×
96
Fashion Jobs

La Fashion Week ouvre à New York, assombrie par la mort d'Alexander McQueen

Par
AFP
Publié le
today 12 févr. 2010
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

NEW YORK, 11 fév 2010 (AFP) - La semaine de la mode Automne-Hiver 2010 s'est ouverte jeudi à New York avec une centaine de défilés au programme, assombrie par l'annonce du décès à Londres du styliste britannique Alexander McQueen.


Des mannequins présentent des créations du styliste Richard Chai, le 11 février 2010 à New York - Photo : AFP

"C'est une horrible nouvelle. Il est trop triste d'être dans un tel état de désespoir. Un si grand talent, une poésie, c'est affreux", a indiqué dans un message à l'AFP la créatrice Diane von Furstenberg, qui préside l'Association des créateurs américains (CFDA).

"Il a produit quelques-unes des images les plus belles et les plus provocantes de l'histoire de la mode, c'était un grand romantique avec un côté pessimiste, la nouvelle de sa mort est terrible", écrit sur le site internet du magazine américain Vogue le chroniqueur de mode Tim Blanks. Des dizaines de commentaires saluaient "le créateur brillant et inspiré".

Alexander McQueen, retrouvé mort jeudi à son domicile londonien à l'âge de 40 ans, apparemment à la suite d'un suicide, ne devait pas montrer de collection à New York, et ses nouveaux modèles devaient être révélés à Paris le mois prochain.

A Bryant Park au coeur de Manhattan, les défilés ont commencé à 9H00 du matin (14H00 GMT) alors que la nouvelle du décès de l'artiste n'était pas encore connue.

"Une voix non-conformiste s'est éteinte", a déclaré à l'AFP Rebeccah Pailes-Friedman, directrice du département de la mode à l'Institut Pratt de New York. "Il a eu une très grande influence sur les créateurs et les amoureux de la mode depuis son irruption sur la scène avec son point de vue unique, qui juxtaposait beauté et agressivité."

La Semaine de la mode de New York, premier des quatre grands rendez-vous bi-annuels des créateurs de prêt-à-porter avant Milan, Londres et Paris, se tient jusqu'au 18 février. Elle se déroule pour la dernière fois sous les tentes de Bryant Park non loin de Times Square, avant le déménagement dans des locaux beaucoup plus spacieux au Lincoln Center (ouest de Manhattan) prévu à l'automne prochain.

Parmi les créateurs au programme, le Libanais Georges Chakra, Donna Karan, Catherine Malandrino et Diane von Furstenberg devaient montrer leurs collections durant le week-end. Samedi soir, le magazine "Arise" présente pour la troisième fois un groupe de stylistes africains qui défilent sous un label commun, "African collective"

Un autre "enfant terrible" de la mode, l'Américain Marc Jacobs, doit leur succéder au début de la semaine prochaine, avec des dizaines d'autres créateurs, certains confirmés, d'autres plus récemment propulsés sur le devant de la scène.

Les défilés se termineront jeudi prochain avec la présentation des collections d'Isaac Mizrahi, Ralph Lauren qui vient de fêter ses 70 ans et Calvin Klein.

Vendredi, un défilé de soutien aux victimes du séisme en Haïti doit se tenir en fin d'après-midi. L'événement est sponsorisé par la mannequin Naomi Campbell et la CFDA, qui a installé sous les tentes de Bryant Park un stand où sont vendus des T-shirts à 25 dollars, les recettes étant destinées au Fonds Bush/Clinton pour Haïti.

Le traditionnel défilé des "robes rouges" dessinées par des créateurs reconnus et portées sur le podium par des célébrités devait également se tenir dès jeudi soir. Organisé par la Fondation américaine de recherche sur les maladies cardio-vasculaires, l'événement propose ensuite les robes dans une vente aux enchères, dont les recettes sont destinées à la recherche.

Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.