×
407
Fashion Jobs
H&M
h&m Home in-Store Commercial Manager h&m Home (Limited Position - 1 Year)
CDI · WALLISELLEN
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap mm (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Chemical Quality Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
SIDLER SA
Hse Specialist / Mendrisio
CDI · MENDRISIO
CALZEDONIA GROUP
Junior District Manager
CDI · LAUSANNE
COTY
Area Sales Manager
CDI · Geneva
PHV
Area Manager Tommy Hilfiger & Calvin Klein Footwear Switzerland (M/F/X)
CDI · Thalwil
PHV
Sales Manager Tommy Hilfiger & Calvin Klein Womenswear Switzerland (M/F/X)
CDI · Thalwil
ON RUNNING
Product Lifecycle Management Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Packaging Developer
CDI · ZURICH
MAMMUT
Territory Manager Switzerland / Region ch Mitte-Ost (M/W/D, 80-100%)
CDI · SEON
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
JOOP!
Marketing Manager Joop (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
23 août 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'essayage virtuel en passe de transformer l'expérience shopping en ligne

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
23 août 2022

Essayer un vêtement, puis l'acheter, sans bouger de son canapé. Une pratique de l'ordre de la science-fiction il y a quelques années, en passe de transformer nos habitudes d'achat. Maquillage, vêtements, chaussures, lunettes, ou montres… Les marques multiplient les initiatives pour améliorer l'expérience shopping en ligne de leurs clients, tout en réduisant les coûts considérables liés aux retours de produits.


DR


Il y a celles et ceux qui ne renonceraient pour rien au monde à une séance shopping en bonne et due forme, et puis il y a les autres, fatigués de poireauter dans des boutiques bondées à multiplier les allers-retours entre les rayons et les cabines d'essayage. Ces derniers pourraient voir leur quotidien transformé grâce à l'essor de l'essayage virtuel, une technologie qui ne cesse de gagner du terrain depuis le début de la pandémie au point de s'imposer comme l'un des piliers de l'expérience shopping du futur. Si le métavers est encore loin de faire l'unanimité dans la mode, les nouvelles technologies demeurent aujourd'hui incontournables pour améliorer l'expérience client, et faire face à des coûts inévitables avec l'essor du e-commerce.

La pandémie, comme un déclic

Si l'essayage virtuel existe depuis le début des années 2010, il aura fallu attendre la pandémie de Covid-19 pour qu'il commence à s'imposer dans les usages. Avec les confinements successifs, et davantage encore la fermeture des magasins, les consommateurs ont massivement sauté le pas du commerce en ligne, sans possibilité de toucher ou de tester les produits.

Une contrainte de taille qui a engendré une hausse des retours de produits, générant l'insatisfaction des clients, et une hausse des coûts pour les marques. Ni une, ni deux, ces dernières se sont tournées vers la réalité augmentée pour permettre aux nouveaux adeptes du e-shopping d'essayer maquillage, vêtements et autres accessoires, sans avoir à mettre le nez dehors.

Dans cette course à l'innovation digitale, l'industrie des cosmétiques s'est distinguée dès le début de la pandémie, planchant depuis longtemps sur le sujet. L'essayage virtuel s'est imposé comme une réponse au désarroi des consommateurs face à la fermeture des enseignes de maquillage, mais aussi - et surtout - des salons de coiffure.

Grâce à la réalité augmentée, chacun a pu essayer en direct de son 'home sweet home' les fonds de teint, rouges à lèvres, ombres à paupières et autres colorations capillaires, qu'il n'avait plus qu'à attendre sagement bien installé au fond de son canapé.

Sephora, Chanel, Maybelline New York, NYX Professional Makeup, bareMinerals, Urban Decay ou encore Benefit Cosmetics sont autant de marques qui ont rapidement sauté le pas, ouvrant la voie à de nouveaux types de services à distance comme le diagnostic de peau. Des médias sociaux, dont Instagram, leur ont emboîté le pas, tout comme les enseignes et marques de mode, bien conscientes des enjeux inhérents à une telle innovation.

Un rapport mené auprès de 2.000 consommateurs britanniques et américains âgés de 16 à 35 ans, présenté par la plateforme Nosto fin 2020, alors que l'essayage virtuel n'en était qu'à ses prémices, nous apprenait que près de la moitié des sondés (45%) étaient plus susceptibles de faire un achat sur un e-shop mettant à leur disposition ce type de services. De quoi motiver les marques à passer à la vitesse supérieure, et à faire de l'essayage virtuel une nouvelle norme du shopping en ligne.

La cabine d'essayage du futur



Si l'essayage virtuel n'est pas encore l'affaire de tous - et plus particulièrement de toutes les générations - nombreuses sont les marques de prêt-à-porter et de luxe qui semblent miser sur cette technologie pour optimiser l'expérience client, et répondre à la problématique des retours de produits. Ces derniers nécessitant une importante logistique, et donc des coûts considérables, sans compter sur l'importance qu'ils peuvent avoir sur une potentielle fidélisation des clients.

Résultat, de Gucci à Snapchat en passant par Havaianas, Dior, Asos, Google ou encore Amazon, géants de la technologie, et marques de mode, se succèdent désormais pour lancer leur propre cabine d'essayage du futur, que ce soit pour le shopping en ligne ou en… physique.

Car contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'idée n'est pas de faire en sorte que l'e-commerce se substitue aux boutiques traditionnelles, mais que les deux se complètent. Au sortir du confinement, les boutiques ont rouvert leurs portes avec la volonté de renouer avec leurs clients. Un défi qui passera par l'introduction de ces nouvelles technologies au sein même des magasins.

"L'innovation a toujours eu une place importante dans nos magasins. (…) Et nous avons la conviction que le digital peut personnaliser et simplifier l'expérience en magasin", expliquait récemment Soumia Hadjali, directrice digital & technology pour l'Europe et le Moyen-Orient chez Sephora.

Déjà expérimentés par une poignée d'acteurs du secteur, les miroirs intelligents pourraient donc être la prochaine étape. Installés dans les boutiques physiques, ils pourraient permettre de tester tout ou partie des collections proposées autour de soi sans avoir à attendre son tour à la cabine d'essayage. Reste que ces essayages virtuels devront être à la pointe pour s'adapter à tous et à toutes (morphologies, tailles, poids, etc.) pour ne laisser personne sur le carreau. Miroir, mon beau miroir, dis-moi quel vêtement me correspond le mieux!


(ETX Daily Up)
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2023 AFP-Relaxnews.