×
108
Fashion Jobs

L'industrie textile représente 61 296 emplois en France

Publié le
today 21 juin 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A l’occasion de son assemblée générale, l’Union des Industries Textiles a publié les chiffres de l'activité de l'industrie textile en France en 2018. Un état des lieux mettant en avant un export progressant plus rapidement que l’import, en dépit d’un léger affaissement de la production.


UIT


En 2018, la filière textile tricolore a ainsi généré un chiffre d’affaires de 13,6 milliards d’euros (données provisoires). Le secteur a exporté l’an passé pour 9,4 milliards d’euros de biens (+5 %), et en a importé pour 16,9 milliards (+2 %).

La Chine reste très majoritaire dans les importations textiles françaises, suivie du Bangladesh et de l'Italie. Côté exportations, ce sont l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne qui consomment le plus de textile tricolore, devant la Belgique, Royaume-Uni et la Tunisie.

Ce bilan annuel est surtout l’occasion de dresser le portrait social de la filière en France. Fin 2018, celle-ci se composait de 2 164 entreprises, dont 58 % avec moins de 10 salariés, et 31,5 % entre 10 à 49 salariés. Le textile tricolore employait alors 61 296 salariés, dont 52 % d’hommes et 48 % de femmes. Ces effectifs sont à 41 % composés d’ouvriers, contre 21 % d’ingénieurs et de cadres.

En termes de production, l’année 2018 a été marquée par une légère contraction de 0,7 %. C’est en particulier l’activité de préparation de fibres textiles et les filatures qui ont connu un contrecoup, avec une chute de 22,6 % , tandis que l’ennoblissement a connu une baisse plus mesurée de 1,5 %. En revanche, le tissage arbore une progression de 8,1 %, et la fabrication de fibres artificielles ou synthétiques un renforcement de 4 %, tandis que les fabrications d’autres textiles progressent de 0,6 %.


UIT


« Les leviers qui rendent compte de cette embellie, nous les connaissons bien : l’internationalisation, l’innovation produit et process, la qualité, la maîtrise de l’impact environnemental, la réponse à des tendances sociétales (mobilité, connectivité, sur-mesure, circuit court…) », explique Yves Dubief, président de l’UIT. Et de poursuivre : « Nous savons les actionner, investir dans de nouveaux équipements, recruter des talents, nous projeter à l’international. Mais, ce qui est frappant en ce printemps 2019, c’est la nécessité d’accélérer le rythme de la transition écologique et de la transition numérique. »

En termes d’emploi et formation, l’année 2019 est celle d’une transition pour le secteur textile, avec la disparition de l’organisme paritaire agréé Opca au profit de l’opérateur de compétence Opco 2i, dédié aux industries. L’an passé, la branche d’activité avait dans ce cadre signé 1 050 contrats de professionnalisation (+15 %), 340 contrats de qualification professionnelle spécifique ou interbranche (+17 %), 270 contrats d’apprentissage (+10 %) et pas moins de 27 000 stages (+10 %).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com