×
189
Fashion Jobs
ETAM LINGERIE
Responsable Marketing Suisse
CDI · LAUSANNE
ESTÉE LAUDER
Global Quality Assurance Audit Manager
CDI · Wollerau
GRAFTON DEUTSCHLAND GMBH
Business Controller Retail (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
GUCCI SWISS RETAIL SA
Gucci Team Manager (M/F/D)
CDI · ZURICH
INTIMISSIMI
Junior District Manager
CDI · LOSANNA
ETAM LINGERIE
Area Manager H/F
CDI · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
Indirect Procurement Buyer
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Counter Consultant Estée Lauder 40% Lausanne
CDI · Lausanne
ESTÉE LAUDER
Consultant Clinique 40% Globus Luzern
CDI · Lucerne
HUGO BOSS
Brand Manager Sneakers
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Brand Development Manager
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
Vas Administration Specialist
CDI · Lachen
BENSIMON AUTOUR DU MONDE
Conseiller-Ère Vendeur-Euse
CDI · LAUSANNE
APM MONACO
Conseiller de Vente H/F (CDD Genève)
CDD · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
Make-up Artist (All Genders) m.a.c Sion (40%)
CDI · Sion
GLOBAL COMMERCE MEDIA
Online Praktikum – Content Marketing & SEO
Stage · ZÜRICH
LA PRAIRIE
Internship: Community Management (1 Year)
Stage · VOLKETSWIL
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W), 40% - 60%)
CDI · Uster
ESTÉE LAUDER
Regional Operational Excellence & Continuous Improvement Lead
CDI · Wollerau
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 30 Stunden - Globus Glattzentrum- H/F
CDD · PARIS
ZADIG & VOLTAIRE
Sales Assistant - 80% - Aubonne Outlet
CDI · AUBONNE
Publicités
Publié le
25 juil. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Casino aggrave ses pertes mais réduit sa dette au premier semestre 2019

Publié le
25 juil. 2019

Comme d’autres acteurs de la grande distribution alimentaire, le groupe Casino (Géant, Casino, Monoprix, CDiscount...) connaît des difficultés financières et doit s’adapter aux changements de comportement des clients en matière de consommation. Pressé depuis plusieurs mois par les marchés d'éponger son passif, le groupe présidé par Jean-Charles Naouri livre ce 25 juillet ses résultats du premier semestre 2019, affichant des ventes en croissance mais des pertes accrues, et continuant d’organiser le recul de sa dette. Explications.


Monoprix fait partie du groupe Casino, aux côté de Naturalia, CDiscount, Franprix ou encore Leader Price. - Monoprix


Sur les six premiers mois de son exercice 2019 (au 30 juin), le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 17,841 milliards d’euros, en très légère hausse de 0,3 % (+3,5 % en organique), et a aggravé lourdement ses pertes à 232 millions d'euros au premier semestre (contre 64 millions l’année précédente), en raison notamment de son plan de cession d'actifs non stratégiques entamé il y a un an, a-t-il justifié dans son communiqué.

Les cessions d’actifs s’enchaînent en effet depuis fin 2018 pour réduire les foyers de pertes. A ce jour, 56 magasins ont été cédés, et 118 ont été fermés. Des filiales sont aussi vendues : en juin, il a cédé ses parts dans le distributeur Via Varejo au Brésil, et le 22 juillet, le groupe a signé avec GBH pour lui céder sa filiale Vindémia, active dans l’océan indien (gain potentiel : 219 millions d’euros).

Le groupe confirme l'ensemble de ses objectifs annuels, en annonçant "une accélération" de son désendettement. Alors que sa dette en France culminait à 4 milliards d’euros au 30 juin 2018, elle atteint aujourd’hui 2,9 milliards. Celle-ci baissera selon le groupe à moins de 1,5 milliard d’euros à fin 2020, et pourra être maintenue sous ce niveau, grâce « à l’achèvement du plan de cession de 2,5 milliards d'euros, dont 2,1 ont déjà été signés »,  et au fait qu’aucun dividende ne sera versé l’an prochain, faisant économiser 500 millions d’euros. Au global, la dette financière nette du groupe Casino au 30 juin 2019 est de 4,7 milliards d’euros, contre 5,4 milliards au 30 juin 2018.
 
Rappelons qu'en mai dernier, une procédure de sauvegarde a été ouverte pour la maison-mère Rallye, qui détient 51 % du groupe stéphanois mais aussi le groupe Go Sport, par le tribunal de commerce de Paris durant une période de six mois. Un moyen judiciaire pour une entreprise, qui n’est pas en cessation de paiements, de pouvoir réaménager sa dette et de bâtir un plan de sauvegarde pour redresser la tête (lire notre dossier sur les recours judiciaires en cas de difficultés de paiement) . Mais le groupe Casino martèle que la procédure ne concerne « pas le groupe Casino, ni ses activités, ni la poursuite de son plan stratégique en cours d’exécution ».

Le groupe Go Sport, qui s'est lui délesté de l'enseigne Courir en début d'année permettant de dégager une plus-value de 170 millions d'euros pour Rallye, a connu un premier semestre atone, générant 305 millions d'euros de revenus (+0,4 %, +2,1 % en comparable). Il y a deux jours, il a annoncé être en négociations exclusives en vue de céder sa filiale polonaise.

Le 12 juillet dernier, Rallye indiquait également avoir renégocié des financements structurés avec les banques sous la forme de ventes à terme et d'opérations d'échange sur actions, bénéficiant de nantissements sur des actions Casino pour une enveloppe totale de 231 millions d'euros.

Selon plusieurs analystes du secteur, différents scénarii pour la poursuite d’activité du holding semblent encore se dessiner : le rapprochement avec un autre acteur (le nom de Carrefour revenant régulièrement ces derniers mois), la mise en place d’autres cessions voire d’une vente à la découpe, ou bien encore un accord avec les créanciers… Avec le placement en sauvegarde, « Rallye achète du temps, pas une solution », a ainsi commenté Barclays.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com