×
117
Fashion Jobs

La Fashion Week de Londres s'annonce ouverte, immersive... et démocratique

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 12 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cette saison, la semaine de la mode londonienne brouille les pistes, avec une multitude d'installations artistiques, de magasins éphémères et d'événements ouverts au public. De quoi détendre l'ambiance.


ALEXACHUNG - Automne-Hiver 2019 - Prêt-à-porter féminin - Londres - © PixelFormula


Le British Fashion Council (BFC), qui organise l'événement, invitera pour la première fois le grand public à son centre principal, The Store X. Plusieurs grands défilés de mode, comme celui d'Alexachung le samedi 14 et de House Of Holland ou de Self-Portrait le dimanche 15, seront également ouverts à quelques amateurs.

Traditionnellement — et d'autant plus depuis les divers attentats qui ont ensanglanté le monde ces dernières décennies — l'entrée aux défilés de mode se fait sur invitation uniquement, du moins dans les grandes capitales de la mode. Le BFC affirme que son objectif est de transformer son événement en "une célébration culturelle à l'échelle de la ville, la City-Wide Celebration, qui permettra de faire connaître la mode à un grand nombre de personnes". 

Mais les acheteurs, journalistes, influenceurs et autres célébrités se préparent à un autre type de perturbation, engendrée par le groupe Extinction Rebellion. Ce mouvement écologiste radical a annoncé qu'il prévoyait de "mettre un terme" à la semaine londonienne, en empêchant l'accès aux défilés — sans en dire plus sur ses intentions précises. En avril dernier, Extinction Rebellion avait réussi à camper toute la nuit sur le Waterloo Bridge, et à bloquer Parliament Square. 290 militants avaient été arrêtés, plus d'un demi-million d'usagers des transports en commun avaient été affectés par l'action et 55 lignes d'autobus avaient été perturbées. Préparez-vous, il va y avoir du désordre.


Burberry - Automne-Hiver 2019 - Prêt-à-porter féminin - Londres - © PixelFormula


Ça tombe mal, car le calendrier est très chargé cette saison : 66 marques, 74 magasins et 170 événements, qui tâcheront de tirer leur épingle du jeu entre le vendredi 13 et le mardi 17 septembre. Les Londoniens et les touristes pourront guetter les hashtags #LFW dans les vitrines des magasins pour identifier les partenaires prenant part à la City-Wide Celebration — des performances et des événements organisés en partenariat avec des détaillants, des marques, et des institutions culturelles de premier plan.
 
Le commun des mortels pourra également se procurer des places pour les conférences de l'acteur Billy Porter, lauréat d'un Tony Award, d'Eva Chen, directrice des partenariats mode d'Instagram, de Henry Holland, directeur de la création de House of Holland, de Laura Brown, rédactrice en chef de InStyle USA, de Laura Weir, rédactrice en chef de ES Magazine et Lindsay Peoples Wagner, rédactrice en chef de Teen Vogue.

Le public pourra également découvrir toute une série d'installations artistiques immersives : par exemple s'essayer à résoudre le labyrinthe "Postbox Maze", inspiré d'une fresque de M.C. Escher.


House of Holland - Automne-Hiver2019 - Prêt-à-porter féminin - Londres - © PixelFormula


Ces dernières saisons, les grandes maisons parisiennes ont pris l'habitude d'inviter leurs VIS (Very Important Shoppers, c'est-à-dire leur clientèle la plus fidèle) à leurs défilés, pour leur offrir l'expérience exclusive d'un premier rang. La London Fashion Week, elle, adopte une orientation nettement plus démocratique.

Browns, la boutique de mode la plus célèbre des Îles Britanniques, célébrera le lancement de Kirin, la nouvelle marque de Peggy Gou, présente en personne au magasin d'East London, au 21 Club Row E2. Et il ne sera pas nécessaire d'être journaliste pour assister à l'événement, siroter un cocktail, écouter la musique et acheter un T-shirt exclusif en édition limitée avant de le faire signer par la créatrice. Browns organise également une exposition consacrée à la jeune création dans son célèbre magasin de South Molton Street, invitant des designers comme Charles Jeffrey Loverboy et Paria Farzaneh.


Self Portrait - Printemps-Été 2019 - Prêt-à-porter féminin - New York - © PixelFormula


Toujours dans le quartier de Mayfair, l'iconique marque britannique Burberry offrira un petit déjeuner dans son café Thomas's, à l'intérieur de son flagship du 121 Regent Street. Dans une veine plus démocratique, The Gap célèbrera l'indigo avec un espace pop-up sur la rue Brewer à Soho, ainsi qu'un atelier de broderie sur denim, samedi.

Au 5 Carlos Place, le géant du e-commerce Matchesfashion a invité l'équipe du restaurant East London, fondé par David Waddington et Pablo Flack, à s'installer dans son nouvel espace. Au rez-de-chaussée, les visiteurs pourront admirer l'installation créée par Moncler Genius en collaboration avec Richard Quinn. Et la célèbre styliste Venetia Scott inaugurera une rétrospective personnelle, intitulée "Fragile Face Lay Flat Exhibition".

Quant à la marque Mulberry, elle a proposé aux façonniers de son usine dans le Somerset à présenter leurs savoir-faire dans son flagship de Regent Street. River Island offrira une séance de mise en beauté gratuite sur Oxford Street. Enfin, le très apprécié May Fair Hotel près de Green Park fêtera son 11e anniversaire en tant qu'hôtel officiel de la Fashion Week en présentant la résidence du designer Osman Yousefzada, le tout arrosé de ses somptueux cocktails maison au May Fair Bar.

Sans oublier que cet emploi du temps, déjà bien chargé, sera entrecoupé par des dizaines de défilés...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com