La grâce s'invite chez Valentino et Hermès

PARIS, 05 mars 2013 (AFP) - Après Chanel mardi matin, Valentino a présenté des robes célébrant la grâce et la féminité puis Hermès a fait défiler en soirée des femmes à l'élégance très rive gauche mais cool. La fashion week se termine mercredi avec notamment Louis Vuitton, Miu Miu et Elie Saab.
Hermès automne-hiver 13. Photo: Pixelformula.

MYSTERIEUSES - Chez Hermès, le styliste Christophe Lemaire a demandé à ses mannequins de prendre un air mystérieux en défilant, pour présenter une collection "intime", "classique", "cool". Elle semble être d'une élégance simple et confortable. On imagine une Parisienne de la rive gauche; le défilé a d'ailleurs été organisé dans le lycée Henri IV, tout près du Panthéon. La silhouette est longue, avec une taille haute et un petit buste. Il y a beaucoup de jupes en cuir, à mi-mollet ou aux chevilles, portée avec des talons hauts assez larges. Le cuir semble léger et fluide, à tel point qu'on pourrait parfois le confondre avec du satin. Les matières sont fabuleuses, comme une peau de veau moirée ou du cachemire. Quant aux couleurs, elles sont assez sombres, mais elles aussi sont douces et intimes.

GRACE - Valentino a présenté une collection toute en grâce et en modernité. Les premiers modèles sont apparues en robes très courtes, sévères, unicolores et petits cols blancs sages d'écolière. Puis les robes se sont allongées, colorées, évasées, dignes du tapis rouge. Bandeaux noirs sur des cheveux lissés sagement, à peine maquillées, les filles semblaient tout droit sorties d'un conte de fée ... ou d'un monastère médiéval.

Broderies, voiles, dentelles délicates, empiècements multicolores: le duo Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli, stylistes de la marque depuis 2008, a joué sur les détails pour révéler la féminité des lignes strictes de ses robes, jupes, manteaux, chemisiers et pantalons. Noir profond, jaune ou rose pâle, rouge vif, longue ou courte, en cuir ou en texture tapis, la robe sous tous ses aspects est glorifiée à cette collection.

TARTAN - Dans le chœur et la nef de l'église réformée de l'Oratoire du Louvre, Jean-Charles de Castelbajac a fait défiler une quarantaine de modèles glorifiant le tartan aux tonalités écarlates, tandis que les imprimés décalés dont le créateur raffole revisitent avec humour le fil de fer barbelé, les lames de rasoirs et les ciseaux d'atelier. Pour les "Foxy ladies", le renard, tout en douceur, s'invite aussi au premier plan en taille XXL. Ultra british, dans le rôle d'une "Lady Albion", la femme Castelbajac de l'hiver 2013/2014 aura le choix entre des torsades géantes en tricot pour des robes et d'amples et chauds manteaux en plaids frangés.

Le perfecto, également taillé dans un plaid, se porte sur une jupe crayon, tandis que la combinaison zippée de garagiste prend des quartiers ultra-féminins dans une version glamour en étamine de laine, tout comme des blousons surdimensionnés, des ponchos et des robes caftans. Côté souliers, Castelbajac propose d'étonnants stilettos qui se transforment en bottines grâce à des guêtres amovibles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - AccessoiresLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER