×
101
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Le luxe en repli en Bourse après les données sur le commerce chinois

Par
Reuters API
Publié le
today 14 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, 14 janvier (Reuters) - Les grandes valeurs du secteur du luxe en Europe, qui est très dépendant du marché chinois, perdent du terrain lundi après les chiffres décevants sur le commerce extérieur de la Chine.
Vers 16h15 GMT, LVMH perd 2,86 %, tandis que Kering se replit de 2,24 % et Hermes recule de plus de 1,7 %. L’italien Moncler se replie de 3,12 % de son côté.


Reuters


L’action Prada a également perdu 4,79 % à Hong Kong, mais Burberry (+0,43 %) échappe au mouvement de baisse, à la faveur d’un relèvement de recommandation de Bank of America Merrill Lynch de “sous-performance” à « neutre », qui juge que la marque commence à monter en puissance.

Les exportations chinoises ont connu leur plus net recul en deux ans au mois de décembre et les importations ont elles aussi diminué, laissant présager une poursuite du ralentissement de l’économie de la Chine en 2019 et une dégradation de la demande mondiale.

Le ralentissement économique de la Chine constitue un des principaux risques pour les groupes de luxe devenus très dépendants de la clientèle chinoise, qui pèse pour plus de 30 % des ventes du secteur selon les estimations du cabinet d’études Bain & Co.

Le compartiment avait déjà été délaissé en début d’année après l’avertissement d’Apple sur son chiffre d’affaires en raison d’un affaiblissement des ventes en Chine.

Les chiffres du commerce chinois soulignent l’impact du différend commercial entre Pékin et Washington sur la deuxième économie mondiale déjà en phase de ralentissement.

« Malgré un optimisme accru depuis le sommet Trump-Xi (entre les présidents américain et chinois en marge du G20) en Argentine, une grande incertitude demeure quant à la possibilité d’un accord après le 1er mars », écrivent les économistes de Citigroup.

Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Blandine Hénault

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.