×
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
21 févr. 2018
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'étrange clinique de Gucci à Milan

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
21 févr. 2018

Installé en périphérie de la ville, dans l’espace d’exposition officiel de Gucci, les murs vert citron du décor étaient ornés de lampes chirurgicales comme dans un bloc opératoire dernier cri. A travers ce modèle réduit de la Mayo Clinic, des tables d’opération vertes, placées avec soin sur des tapis en caoutchouc rouge : les couleurs emblématiques de Gucci passaient sous le bistouri.


Gucci - Fall-Winter2018 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


L’invitation était un compteur qui défilait. Le compte à rebours pour le dernier défilé du directeur de la création de Gucci, Alessandro Michele, a commencé la semaine dernière. De façon tout à fait à propos, la bande son s’est ouverte sur le Stabat Mater, un hymne catholique médiéval à Marie, qui décrit ses souffrances en tant que mère de Jésus Christ.

Mais le personnel hospitalier du chirurgien Alessandro Michele était tout sauf déprimé. Au lieu de cela, les mannequins incarnaient le dernier rebondissement énigmatique dans sa vision maximaliste de la mode. Une collection inspirée par un incident – ou plutôt un canular – au cours duquel un bébé dragon a été découvert dans un bocal, au fond d’un garage de l’Oxfordshire.

Un top model en tenue sacerdotale de velours noir, parsemée de cristaux, tenait même un mini-dragon de Game of Thrones entre ses bras, presque comme un animal de compagnie. Tandis qu’une jeune femme a défilé avec un serpent factice à rayures rouges – une reproduction en trois dimensions du serpent d’Alessandro Michele, qui s’est récemment insinué sur des milliers de sacs Gucci. Parmi les visions mémorables, un gentleman roux en pardessus Chesterfield tenait en fait une copie conforme de sa propre tête. « Hélas ! pauvre Yorick ! Je l’ai connu, Horatio ! C'était un garçon d'une verve infinie, d'une fantaisie exquise », pour citer Shakespeare dans un monologue sur la condition mortelle, extrait de Hamlet. Le Barde immortel aurait fort bien pu décrire Alessandro Michele en personne !
 

Gucci, automne-hiver 2018 - Pixelformula


Mais ce défilé était tout sauf une reconstitution historique, avec une intellectuelle chaussée de lunettes, en costume carré gris à la poitrine frappée des initiales NY (dans la même police que l’équipe de baseball des Yankees), ou encore des dames dans des associations de vêtements vintage revisités et de styles sportifs urbains. Une douairière chinoise la tête recouverte de dentelle logo rose pouvait surgir derrière un écrivain intellectuel en herbe de Brooklyn, vêtu d’un pull en tricot côtelé de grand-père 1950’s, tandis que des messieurs en manteau volumineux à imprimé arlequin suivaient une paire de blousons quatre poches style Chanel, en tweed effiloché ou en micro-paillettes rouges – tout à fait merveilleux. Une fantastique veste de smoking vert billard avec des boutons chinois évoquait une certaine dinguerie patricienne, tandis que les logos style Yankee sur des vestes Trachten à l’autrichienne ou des costumes rose de maîtresse d’école maintenaient une puissante note humoristique.
 
Les têtes étaient couvertes de masques de ski loufoques avec des incisions pour les yeux ou de turbans babyloniens. Pour sortir, des blouses en soie taillées dans nœuds massifs ou un top imprimé de G entrecroisés qui avait beaucoup d’allure. Le sommet de tout cela : des robes de rêve en perles et cristaux dignes d’une Maharani en virée shopping à Paris. Pour la journée, des costumes rayés classiques et des fourre-tout à logo, le tout recouvert d’un trench en plastique… ce même revêtement plastique qui était utilisé sur d’énormes sacs week-end plats.

Aucun doute là-dessus : cette collection va permettre à Gucci de poursuivre des affaires florissantes, alors que la marque de luxe affiche actuellement la croissance la plus rapide de la planète. Les fans vont se ruer vers la caisse. N’oubliez pas que le chiffre d’affaires annuel de Gucci a augmenté l’année dernière de 42 %, un bond phénoménal pour atteindre les 6,211 milliards d’euros. Les mannequins d'Alessandro Michele se sont cependant bien gardés d’approcher de la table d’opération, dans ce qui était probablement la collection la plus diverse qu’il ait présentée à ce jour.

Un compteur qui défilait – comme celui de l’invitation – est réapparu régulièrement dans la bande son, jusqu’à ce que le Docteur Alessandro vienne saluer en jean usé et chemisette d'ouvrier bleu pâle. Les applaudissements ont été modérés et les mannequins n’ont pas fait de dernier tour au grand complet. Le public est resté assis quelques minutes, sans trop savoir si le défilé était vraiment fini : un final curieusement discret pour un défilé si sophistiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com