×
102
Fashion Jobs

Le maroquinier Lamarthe a doublé ses marges en 2006

Par
Les echos
Publié le
today 3 avr. 2007
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Petite déception probable sur l'activité annuelle du maroquinier Lamarthe. Tandis qu'il y a quelques mois encore, les analystes évoquaient pour 2006 un chiffre d'affaires de l'ordre de 16,8 millions d'euros, ils devront se contenter d'un chiffre de 14,3 millions d'euros, soit une progression de 1,2 % au regard des 14,127 millions d'euros de 2005. La contre-performance vient d'un recul de l'activité de plus de 61 % sur les marchés américains et anglais.


Modèle Exception Tressée Lamarthe 2007

Aux Etats-Unis, les collections spécifiquement développées ont été arrêtées et les facturations du quatrième trimestre ont été décalées sur le premier semestre 2007.  

En revanche, dans ce contexte très particulier et alors que le marché continue d'afficher des taux de croissance annuel de l'ordre de 9 %, sur fond d'engouement pour les accessoires de mode, le groupe, qui est coté sur Alternext depuis tout juste un an, a vu l'ensemble de ses marges doubler. Son résultat d'exploitation a progressé de 108 % à 1,03 millions d'euros et sa marge d'exploitation est passée de 3,5 % à 7,2 %. "La réduction du recours à la sous-traitante et la montée en puissance constante de l'usine de production implantée en Roumanie tout au long de l'année 2006 ont permis au groupe de doubler sa marge d'exploitation" explique un communiqué.

Dans le même temps, le résultat net part du groupe affiche une hausse de 97 % à 0,376 million d'euros, soit une marge nette de 2,6 % contre 1,3 % en 2005.

Pour 2007, Lamarthe vise une progression à deux chiffres de ses ventes. Pour servir cet objectif, il s'appuiera sur son nouveau territoire de communication, luxe et "branchitude", que Mario Gardini, son repreneur en 2004, a choisi de développer avec un certain succès. Une nouvelle campagne sera lancée avec une poursuite de montée en gamme sur les prochaines collections.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Les Echos