×
125
Fashion Jobs
SIDLER SA
Fabric And Raw Material Manager / Luxury Brand / Ticino
CDI · MENDRISIO
SIDLER SA
Showroom & Key Account Coordinator / Zürich
CDI · ZÜRICH
HUGO BOSS
Visual Merchandising Manager - Poland / Eastern Europe (Based in Warsaw)
CDI · Warsaw
SIDLER SA
Retail Operations Director / Lugano
CDI · LUGANO
UB INTERNATIONAL SAGL
Senior Commercial Director/Ceo
CDI · BELLINZONA
CLAUDIE PIERLOT ALLEMAGNE
Vendeur(se) - 35h - Outlet Aubonne H/F
CDD · AUBONNE
THE KOOPLES
Sales Assistant Jelmoli - Zurich - Full Time / Asap
CDI · ZURICH
MORGAN
Responsable Adjointe 100%
CDI · GENÈVE
SANDRO SUISSE
Responsable de Corner Genève M/W H/F
CDI · GENÈVE
ZADIG ET VOLTAIRE
Conseiller(e) de Vente - CDI Temps Partiel - Globus Lausanne (H/F)
CDI · LAUSANNE
CONFIDENTIEL
Conseiller(Ère) de Vente (H/F) - CDI 40h - Globus Lausanne
CDI · LAUSANNE
MABE VISUAL
Stage Business Développement & Gestion de Projets
Stage · GENÈVE
BABYWISSEN
Praktikum im Bereich Online Marketing
Stage · ZÜRICH
SOCIÉTÉ ANONYME
un(e) Conseiller(Ère) de Vente
CDI · GENÈVE
1.2.3
Hotesse de Vente
CDI · MORGES
MAJE
Verkäufer 50% - Maje Globus Bern H/F
CDI · BERN
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur(Euse) - 28h - Boutique Genève H/F
CDI · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur - 41h - Manor Genève H/F
CDI · GENÈVE
CL CHANTELLE LINGERIE - CHANTELLE / PASSIONATA / CHANTAL THOMASS
Marketing & cs Assistant (80%) Per Sofort
CDI · ZURICH
DIGITAL MINDS
Praktikum Online Marketing Manager
Stage · GENF
THE KOOPLES
Concession Manager w/m - Lausanne - Full Time
CDD · LAUSANNE
EVERDRESS
Stage de Gestionnaire de Vente et Assistant Marketing
Stage · GENÈVE

La Manufacture Charentaise intéresse Saint-James et le duo Stéphane Collaert -Thierry Le Guenic

Par
AFP
Publié le
today 28 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Moins d'un an après avoir obtenu un label qui garantit son savoir-faire, la charentaise de Charente est dans un mauvais pas : La Manufacture Charentaise (LMC), dernière fabrique dans le département de la célèbre pantoufle, symbole traditionnel de confort et de coin du feu, cherche un repreneur.


Placée en redressement judiciaire le 25 juillet 2019, l’entreprise fait l’objet de trois offres sérieuses de reprise. - Georges Gobet AFP



Les 108 salariés de LMC à Rivières, au nord-est d'Angoulême, devraient être fixés sur leur sort très prochainement, avec néanmoins la quasi certitude de la perte "colossale", selon une source syndicale, de près des deux-tiers des emplois.

L'entreprise, placée en redressement judiciaire le 25 juillet dernier, fait l'objet de trois offres sérieuses de reprise mais la plus optimiste en termes d'emplois n'en reprendrait que 38.
Les trois dossiers sont ceux déposés  par les Tricots Saint James, par l'ancien cadre de Givaudan Pascal Becker, mais aussi par le duo Stéphane Collaert et Thierry Le Guenic. Les repreneurs de .Maison Lejaby, Chevignon et Cosmoparis ont donc encore soif d'acquisition. Vivarte a tout récemment annoncé être entré en discussion avec les entrepreneurs pour leur céder son enseigne San Marina.et sa filiale logistique SMC Services.

Présidée par Renaud Dutreil, ex-ministre du gouvernement Raffarin, qui détient la moitié des parts, LMC est le fruit du regroupement en 2018 de quatre fabricants des célèbres chaussons charentais, qui réalisaient un total de 13 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.

Selon une source proche du dossier, la société a depuis presque divisé par deux ce chiffre et enregistré une perte nette pour les quatre premiers mois de 2019 de près de 700.000 euros, une situation notamment due à des problèmes de direction et de "mauvais choix de commercialisation".

"On cherche à comprendre les causes de tout cela", dit Henri Lalouette, secrétaire départemental FO, le syndicat unique de la manufacture.

L'entreprise, qui s'est tournée vers le haut de gamme, aurait trop rapidement abandonné ses ventes traditionnelles en grande surface.

Clientèle "de plus en plus jeune"



Interrogé par l'AFP, Renaud Dutreil s'est refusé à tout commentaire, en évoquant un processus de reprise "avec comme principal objectif la préservation du patrimoine de savoir-faire de l'entreprise".

Pour le maire de Rivières, Michel Cuny, "une fermeture de LMC serait un choc. Ce serait pour la Charente perdre un peu de son patrimoine. C'est un savoir-faire reconnu", ajoute l'élu de cette commune de 2 000 habitants qui se rappelle que la fabrication des charentaises a employé alentour "jusqu'à 1 000 personnes".

Née à la fin du XIXe siècle, la charentaise est issue des rebuts de fabrication des industries textiles et papetières situées sur le fleuve Charente. Les savetiers locaux, en Charente comme en Périgord, ont eu l'idée de récupérer les feutres qui servaient au pressage pour en faire des chaussons, avec la languette caractéristique qui protégeait le pied du sabot de bois et la technique très particulière du "cousu-retourné" (semelle cousue et montée à l'envers, puis retournée).

"Le produit ne va pas s'arrêter", tempère Alexandre Bataille, président de l'Association pour la Promotion de la Charentaise (APC) chargée de gérer l'"indication géographique" délivrée le 25 mars de cette année par l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Demander le label qui protège la "charentaise de Charente-Périgord", "c'était avec l'idée de dire, le 'Made in France', c'est de la qualité, certes un peu plus cher mais on mise sur la technique et le savoir-faire pour les revaloriser", dit-il.

Car la charentaise, dont les modèles sont "relookés", "a le vent en poupe", assure-t-il, "avec une clientèle de plus en plus jeune. On est dans le cocooning, un peu bobo et écolo", poursuit M. Bataille, président de Fargeot qui fabrique des charentaises, mais à Thiviers, en Dordogne.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.