×
87
Fashion Jobs
1.2.3
Area Manager
CDI · LAUSANNE
INTIMISSIMI
Junior District Manager
CDI · LOSANNA
SEVEN FOR ALL MANKIND
Senior Merchandise Planner
CDI · MENDRISIO
ZOÉ DROCOURT GMBH
Area Manager Switzerland - Luxury (m/f)
CDI · GENÈVE
OTTICA BELOTTI SA
Responsabile Marketing e Comunicazione Retail
CDI · ARBEDO-CASTIONE
HUGO BOSS
Visual Merchandising Manager - Poland / Eastern Europe (Based in Warsaw)
CDI · Warsaw
BRUNELLO CUCINELLI
Verkaufsberater/in - Herrenabteilung
CDI · ZURICH
SIDLER SA
Client Advisor / Luxury Brand / Geneva
CDI · GINEVRA
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 28 Stunden - Glattzentrum Zürich - M/F/D H/F
CDI · ZÜRICH
SIDLER SA
Store Manager / German Speaking / Luxury Brand / Lugano
CDI · LUGANO
PHILIPP PLEIN
Junior Graphic & Textile Designer
CDI · LUGANO
CH CAROLINA HERRERA
Sales Assistant
CDD · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Store Manager Mit Sprachkenntnissen in Französisch -42,5 Stunden- Globus Glattzentrum -M/F/D H/F
CDI · WALLISELLEN
LA GARDE-ROBE LGR
Media Direction Artistique
Stage · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 10 Stunden - Jelmoli Zürich - M/F/D H/F
CDI · ZÜRICH
MORGAN
Conseiller (Ère) de Vente Expérimenté (e) 20% à 40%
CDI · NYON
MORGAN
Conseiller (Ère) de Vente Expérimenté (e) 50% à 80%
CDI · LAUSANNE
APM MONACO
Sales Associate
CDI · ZURICH
HUGO BOSS
Intern Operations Procurement Shoes & Leather Accessories
Stage · Coldrerio
MABE VISUAL
Marketing & Communication Digitale
Stage · GENÈVE
CONFIDENTIEL
Responsable de Magasin H/F
CDI · GENÈVE
TIFFANY & CO
Sales Professional - Zurich (Mandarin Speaker)
CDI · Zürich

Le droit d'auteur ne nuit pas à la liberté d'expression, selon la Cour de cassation

Par
AFP
Publié le
today 10 déc. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, 10 déc 2019 (AFP) - Le code de la propriété intellectuelle définit de façon suffisamment précise la notion de droits d'auteur et ne nuit donc pas à la liberté d'expression, estime la Cour de cassation dans un arrêt consulté mardi par l'AFP. La Cour avait été saisie d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) début octobre par le tribunal correctionnel de Paris, à l'occasion d'un procès pour "contrefaçon" portant sur un trafic de faux sacs Hermès.


AFP/Archives/Martin BUREAU


Les avocats des prévenus avaient alors mis en cause le caractère jugé trop "flou" des dispositions relatives à la "contrefaçon", susceptible selon eux de contrevenir au "principe de clarté et de précision de la loi pénale". Les "critères d'appréciation sont incertains et aléatoires", avait ainsi insisté Maître Alexandre Lazarègue, évoquant une situation "problématique". Le risque est de donner lieu à des "applications arbitraires", avait-il insisté.

Un risque écarté par la Cour de cassation, qui a jugé dans un arrêt daté du 3 décembre que la question posée ne présentait pas de caractère "sérieux", refusant de la transmettre au Conseil constitutionnel.

"Le code de la propriété intellectuelle, dans lequel s'insèrent les dispositions critiquées, définit précisément et clairement les droits de l'auteur et la propriété de l'auteur", a estimé la Cour.

Les dispositions concernées "ne répriment" par ailleurs "que la détention, sans motif légitime, et l'offre de vente de marchandises présentées sous une marque contrefaisante", ce qui exclut "toute possibilité d'atteinte à la liberté d'expression", a-t-elle poursuivi.

Selon l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), la contrefaçon coûte chaque année près de sept milliards d'euros à la France. Les principaux secteurs concernés sont les vêtements et accessoires, les cosmétiques et les produits pharmaceutiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.