×
87
Fashion Jobs
1.2.3
Area Manager
CDI · LAUSANNE
INTIMISSIMI
Junior District Manager
CDI · LOSANNA
SEVEN FOR ALL MANKIND
Senior Merchandise Planner
CDI · MENDRISIO
ZOÉ DROCOURT GMBH
Area Manager Switzerland - Luxury (m/f)
CDI · GENÈVE
OTTICA BELOTTI SA
Responsabile Marketing e Comunicazione Retail
CDI · ARBEDO-CASTIONE
HUGO BOSS
Visual Merchandising Manager - Poland / Eastern Europe (Based in Warsaw)
CDI · Warsaw
BRUNELLO CUCINELLI
Verkaufsberater/in - Herrenabteilung
CDI · ZURICH
SIDLER SA
Client Advisor / Luxury Brand / Geneva
CDI · GINEVRA
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 28 Stunden - Glattzentrum Zürich - M/F/D H/F
CDI · ZÜRICH
SIDLER SA
Store Manager / German Speaking / Luxury Brand / Lugano
CDI · LUGANO
PHILIPP PLEIN
Junior Graphic & Textile Designer
CDI · LUGANO
CH CAROLINA HERRERA
Sales Assistant
CDD · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Store Manager Mit Sprachkenntnissen in Französisch -42,5 Stunden- Globus Glattzentrum -M/F/D H/F
CDI · WALLISELLEN
LA GARDE-ROBE LGR
Media Direction Artistique
Stage · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 10 Stunden - Jelmoli Zürich - M/F/D H/F
CDI · ZÜRICH
MORGAN
Conseiller (Ère) de Vente Expérimenté (e) 20% à 40%
CDI · NYON
MORGAN
Conseiller (Ère) de Vente Expérimenté (e) 50% à 80%
CDI · LAUSANNE
APM MONACO
Sales Associate
CDI · ZURICH
HUGO BOSS
Intern Operations Procurement Shoes & Leather Accessories
Stage · Coldrerio
MABE VISUAL
Marketing & Communication Digitale
Stage · GENÈVE
CONFIDENTIEL
Responsable de Magasin H/F
CDI · GENÈVE
TIFFANY & CO
Sales Professional - Zurich (Mandarin Speaker)
CDI · Zürich

Le secteur du luxe redoute lui aussi le vent de la déprime économique

Par
AFP
Publié le
today 14 janv. 2008
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

WASHINGTON, 14 jan 2008 (AFP) - Le secteur du luxe redoute lui aussi le vent de la déprime économique aux Etats-Unis, comme en témoignent les résultats décevants du joaillier Tiffany et ceux, mitigés, de plusieurs entreprises spécialisées dans le haut de gamme.


Bracelet Tiffany

Le PDG de Tiffany, Michael Kowalski, a admis un "ralentissement récent des dépenses", qui "reflète sans doute une attitude plus prudente de la part des consommateurs à propos de la direction que prendra l'économie à court terme".

Ces résultats sont un coup de semonce pour l'ensemble du secteur du luxe, qui semblait jusqu'à présent imperméable aux difficultés du reste de la distribution.

Que la flambée des prix du pétrole affecte les supermarchés comme Wal-Mart ou Target semble logique, mais si le secteur du luxe se met lui aussi à flancher, ce serait un signe de plus que l'économie s'achemine vers une récession.

Selon l'association professionnelle ICSC, les chaînes de magasins spécialisées dans le luxe ont accusé un recul de 1,1% de leurs ventes en décembre sur un an, alors que ce secteur fait régulièrement mieux que tous les autres.
En effet Tiffany n'est pas le seul à sentir le vent du boulet.

La chaîne de grands magasins haut de gamme Saks a affiché une hausse de 0,8 % seulement de ses ventes en décembre, en raison de "conditions économiques plus difficiles".

"Dans la lignée de la tendance observée au troisième trimestre, les consommateurs continuent de déplacer leurs dépenses sur les promotions", a souligné le groupe dans un communiqué.

Son rival Nordstrom a accusé un recul des ventes de 4 %.

Pour sa part, American Express a noté jeudi "des signes d'un affaiblissement de l'économie", qui se sont traduits en décembre par des dépenses moins importantes des porteurs de cartes et par une augmentation des retards de remboursement.

Les difficultés d'American Express sont parlantes car l'entreprise puise sa clientèle dans les ménages les plus aisés.

Le PDG du groupe, Kenneth Chenault, a livré une part de l'explication en soulignant que les consommateurs s'étaient surtout montrés prudents dans des Etats comme la Californie et la Floride "et d'autres régions particulièrement affectées par le retournement du marché de l'immobilier".

La baisse des prix des logements pèse en effet sur les dépenses car les consommateurs ne peuvent plus emprunter en contrepartie de la plus-value potentielle de leur maison.

De plus, et de façon contre-intuitive, la crise du subprime a aussi fait des victimes en haut de l'échelle sociale, car ce mode de prêt était tellement développé que certains ménages aux revenus confortables ont eux aussi préféré parier sur un emprunt à haut risque au plus fort de la bulle immobilière.

Alors que les ventes de détail seront publiées mardi, certains analystes estiment que les dépenses de consommation pourraient afficher une hausse inférieure à 2 % en 2007.

"Ce serait la plus mauvaise performance depuis 1991", assure John Lonski de Moody's Investors Service.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.