×
Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
21 juin 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La saison de la mode masculine de Milan s'achève par Zegna dans son "Oasi"

Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
21 juin 2022

La saison de la mode masculine à Milan s'est achevée lundi soir avec une collection Zegna révolutionnaire, dynamique et enjouée, dévoilée devant un décor grandiose des Alpes italiennes, dans une saison marquée par l'aspiration à un retour aux racines de ce pays.
 
Une saison marquée par des tons terreux - terracotta, blé, maïs doré ou jonquille - comme chez Zegna, où le directeur de la création, Alessandro Sartori, a envoyé ses modèles sur le toit de l'usine textile historique de Zegna. Une cheminée de briques rouges a dégagé une vapeur "sans aucun danger" quelques secondes après le coucher du soleil, dans les contreforts des Alpes verdoyantes, alors que les premiers mannequins faisaient leur apparition.


collection Zegna printemps / été 2023 - DR

 
Après le spectacle, la soirée s'est poursuivie par un dîner rassemblant quelques privilégiés, organisé par Anna Zegna, petite-fille du fondateur Ermenegildo Zegna. Né en 1892, Ermenegildo fait figure de l'un des plus grands entrepreneurs de la mode européenne. Il a ouvert une petite entreprise de textile et l'a transformée en la plus importante source de tissus de qualité de la mode masculine italienne. Il a également créé un jardin forestier écologique, l'"Oasi", bien avant que le mot "écologie" ne soit inventé. Sans compter l'achat et la gestion d'un flanc entier de montagne dans les Alpes piémontaises.
 
"Quand je venais dans cette pièce lorsque j'étais petite, on nous demandait d'être très silencieuses pour notre grand-père. Mais nous sommes ravis que vous fassiez beaucoup de bruit ce soir", s'est amusée Anna, dans le discours très chaleureux qu'elle a donné devant une immense peinture à l'huile d'Ermenegildo en costume trois pièces ; alors qu'une cinquantaine d'invités profitait du dîner dans la splendeur du marbre de la villa de style néoclassique de son grand-père.

Le costume du fondateur est bien loin de ce que nous avons vu sur les défilés milanais de ce week-end. Au cours de cette saison, de nombreux créateurs de mode masculine ont été confrontés aux questions suivantes: les hommes porteront-ils à nouveau des costumes ? Comment s'habiller pour être pris au sérieux pendant les visioconférences sur Zoom, en réunion en présentiel, puis après sa journée de travail ?
 
Personne n'a abordé cette question de manière aussi directe qu'Alessandro Sartori. Et avec le plus grand soutien de tous ses collègues, sa raison d'être durant ces dernières saisons a été de développer un style post-pandémique. "Il s'agit de créer de nouvelles fonctions hybrides", a expliqué Alessandro Sartori, citant en exemple, lors d'une avant-première avant le défilé, des pantalons larges portés sous des vestes à col Mao oversize en tissu éponge. 
 
Ses idées les plus audacieuses portent sur des tissus dignes de la couture masculine - comme les tricots double face, avec un intérieur en coton cousu à plat et un extérieur en éponge. Ou des ensembles chemises et pardessus surdimensionnés, avec finitions cuir.


collection Zegna printemps / été 2023 - - DR


Alessancro Sartori, l'un des meilleurs créateurs d'Italie, s'est distingué par une veste sur-mesure à simple boutonnage et à bords bruts. Fabriquée en mohair, en soie ou en lin à trois plis.
 
"C'est une revisite de la confection", insiste le créateur.
 
Parmi les autres incontournables, on trouve des imperméables infroissables en popeline de soie, si légers qu'ils peuvent se plier dans la poche de votre jean. Les imprimés font référence aux collines de Trivero, la ville natale de Zegna, avec des imprimés forestiers sur des vestes en lin ultra légères de couleur écrue. Ou encore des vestes en tricot tie-dye, agrémentées d'une membrane qui leur donne un aspect éco-futuriste. De véritables pièces de collection.
 
Mais, comme tout changement de paradigme, tout cela ressemble beaucoup à un travail en cours. De nombreux looks surdimensionnés intriguent plus qu'ils ne flattent. On peut se sentir nostalgique du travail de précision qui a fait la renommée d'Alessandro et de ses créations.
 
Les invités ont été guidés à travers l'usine jusqu'au show en rooftop, en passant par une galerie surélevée, au son très bruyant de machines produisant du tissu. Il s'agissait en réalité d'un enregistrement de l'usine, tous les ouvriers ayant quitté les lieux pour la nuit. Mais le son a fini par ressembler à celui d'un DJ sous sédatifs dans un club techno d'Allemagne de l'Est.
 
Et, fait étrange, bien que le spectacle se soit déroulé à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, les moustiques se sont mis à dévorer les invités, triés sur le volet. Est-ce à dire que la qualité de cette collection a chatouillé la conscience de chacun de ses spectateurs ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com