×
83
Fashion Jobs

Le commerce coopératif et associé affiche une meilleure forme que l'ensemble du secteur en 2018

Publié le
today 16 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec 156 milliards d'euros de chiffre d'affaires, le commerce coopératif et associé (qui regroupe les réseaux de commerces indépendants rassemblés au sein de groupements, ndlr) a affiché en 2018 une croissance de 3,1 %, là où l'ensemble du commerce affichait une croissance nulle, selon les chiffres dévoilés par la FCA (fédération du commerce coopératif et associé).


Sport 2000 compte parmi les adhérents de la FCA - Sport 2000


Le modèle totalisait à la fin de l'année dernière en France 49 880 points de vente, en progression de 4 296 sur un an, via 180 enseignes. Parmi celles-ci, outre Leclerc, Intermarché et Hyper U, figurent Intersport, Sport 2000, Degrifsport, Black Store, Montres&Co, Julien Dorcel et autres. Le commerce coopératif et associé repose sur quelque 30 000 entrepreneurs indépendants et génère 559 740 emplois, dont 6 183 créations de postes intervenues en 2018. 

« Le commerce coopératif et associé a représenté 7 % du PIB, soit autant que l’automobile », se félicite le président de la FCA, Eric Plat, qui pointe le fait que le modèle pèse près de deux fois celui du commerce franchisé, avec lequel il est souvent à tort confondu. « Mais ce qui est étonnant, c’est surtout que l’on ne parle jamais du commerce en France. Nous n’avons pas une oreille très attentive de la part des élus », déplore le représentant.

La FCA se félicite néanmoins d’une croissance supérieure depuis 2002 à celle du commerce de détail dans son ensemble. Parmi les réseaux de la fédération, là où l’alimentaire a progressé l’an passé de 2,3 %, le non-alimentaire a accéléré de 7 %. Avec notamment des surperformances dans les secteurs de l’aménagement de la maison (+14 %), des enseignes de sport (+5 %), des réseaux optiques (+4,7 %) et des pharmacies (+3,4 %).

Surtout, la fédération met en exergue la durabilité des commerces coopératifs et associés. Ces derniers afficheraient un taux de défaillance quasi-nulle, à 0,3 %. Le taux de survie des commerces dans les trois ans serait à ce jour de 95 %. Une stabilité qui fait que la FCA table sur 1 000 nouvelles adresses devant voir le jour au cours de l’année en cours.

Un développement que la fédération entend soutenir en appelant le gouvernement à faciliter la transmission de ces commerces. Avec le départ à la retraite de la génération des baby-boomers, ces transmissions sont passées de 920 en 2015 à 2 300 l’an passé. Des reprises qui sont à 41 % menées par d’anciens salariés. Un « ascenseur social » que la FCA entend bien mettre en avant auprès des pouvoirs publics.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com