×
92
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

L'accélérateur mode et luxe de Bpifrance cherche sa première promotion

Publié le
today 21 mars 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Il figurait en bonne place parmi les annonces concrètes du Contrat de Filière signé début janvier entre le gouvernement et le comité de filière présidé par Guillaume de Seynes. Le nouvel accélérateur dédié aux PME de la mode et du luxe est en train de se mettre en ordre de marche, sous l'impulsion de Bpifrance. L'organisme français de financement et de développement des entreprises est habitué à ce format d'accompagnement dans de nombreux secteurs ; il va commencer à l'appliquer à celui de la mode à compter de la rentrée prochaine.


Caroline Jadot présentant le nouvel accélérateur mode et luxe pour Bpifrance - FFPAPF


Le salon Traffic, initié par la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin et dédié aux entreprises du secteur, qui se tenait ces 20 et 21 mars au Carreau du Temple, était le cadre idéal pour présenter ce nouvel outil aux intéressés. Pour Bpifrance, Caroline Jadot a donc présenté le cadre et les critères de cet accélérateur mode et luxe, financé à la fois par l'organisme pilote, mais aussi par les comités professionnels de développement économique de la filière et les futures entreprises participantes.

Le programme d'une durée de 12 mois s'adresse ainsi aux entreprises dont le volume de chiffre d'affaires se situe entre 2 et 10 millions d'euros environ, de plus de 10 collaborateurs et trois ans d'existence minimum. Celles-ci peuvent être à la fois des marques, des fabricants, mais aussi des sous-traitants, l'accélérateur se destinant autant à l'amont qu'à l'aval de la filière. Ce sont 30 entreprises que Bpifrance sélectionnera d'ici l'été, pour un lancement en septembre prochain.

Avec pour vocation de fournir un diagnostic, mais aussi des solutions pour accélérer la croissance et faire franchir un nouveau cap aux PME sélectionnées, le programme se composera de deux volets : le parcours universitaire et le parcours conseil. La première partie entend livrer des enseignements spécifiquement pensés par des établissements supérieurs sur différents aspects stratégiques, marketing, commerciaux, financiers ou encore managériaux aux chefs d'entreprise sous forme de six journées de séminaires distillées tout au long de l'année, ainsi qu'un prolongement en e-learning.

La seconde partie de l'accompagnement se fera en revanche en entreprise : le volet conseil s'appuiera ainsi sur le diagnostic d'experts mandatés par Bpifrance, qui proposeront ensuite une dizaine de jours de conseil tout au long de l'année pour proposer des solutions pratiques et personnalisées selon les profils et les challenges propres à chaque entreprise.

Enfin, chaque dirigeant accompagné aura un référent tout au long de l'année qui sera en contact avec lui pour assurer la cohérence globale du dispositif.

Le recrutement, qui est en cours, doit faire émerger d'ici l'été une première promotion qui doit rassembler les qualités suivantes, selon Bpifrance : de l'engagement d'abord - « Cela peut paraître prenant pour un chef d'entreprise, mais l'expérience a prouvé que ce temps pris est très bénéfique et en fera gagner plus tard », estime Caroline Jadot -, mais aussi un sens du collectif, car l'accompagnement n'est pas seulement individuel et entend promouvoir un esprit d'entraide entre les PME et leurs acteurs, et enfin une ouverture au challenge par une équipe dirigeante « indépendante qui a la main sur les orientations stratégiques et les décisions d'investissement », précise Bpifrance.

Pour rappel, la naissance de cet accélérateur a été impulsée par le Comité stratégique de filière pour compléter les dispositifs existants mis en place par les organisations professionnelles pour les marques émergentes (comme Talents, Au-Delà du Cuir ou les Ateliers de Paris...), se situant sous la barre des deux millions d'euros de chiffre d'affaires, et ceux proposés par les acteurs de l'investissement pour les plus grandes structures au-dessus des 10 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com