La mode italienne enregistre une croissance de 3,3 % en 2018

La conférence de presse de présentation du salon Pitti Uomo 96, qui se tiendra à Florence du 11 au 14 juin 2019, a été l'occasion pour Claudio Marenzi, président de Confindustria Moda, de dresser un état des lieux du secteur de la mode dans la Botte. Les chiffres préliminaires qu'il a divulgués révèlent une croissance en 2018 de 3,3 % pour l'ensemble de la filière et de 2,1 % pour la catégorie textile-mode (hors accessoires). Le chiffre d’affaires du secteur devrait s’établir pour l'année passée à environ 55,2 milliards d'euros.


Claudio Marenzi - DR
 
« La croissance a été portée par des pays hors de l'Union européenne. Vers la fin de l'année, l'Europe a enregistré un ralentissement, avec pour la première fois depuis des années des chiffres négatifs pour l’Allemagne et l’Espagne, et cela devrait se poursuive en 2019 », a souligné Claudio Marenzi. « Des signes positifs sont parvenus des Etats-Unis, de la Chine, de la Corée du Sud et du Japon, de nouveau en croissance après avoir été stable ces dernières années, alors que l’on assiste à une nouvelle baisse de la Russie. »
 
Au cours de 2018, l’export du secteur textile-mode a connu une croissance de 2,8 % à 31,5 milliards d'euros. La maille réalise la meilleure performance avec +4,1 %, suivie par le prêt-à-porter (+3,7 %).
 
Les exportations vers l’Union européenne sont restées stables à -0,1 %, alors que celles vers les autres régions sont en hausse de 6,4 %. L’Allemagne (-0,7 %) et la France (+1,6 %) sont les deux meilleurs clients du secteur mode italien, tandis que le Royaume-Uni, en hausse de 6,3 %, atteint la troisième position. En revanche, l’Espagne recule de 2,2 %. 

Quatrième marché international et premier hors de l'Union européenne, les Etats-Unis terminent l'année avec une croissance de 3,1 %. La Suisse (principal hub pour la réexportation vers les autres marchés) enregistre une hausse à deux chiffres (+14,8 %). Hong Kong et la Chine progressent respectivement de 2,1 % et 23,6 % ; le Japon de 7 % et la Corée du Sud de 11,3 %. A contrario, la Russie, après une reprise en 2017 (+10,9 %) ralentit de -0,4 %.
 
« Ce qui nous inquiète surtout au niveau mondial c’est l’instabilité entre les grandes puissances, en particulier la lutte douanière entre les Etats-Unis et la Chine », a estimé Claudio Marenzi, qui s'inquiètent également de nouveaux obstacles pour les petites et moyennes entreprises qui exportent vers la Chine.

Traduit par Sonia Broyart

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER