à Caen », énumère le dirigeant.

Présente dans une dizaine de pays en wholesale via une vingtaine de points de vente, Jonak concrétisera l’an prochain une première percée à l’enseigne en Russie. La marque y ouvrira un premier flagship via un contrat de master-franchise. Un mode de partenariat qu’elle cherche aussi à nouer au Moyen-Orient.

Cette conquête à l’étranger prend aussi le chemin de l’e-commerce. « Fin septembre, nous avons lancé la version internationale optimisée de notre site marchand avec les mêmes offres de livraison gratuite qu’en France, explique Marcel Nakam. Nous avons déjà constaté qu’en octobre, 20 % de nos ventes online ont été effectuées à l’export ». L’entreprise familiale, qui emploie 200 salariés, a augmenté son budget marketing sur Internet et parlemente avec des marketplaces à l’étranger. Cette année, l’enseigne va réaliser environ 6 % de ses ventes via l'e-commerce, alors que ce taux s’élevait à 4 % en 2017. Le directeur général reste secret sur le montant global du chiffre d’affaires, mais précise toutefois que celui-ci devrait progresser de 6 % à périmètre constant en 2018, soit la même hausse que celle enregistrée lors de l’exercice précédent.


La it-girl Sabina Socol collabore cet automne-hiver avec la marque. - Instagram/Jonak

Elaborant 400 références par saison et situant 80 % de sa production en Europe, Jonak entend proposer des souliers féminins plus mode, respectant les tendances du moment. Pour véhiculer cette image branchée, l’enseigne très active sur Instagram (153 000 abonnés) fait appel depuis plusieurs saisons à des influenceuses pour co-concevoir et promouvoir des capsules de chaussures lui permettant d’élargir son socle de clientes. Dans cet esprit de collaboration, Jonak va repousser ses frontières en décembre en promouvant une jeune artiste peintre canadienne, Laura Gulshani, qui bénéficiera d’une résidence artistique d’une semaine à Paris. Elle créera du contenu pour elle et pour la marque, qui se dotera ainsi de nouveaux visuels et invitera des clientes à se faire tirer le portrait.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER