×
139
Fashion Jobs
THE KOOPLES
Area Manager - Zürich And South of Germany - w/m/v
CDI · ZURICH
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 80 % Befristet in Spreitenbach ab Sofort
CDI · Spreitenbach
GLOBUS
Chief Sales Officer (Cso) / Mitglied Der Geschäftsleitung (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
ESTÉE LAUDER
Customer Service Coordinator (B2B)
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Betriebstechniker/in
CDI · Wohlen
ESTÉE LAUDER
Beauty Advisor Fragrance Brands 80% - Globus Glattzentrum ab September
CDI · Wallisellen
ESTÉE LAUDER
Tom Ford Beauty Advisor 80% Jelmoli Zürich
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Flex (Employé/e de Vente) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
ESPRIT
Assistant Store Manager (M/W, 100%)
CDI · Wallisellen
ESPRIT
Sales Associate (Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 100%)
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 60 - 80%)
CDI · Lucerne
ESPRIT
Store Manager (m/f, 100%)
CDI · La Tène
ESPRIT
Sales Associate Flex (Mitarbeiter/in im Verkauf) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
CALZEDONIA
Vendeuse 30%
CDI · VEVEY
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 30%
CDI · NYON
CALZEDONIA GROUP
Sales Assistant 30% Lausanne
CDI · LOSANNA
CALZEDONIA GROUP
Sales Assistant 100%
CDI · LAUSANNE
CALZEDONIA
Sales Assistant 30%
CDI · BIEL
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 20%
CDI · GENEVA
GLOBUS
Verkaufsberater:in Fashion im Bereich Premium (M/W/D)
CDI · ZURICH
Par
AFP
Publié le
6 juin 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Grande-Bretagne inquiète de l'hyper-sexualisation des enfants

Par
AFP
Publié le
6 juin 2011

LONDRES, 6 juin 2011 (AFP) - Sous-vêtements aguichants taille 10 ans, clips ultra-sexy destinés aux enfants, couvertures suggestives de magazines devraient disparaître des rayons en Grande-Bretagne, selon un rapport remis lundi 6 juin au gouvernement.


David Cameron, Premier ministre Britannique

L'hyper-sexualisation des enfants est dans le collimateur en Grande-Bretagne depuis plusieurs années: le Premier ministre David Cameron s'était élevé dans deux discours, en 2006 et l'an dernier, contre la vente de soutiens-gorges rembourrés et de sous-vêtements sexy destinés à des moins de 10 ans, qu'il avait qualifiés de "nuisibles et glaçants". Les articles en cause avaient été retirés précipitamment des rayons par la chaîne BhS.

Des tee-shirt portant le logo Playboy en taille enfant avaient également été pointés du doigt.

En janvier 2010, le site internet d'échanges "Mumsnet", très influent au Royaume-Uni avec ses 1,35 million de visiteurs par mois, a lancé une campagne "Let Girls Be Girls", réclamant le retrait de tout article trop sexy destiné aux enfants.

Mumsnet a aussi demandé que les magazines pour homme soient hors de la vue des enfants dans les rayons, ce que les distributeurs de journaux se sont engagés à faire, à l'exception de WHSmith.

Le Premier ministre s'est engagé à réunir tous les secteurs concernés en octobre: distributeurs, publicitaires, éditeurs, télévisions, industrie vidéo et du disque.

Dans un signe de bonne volonté, la fédération des commerçants britannique (BRC) a publié une charte bannissant les slogans et images "suggestives" et préconisant des couleurs et coupes "appropriées" au jeune âge, le noir et les strings étant par exemple prohibés pour les sous-vêtements enfantins.

Neuf chaînes (Marks and Spencer, Asda, Next, Saisbury's, Tesco, Argos, Debenhams, John Lewis et Peacocks) ont signé la charte.

Mais celles qui commercialisent le plus d'articles sexy pour enfants, Topshop, Bhs et Primark ne l'ont pas signée car ils ne font pas partie de la fédération.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.