×
Publié le
4 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kering et Bestseller investissent dans Vitrolabs et son cuir cultivé à base de cellules souches

Publié le
4 mai 2022

Société californienne spécialisée dans la culture du cuir à base de cellules souches, Vitrolabs a annoncé mercredi 4 mai avoir levé 46 millions de dollars (43,6 millions d'euros). A ce tour de table mené par le fonds Agronomics, ont également pris part les groupes danois Bestseller et français Kering, ainsi que l'acteur Leonardo Di Caprio, New Agrarian et Regeneration VC.


Vitrolabs


La start-up Vitrolabs a été lancée en 2016 avec pour ambition de développer et massifier la production de cuir cultivé en laboratoire à partir de cellules animales.

L'objectif est de proposer un cuir à l'ADN animal mais non issu d'une bête, à la différence des alternatives véganes à base de végétaux ou de plastiques. Fort du succès rencontré et du soutien de Kering sur les questions de tests, de tannages et finitions, Vitrolabs avait déménagé à l'automne dernier sur un nouveau site de 4.200 mètres carrés à Milpitas (Californie).

"À une époque où la gestion de l'environnement est plus importante que jamais, les entreprises de biotechnologie ont l'occasion de montrer la voie en changeant la façon dont nous produisons les matériaux et construisons les chaînes d'approvisionnement", relève le cofondateur de Vitrolabs, Ingvar Helgason. "En lançant la première production de cuir cultivé, nous franchissons une étape importante dans l'accomplissement de notre mission, qui est de conduire la transition vers un avenir plus durable."

Le cuir à base de cellules souches a de longue date attiré l'attention des groupes de luxe. En 2017 à Paris, Vitrolabs était l'une des pièces maîtresses de l'événement Fashion Tech Labs, dont l'inauguration avait entre autres attiré Antoine Arnault (LVMH) et François-Henri Pinault (Kering).

Le dirigeant de Kering avait à cette occasion insisté auprès de FashionNetwork.com sur l'importance stratégique de ces sources alternatives de cuirs et peaux au regard de l'évolution des attentes des consommateurs. "Il est clair que certains matériaux que nous utilisons aujourd’hui pourraient disparaître ou être interdits: notre responsabilité est de trouver des alternatives intelligentes", nous indiquait ainsi le dirigeant du groupe de luxe, qui a par la suite développé ses liens avec Vitrolabs.


Vitrolabs


Le cuir cultivé est surveillé de près par la filière internationale du cuir qui, face au nombre d'alternatives véganes, rappelle régulièrement que le cuir est une matière animale.

Une version cultivée du cuir pourrait offrir plusieurs avantages, comme une meilleure régularité et préservation des peaux, qui n'auront jamais été soumises aux vicissitudes de la vie animale. Surtout, dans une industrie du cuir où la majorité des peaux sont des produits collatéraux de l'industrie alimentaire, cette culture par l'ADN pourrait devenir une alternative aux élevages spécifiquement destinés à la production de peaux (crocodiles, serpents…).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com