×
Publié le
1 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'IFM et Ami remettent leur premier prix de l'entrepreneuriat

Publié le
1 juil. 2022

Ce 29 juin, dans le cadre de l'Institut Français de la mode, Alexandre Mattiussi et Nicolas Santi-Weil, respectivement directeur artistique-fondateur et directeur général de la marque Ami, remettaient avec Xavier Romatet, directeur général de l'école de mode française, le premier prix dédié à l'entrepreneuriat.


Les gagnants du premier prix au centre entourés le jury - FNW



Parmi 10 finalistes, ce prix AmiXIFM a couronné le travail innovant sur le cuir réalisé par deux jeunes entrepreneurs passés par l'incubateur de l'IFM: Guillaume Hiriart Carriat, qui a créé la marque Atxi, exploitant le savoir-faire de l'atelier familial basé à Espelette au Pays Basque, et Leopolda Contaux-Bellina, qui a fondé Sed Nove Studio, jeune structure labellisée Métiers d'art qui développe des innovations sur le cuir.

"Nous nous sommes rencontrés à l'incubateur et naturellement nous avons partagé nos visions et approche autour de nos métiers, explique le duo à FashionNetwork.com. Et lorsqu'il y a eu l'opportunité de proposer un projet nous avons travaillé logiquement ensemble".  Les lauréats ont ainsi mêlé expertise du matériau, exploitant des stocks dormants de cuir de l'atelier familial de Guillaume Hiriart Carriat et l'innovation dans un procédé d'assemblage innovant des pièces de cuir préalablement coupées au laser, sans fil ou rivets, conçu par Sed Nove.

Une approche, fondamentalement haut de gamme et reprenant pour l'occasion la signature zigzag de la marque Atxi, qui a trouvé des applications sur cinq objets aux formes et tailles diverses allant d'un protège shaker à une chaise, mettant au défi les instigateurs du projet de trouver des solutions techniques pour l'utilisation du cuir de buffle.

Au final, le concept, aux frontières de l'innovation et du savoir-faire classique, et allant au-delà de la mode a séduit le jury dont l'ambition était de voir les opportunités au-delà de la mode.

Au coeur du propos, l'ambition de ce prix était en effet de mettre en exergue les projets d'étudiants et de jeunes entrepreneurs incubés à l'IFM. Sur la vingtaine de projets candidats, une dizaine ont donc pu présenter leurs travaux devant un jury composé de personnalité de la culture. Celui-ci comptait ainsi dans ses rangs Nicolas Santi-Weil et Alexandre Mattiussi, mais aussi Sarah Andelman, fondatrice de l'agence Just an Idea, l'écrivaine Leila Slimani, la dirigeante d'Ubisoft Déborah Papiernik, le compositeur Max Sokolinski, l'auteure Irma Pany, le responsable du contenu éditorial de GQ France Pierre-Alexandre M'Pelé, Elisha Karmitz, DG du groupe MK2 et Delphine Plisson, des épiceries Maison Plisson. Autant de profils qui ont apporté leur approche différente pour un prix dédié à la mode.

"On ne voulait pas un énième prix, explique Xavier Romatet. Le fait d'avoir des personnalités aussi diverses qui apportent leurs regards et pourront donner une vision aux lauréats via un mentorat dans les 12 prochains mois. C'est une approche vivifiante et je pense que nous reconduirons l'expérience. Accompagner les entrepreneurs dans la mode est aussi au coeur de la mission de l'IFM. Il y a des étudiants et des entrepreneurs qui ont des idées pour réinventer ce secteur. En regardant ces présentations, indépendamment du gagnant, je suis très fier des projets portés et de mettre en avant une génération porteuse d'ides et de nouveaux concepts".

Du côté des nouveaux concepts, le jury a également décerné en bonus, un prix coup de coeur pour justement mettre en lumière le modèle développé par la toute jeune société Studio Paillette, installée depuis deux mois dans le lieu mode La Caserne dans le Xème arrondissement de Paris. Fondée par Léa Germano, qui a travaillé sur la présentation du projet avec cinq étudiants, Studio Paillette est une plateforme de location de pièces de mode haut de gamme qui travaille avec les maisons de mode pour leur permettre la location de pièces fortes qui n'ont pas été vendues.

"Avec l'IFM, nous nous sommes engagés ensemble pour impliquer les jeunes professionnels et les encourager à amorcer un processus de décision en les sensibilisant aux opportunités qu'ils peuvent générer en tant qu'entrepreneurs", précise Nicolas Santi-Weil.

Plus que le propos mode, c'est clairement la recherche de nouveau modèle ou d'innovation qui caractérisaient les présentations des candidats de ce premier concours AmiXIFM. A l'heure, où l'accélération de la transformation du secteur est imposée et nécessaire, mettre en exergue les idées nouvelles est vertueux. Et pourquoi pas faire grandir le projet pour les prochaines éditions et permettre une accélération des meilleures idées en allouant une dotation financière au mentorat initial.

 


 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com