×
Par
AFP
Publié le
23 sept. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Anglaise Lily Cole fait fi des critiques sur les mannequins trop maigres

Par
AFP
Publié le
23 sept. 2006

LONDRES, 23 sept 2006 (AFP) - En évoluant sur les podiums des défilés de mode de la London fashion week ces derniers jours, l'Anglaise Lily Cole semblait peu concernée par la polémique qui a fait rage autour des mannequins trop maigres.


Lily Cole à la Fashion Week de Londres
Photo : John D McHugh/AFP

Avec un poids d'à peine plus de 50 kilos pour 1,78 mètre, Lily Cole entre parfaitement dans la catégorie des mannequins trop maigres que certains aimeraient voir écartés des défilés car considérés comme de mauvais exemples pour les jeunes filles.

Lorsqu'elle est une fois de plus prise à partie sur sa silhouette filiforme, sa réplique est prête et fuse: "Je ne sais pas après quoi les gens en ont, je suis bien comme je suis".

"En fait, je vais aller boire un verre pour célébrer ma réussite", ajoute la jeune fille de dix-huit ans qui est une habituée des ripostes percutantes.

Elle est également une excellente élève. Elle doit faire son entrée au King's College, l'un des plus prestigieux établissements de l'université de Cambridge qui a notamment accueilli l'écrivain Zadie Smith et l'économiste John Maynard Keynes.

Lily Cole a fait sa scolarité dans l'école privée pour filles Godolphin and Latimer de l'ouest de Londres, où les frais annuels atteignent près de 12 000 livres (17 890 euros). Elle a étudié l'anglais, l'art dramatique, la philosophie et l'histoire.

Elle est devenue mannequin après avoir été repérée, à l'âge de 14 ans, par un chasseur de tête alors qu'elle se promenait dans le quartier branché de Soho à Londres avec des amis.

Pensant avoir été abordée par un "homme louche", elle s'était enfuie en courant avant de se laisser convaincre de s'inscrire dans l'agence Storm models qui s'occupe déjà de la carrière de Kate Moss et Cindy Crawford.

Sa percée dans le monde de la mode date de 2003 lorsqu'elle a été photographiée par Stephen Meisel pour l'édition italienne du magazine Vogue et, à peine un an plus tard, elle était désignée mannequin de l'année en Grande-Bretagne.

Apparue dans des campagnes publicitaires des plus grands noms de la mode comme Prada, Chanel et Hermes, elle aurait déjà engrangé près de 10 millions de livres.

Alors que ses congénères tentaient de se glisser discrètement dans les pubs, interdits aux mineurs en Grande-Bretagne, Lily Cole côtoyait des stylistes comme John Galliano tout en étudiant du Shakespeare entre les séances photo.

Elle aurait décidé de repousser d'une année ses études en sciences politiques et sociales à Cambridge et devrait faire une apparition dans le prochain film du chanteur Marilyn Manson inspiré de l'ouvrage de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles.

Mais Lily Cole aurait-elle toujours sa place sur les podiums si l'initiative de Madrid faisait tache d'huile dans d'autres hauts lieux de la mode. Cinq mannequins "trop maigres" ont été interdites la semaine dernière de défilé au grand rendez-vous de la haute-couture madrilène, la Pasarela Cibeles, en vertu d'une directive régionale visant à lutter contre l'anorexie.

Le débat s'était prolongé cette semaine à Londres mais les organisateurs de la Fashion week avaient choisi de ne pas limiter le poids des mannequins.

Le maire de Milan, Letizia Moratti, a déjà fait savoir que si aucune solution raisonnable n'était trouvée avant le début samedi de la semaine de la mode dans la ville, les mannequins trop maigres seraient bannis.

A entendre les applaudissements redoubler à la fin de ses apparitions à Londres, Lily Cole n'a en tous cas pas à s'inquiéter: elle a de nombreux supporters dans le monde de la mode.

Par Katherine Haddon

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.