×
Par
AFP
Publié le
11 nov. 2005
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La mode de luxe débarque en France sur internet

Par
AFP
Publié le
11 nov. 2005

PARIS, 11 nov 2005 (AFP) - La mode de luxe débarque en France sur internet, quelques années après les Etats-Unis, avec le lancement de boutiques en ligne de quelques grandes griffes et l'émergeance d'un site européen yoox où l'on trouve quasiment tous les stylistes haut de gamme.


Sites Yoox.com et le nouveau site de vente privée EspaceMax.com

"Nous avons ouvert en octobre notre boutique en ligne d'abord en France. Et en fin d'année ce sera le tour de la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne", indique un porte-parole de chez Christian Dior, maison qui pour le moment ne vend en ligne que des accessoires.

"Conçue comme une boutique supplémentaire, tous les produits mis à disposition le sont dans les mêmes conditions qu'en boutique, même prix, même emballage, mais livrés à domicile. C'est une disponibilité supplémentaire offerte à la clientèle", indique-t-il.

Dior vendait déjà sur internet depuis plusieurs années mais seulement aux Etats-Unis à travers le site eluxury. "Ce sont les résultats de cette expérience américaine qui nous ont conduit à ouvrir le site français", précise ce porte-parole.

Louis Vuitton et Hermès viennent d'en faire autant, démarrant comme Dior de façon modeste, en proposant un échantillon limité de leurs collections. Cette prudence n'est pas de mise outre-atlantique où les premiers sites de luxe remontent en 1999.

La chaîne de grands magasins de luxe Neiman Marcus rencontre un succès grandissant avec près de 250 millions de dollars de chiffre d'affaires sur les ventes en ligne en 2004, signale Pierre-François Louet de l'agence d'analyse et de marketing de la mode Nelly Rodi: "Ce qui marche c'est la recherche des bas prix mais aussi l'exclusivité. Il y a une explosion de l'intérêt pour les marques".

Recette mise en oeuvre en Italie par Federico Marchetti, ancien agent de la banque d'affaires Lehman Brothers, formé aux Etats-Unis. Il a créé en 2000 yoox, un site de vente en ligne des stylistes haut de gamme.

De Yamamoto à Margiela en passant par Armani et Gucci, les articles de quelque 300 stylistes sont proposés sur yoox, mais, spécificité de ce site qui en a fait son succès, il vend des pièces à moitié prix sélectionnées parmi les invendus des saisons précédentes.

"Au départ j'ai dû batailler pour convaincre les stylistes de tester un nouveau marché qui croît très rapidement. Il y a des centaines de millions de personnes dans le monde disposées à acheter du luxe", estime Federico Marchetti indiquant qu'Armani et Diesel ont été parmi les pionniers de son entreprise.

En 2004, sa clientèle se recrutait dans une douzaine de pays d'Europe dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, les Etats-Unis, et, depuis l'été 2005, le Japon. Il revendique 2,5 millions de visiteurs par mois (2/3 de femmes entre 20 et 30 ans), un chiffre d'affaires de 36 millions d'euros en 2004, et compte une centaine d'emplois créés dans le nord de l'Italie.

Devant le succès de l'entreprise, yoox propose depuis peu et à titre expérimental de petites collections réalisées exclusivement pour le site. Les Français Marithé et François Girbaud viennent de proposer une collection de "jeans innovants" (réalisés en Lycra) vendue uniquement par yoox.

La vente en ligne commence à toucher les secteurs les moins évidents du luxe comme la lingerie avec Fifichachnil qui vient d'ouvrir une boutique en ligne "pour accéder à un public plus large, provincial ou étranger", et même la joaillerie avec le site adamence spécialisé dans les diamants.

Par Béatrice BRETONNIERE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.