×
105
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

La vente privée sur le net, nouvel Eldorado des adeptes du discount

Par
AFP
Publié le
today 28 août 2006
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 28 août 2006 (AFP) - Invention bien française, les sites de ventes privées sur Internet, principalement spécialisés dans les offres de vêtements, chaussures, accessoires de marque et de luxe, connaissent un essor fulgurant, damant le pion aux soldes classiques en magasin.


Deux jeunes femmes font leur choix de vêtements le 21 janvier 2005 sur un site internet à Caen - Photo : Mychèle Daniau/AFP

"Nous ne sommes qu'au tout début du phénomène", affirme à l'AFP Marc Lolivier, délégué général de la Fédération de la vente à distance (Fevad).

"Face au problème actuel de pouvoir d'achat qui oblige les consommateurs à faire des choix dans leurs dépenses, ces sites donnent la possibilité aux internautes d'acheter des produits de marque sans qu'ils soient forcément de première nécessité", ajoute-t-il.

Après une trêve estivale, la plupart reprennent leur activité cette semaine.

Inspirés des ventes privées classiques en appartement, très courantes à Paris, ces nouveaux sites sont légion : achatvip.com, surinvitation.com, espacemax.com, linvitedesmarques.com, dealtonic.com, club-privé.fr, class-affaire.com, pour n'en citer que quelques-uns.

Vente-privee.com, inventeur du concept en 2001, est de loin le plus important, avec ses 4 millions de visiteurs par an. "Au début, on faisait une vente par mois, puis une tous les 15 jours, puis une par semaine, et maintenant, c'est deux ventes par jour", déclare son PDG Jacques Antoine Granjon.

En 2006, ce site devrait réaliser un chiffre d'affaires de 220 millions d'euros, contre 20 millions en 2004.

"Le système de parrainage pour s'inscrire est la clé du succès", explique Bachir Abi-Khali, gérant de vente-groupee.com. "Les gens ont l'impression que l'accès est tellement difficile, qu'une fois rentrés ils achètent sans vraiment regarder, trop contents d'avoir réussi à y pénétrer", selon lui.

Ce système est d'autant plus soutenu que le parrain a souvent droit à un bon d'achat d'une dizaine d'euros si son filleul fait une acquisition lors d'une vente.

L'internaute ne trouve sur ces sites que des vêtements de grande marque et de luxe, de l'électroménager, des produits de décoration, des jouets, de la parfumerie, et même les voitures.

Les détracteurs évoquent les longs délais de livraison, puisqu'il faut compter en moyenne quatre semaines. En outre, les clients ont peu de temps pour se décider: les quantités de pièces mises en ligne étant limitées, il faut se lever tôt pour récupérer les meilleures.

La plupart du temps, ces déstockages portent sur des collections passées, et il est impossible d'essayer les articles. Cependant, les adhérents peuvent les renvoyer et se faire rembourser.

Mais bénéficier toute l'année de rabais pouvant atteindre 70 % par rapport aux prix pratiqués en boutique, et acheter en toute tranquillité en évitant la cohue des soldes et promotions prime sur les inconvénients.

Certains magasins classiques et experts du commerce ont d'ailleurs évoqué le foisonnement de ces sites pour expliquer le difficile déroulement des soldes d'été 2006.

Pour le moment exclusivement français, ce concept va commencer à s'exporter à l'étranger dès la mi-septembre.

M. Granjon compte ouvrir des sites en Espagne et en Allemagne, alors que les concepteurs du site vente-groupee.com vont en créer un en Grande-Bretagne en octobre.

En France, des rapprochements ne sont pas exclus. Vente-groupee.com est actuellement en voie de cession et vente-privee.com est en lice pour le racheter, a-t-on appris de source proche du dossier.

Par Bertille OSSEY-WOISARD

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.