×
Publié le
30 juin 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les chiffres d’un poussif premier semestre pour le commerce spécialisé en France

Publié le
30 juin 2022

Bien qu’aucune vague de fermetures de magasins liée au Covid-19 n’ait émaillé ce premier semestre 2022, les points de vente du commerce spécialisé en France (mode, beauté, déco, loisir…) n’ont pas retrouvé leur niveau d’activité d’avant-crise. Du 1er janvier au 19 juin, ils affichent ainsi des ventes en repli de 7% par rapport à 2019, livre Procos dans son bilan des six premiers mois de l’année.


Shutterstock


La dynamique des enseignes spécialisées se révèle hétérogène, puisque deux secteurs parviennent à faire mieux qu’au premier semestre 2019, à savoir l’alimentaire spécialisé (+7%) et l’équipement de la maison (+6%). En revanche, les magasins de textile-habillement (-13%), de jouets-cadeaux-culture (-10,6%) et de beauté-santé (-8%) continuent de souffrir.

La fin de la période s’avère même très délicate pour le secteur des enseignes de mode, puisque, du 1er au 19 juin 2022, leur activité en boutique est en chute de 24,6% (vs 2021), tandis que l'univers de la maison plonge également (-23,4%). La beauté-santé relève quant à elle la tête (+8,2%).

En sus, le début des soldes se révèle difficile, selon la fédération, qui fait état d’une baisse de fréquentation de 20 à 25% (vs 2019) pour la première semaine de rabais -débutée le 22 juin-, assortie d’un repli de chiffre d’affaires de -10% en moyenne.


Evolution des ventes selon les secteurs, par rapport à 2021 et 2019 - Procos


Les clients ne sont pas tous revenus en boutique. Sur le premier semestre, la fréquentation des magasins est toujours dans le rouge, plongeant d’environ 15% à fin juin, par rapport à il y a trois ans.

En ce qui concerne le web, les enseignes spécialisées ont enregistré de début janvier à fin mai une chute de leur activité en ligne de 26,3% par rapport à 2021, mais il s’agit tout de même d’une hausse de 60% comparé à 2019.


Evolution du trafic dans les magasins en 2022 (vs 2019) - Procos


Dressant le paysage du commerce mondial, Procos décrit un violent choc d’offre à l’œuvre, entraîné par une désorganisation mondiale liée au Covid et à la guerre en Ukraine, et à l’augmentation du coût de l’énergie. En résulte une hausse des prix, et une contraction du pouvoir d’achat, en France y compris.

La fédération a sondé les enseignes pour connaître leurs plus grandes craintes: la baisse de la demande de la part des consommateurs est citée en premier, devant l’augmentation des coûts de transport, et des coûts d’approvisionnement.

Dans le même temps, 44% des chaînes de magasins indiquent avoir augmenté le prix de vente de leurs articles en juin 2022, de 5,7% en moyenne. Et elles sont 46% à prévoir une nouvelle hausse entre juillet et septembre, de l’ordre de 5% en moyenne. De plus, face à l’inflation, 70% des enseignes affirment qu’elles vont augmenter les salaires de leurs employés d’ici janvier 2023, de 3,75% en moyenne.


Les enseignes montent leurs prix - Procos


Faisant suite aux Assises du Commerce qui se sont tenues en décembre dernier et dont les conclusions n’ont toujours pas été rendues, Procos réclame à l’Etat la nomination d’un ministre du commerce, un soutien pour limiter l’indexation des loyers de commerce, une réduction des impôts de production, ainsi qu’un nouvel allongement du remboursement des PGE pour les entreprises du commerce.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com