×
138
Fashion Jobs
THE KOOPLES
Area Manager - Zürich And South of Germany - w/m/v
CDI · ZURICH
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 80 % Befristet in Spreitenbach ab Sofort
CDI · Spreitenbach
GLOBUS
Chief Sales Officer (Cso) / Mitglied Der Geschäftsleitung (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
GLOBUS
Buying Assistant (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
ISABEL MARANT
Sale Assistant
CDI · ZURICH
BE VINSIGN
Marketing Digital
Stage · GENÈVE
BA&SH
Assistant Corner Manager - Part-Time 33Hrs - Globus Zürich
CDI · ZURICH
BA&SH
Corner Manager – Full Time – Globus Zurich
CDI · ZURICH
GLOBUS
Trainee / Praktikant:in Styling E-Commerce (M/W/D)
Stage · ZÜRICH
THE KOOPLES
Sales Advisor - Part Time 80% - Globus Zurich Men
CDI · ZURICH
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
ESTÉE LAUDER
Customer Service Coordinator (B2B)
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Betriebstechniker/in
CDI · Wohlen
ESTÉE LAUDER
Beauty Advisor Fragrance Brands 80% - Globus Glattzentrum ab September
CDI · Wallisellen
ESTÉE LAUDER
Tom Ford Beauty Advisor 80% Jelmoli Zürich
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Flex (Employé/e de Vente) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
ESPRIT
Assistant Store Manager (M/W, 100%)
CDI · Wallisellen
ESPRIT
Sales Associate (Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 100%)
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 60 - 80%)
CDI · Lucerne
ESPRIT
Store Manager (m/f, 100%)
CDI · La Tène
ESPRIT
Sales Associate Flex (Mitarbeiter/in im Verkauf) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
Par
AFP
Publié le
2 juin 2008
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le monde de la mode rend hommage à Yves Saint Laurent

Par
AFP
Publié le
2 juin 2008

La disparition dimanche 1er juin au soir d’Yves Saint Laurent à l’âge de 71 ans bouleverse la scène artistique. Depuis lundi matin, de nombreuses personnalités du monde de la mode se succèdent pour rendre hommage au génie créatif du défunt couturier. Gardiens de la Haute Couture, journalistes, hommes d’affaires, ... Tous témoignent à l’unisson de sa « grande histoire d’amour » avec la mode qu’il n’a « jamais cessé » de penser même après ses adieux à la Haute Couture en 2002, comme l’a souligné Pierre Bergé, cofondateur de la griffe Yves saint Laurent dirigée pendant quarante ans.


Pierre Bergé s'entretient avec Yves Saint Laurent à la fin d'un défilé le 29 juillet 1992

Photo : Pierre Verdy/AFP


Le soir même de sa disparition, le 1er juin, monsieur Lesage,Le monde de la mode rend hommage à Yves Saint Laurent avait « tout inventé et tout réinventé. Je l’ai connu chez Dior et j’ai quarante ans de travail avec lui, a-t-il précisé. C'était un personnage (...) une sensibilité, une culture. Yves Saint Laurent doutait beaucoup : jamais, je n'ai connu un couturier qui avait autant de réflexion quand on lui proposait quelque chose. »



« Il était mon idole, a confié Jean-Paul Gaultier dans un communiqué, un modèle à suivre, à la fois pour sa créativité et ses vêtements à la rigueur si parisienne, mais aussi pour sa propre élégance personnelle ». Yves Saint Laurent a « synthétisé la révolution sociale de la femme à la fin des années soixante et a été le premier à mixer les genres. Il a créé un nouveau vocabulaire pour la garde-robe de la femme moderne et a été un précurseur dans la mesure et la justesse ». Il avait « compris avant tout le monde qui était la femme moderne », a affirmé derechef Hanae Mori, seule Japonaise à avoir fait partie du cercle fermé de la Haute Couture parisienne.



Yves Saint Laurent, que Chanel avait désigné comme son héritier spirituel, « a simplifié la mode pour l'adapter aux nouveaux modes de vie », a souligné Laurence Benaïm, auteur d'une biographie du couturier (Grasset 1993). Pour Florence Müller, professeur à l'Institut Français de la Mode, « là où il est le plus proche de Chanel, c'est dans l'invention d'une garde-robe, d'un système vestimentaire qui correspond aux besoins d'une femme moderne (...) Un rapprochement qui peut être fait entre les années 20 et les années 60 de Saint Laurent, c'est la recherche d'un vêtement qui dégage le corps, qui lui donne plus de liberté ».



Il « a toujours gardé le vital pouvoir du perpétuel étonnement » a relevé pour sa part Christian Lacroix. Son talent fut comme « un choc de modernité », ajoutant que ses créations avaient « l’évidence des chefs d’œuvre. Il n'y a pas eu de révolution Yves Saint Laurent car ce qu'il proposait avait l'évidence des chefs d'œuvres dont parle Baudelaire ». Il a rappelé dans un communiqué, le « choc véritable qu’(il) avait ressenti, enfant, devant la couverture de Paris-Match montrant Yves Saint Laurent entre la mariée courte de sa première collection Dior et un manteau-sac rouge. Il traduisait l'époque, un mode naissant avec même un peu d'avance puisque c'était le 1er mars 1958 et que c'était déjà le faire-part des années 60, a-t-il ajouté. Son heure était venue ni trop tôt, ni trop tard. C'est une exactitude qui est la marque des rois, en mode aussi »



Outre-Manche, la créatrice de mode Vivienne Weestwood a confié qu’Yves Saint Laurent était « l'un des rares à avoir atteint la perfection avec tout ce qu'il touchait. Les femmes d'Yves me rappellent les femmes d'Helmut Newton (le photographe, ndlr) qui ne sont jamais nues, a-t-elle ajouté. Chez elles, un grain de beauté est une robe. Les femmes d'Yves portent des vêtements mais ces vêtements sont comme un grain de beauté ». Un éloge partagé par Alexander McQueen qui a confié qu’« il est la raison pour laquelle je suis dans la mode. Pour moi, la mode devrait prédire l'époque dans laquelle nous vivons. C'est ce qu'il a fait dans les années 60 et 70 », a-t-il ajouté.



L'ex-mannequin et styliste sénégalaise Sadiya Guèye, qui a travaillé dix ans avec Yves Saint Laurent a exprimé sa profonde tristesse, estimant qu'elle avait perdu « un père » et le monde « un génie ».



Le couturier italien Valentino a également rendu un hommage éloquent, saluant un « grand » à « l'imagination sans bornes » et au style « inégalable », dans une déclaration à l'agence Ansa. « Ce fut un grand, et pour moi il a été encore plus grand par bien des aspects », a déclaré Valentino Garavani. « Ce fut un grand ami à l'époque où nous étudions tous les deux à Paris, et nous nous voyions le soir au Café de Flore pour commencer une soirée de fêtes interminable. Ce fut un grand collègue dont j'ai admiré la fidélité à un style précis, inégalable, son imagination sans bornes et son respect pour les femmes et la beauté ».



Une amitié partagée aussi avec Giorgio Armani qui « ne (veut) pas seulement (se) rappeler d'Yves Saint Laurent comme le plus grand styliste de notre époque, mais aussi et surtout (se) souvenir de lui il y a vingt ans lorsqu’ « il » lui rendit visite dans sa maison-musée de Marrakech ». Il a raconté « Nous arrivâmes avec ma soeur dans un vieux van, j'étais en T-shirt et en bermuda et je me souviens que cette scène le laissa un peu perplexe car lui me recevait dans un costume finement rayé à double boutonnage. Mais après seulement une demi-heure, il me parlait déjà comme si j'étais un vieil ami ».



Les stylistes Domenico Dolce et Stefano Gabbana ont de leur côté affirmé « Nous regrettons de ne l'avoir pas connu personnellement, nous qui avons tant appris de lui, duquel nous nous sommes inspirés tant de fois, des millions de fois. Nous savions tout de lui tellement nous l'avons étudié, ont-ils ajouté. Ces créations étaient toutes d'actualité, surtout ce jeu masculin-féminin: Yves Saint Laurent a été le premier à rendre sexy pour une femme le costume masculin ».



Valérie Hermann, Présidente d'Yves Saint Laurent. François Pinault et François-Henri Pinault déplorent de concert le départ « d’un grand monsieur », ajoutant que « la mode française et mondiale perd un génie ». « Yves Saint-Laurent a tout inventé, tout revisité, tout transfiguré au service d'une passion : faire rayonner la femme et lui permettre de libérer sa beauté et son mystère. Bien plus qu'un grand créateur, c'est en réalité, un immense artiste qui nous a quitté. » ajoutent-ils en précisant que « le groupe PPR ainsi que tous ceux qui travaillent chez Yves Saint-Laurent s'inscrivent dans la voie qu'il a su tracer et inventer. Et chacun aura à coeur d'être fidèle au style et à la griffe de ce grand monsieur: Monsieur Saint Laurent » .



Robert Polet, Président de Gucci Group, filiale de PPR et propriétaire de la griffe Yves Saint Laurent depuis 1999, a souligné dans un communiqué qu'Yves Saint Laurent « laisse un grand vide mais également un sublime héritage ». « Nous avons bien évidemment une pensée affectueuse pour M. Bergé qui a accompagné l'ascension de M. Saint Laurent et pour toutes les clientes fidèles à cette marque et à cet homme » a-t-il conclu. Valérie Hermann a précisé que « L'ADN d'une marque est essentiel, Stefano Pilati et moi-même ferons tout pour le préserver, a-t-elle ajouté. »



Grand concurrent de PPR, Bernard Arnault a déclaré, dans un communiqué du groupe LVMH, que « Monsieur Saint-Laurent a incarné pendant un demi-siècle la Haute Couture Française. Il a voulu une femme qui concilie deux exigences fondamentales qui l'ont toujours guidé même dans sa vie personnelle: la liberté et l'élégance. Il a ajouté, Je n'oublie pas ses débuts fulgurants chez Christian Dior (maison acquise par Bernard Arnault en 1984, ndlr) où son talent s'est révélé. Son humilité était la marque de son génie ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.