×
421
Fashion Jobs
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
HOLY FASHION GROUP
Marketing Manager (d/M/W)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Freight Planning Lead
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Global Sales B2B System Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Head of Logistics
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Talent Business Partner Emea
CDI · ZURICH
MAMMUT
HR Business Partner (All Genders, 80-100%)
CDI · SEON
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap sd/ le (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Joop Brand Controller (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
B2B E-Commerce Manager (Joop, Strellson, Windsor.) (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
(Junior) Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
SEA Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
Par
AFP
Publié le
13 avr. 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les créateurs et la tradition, antidotes à l'uniformisation de la mode

Par
AFP
Publié le
13 avr. 2011

PARIS, 13 avr 2011 (AFP) - Les civilisations se mélangent comme les étoffes dans la mode mondialisée mais l'uniformisation n'est pas inéluctable grâce à "l'héritage culturel" et aux créateurs, ont estimé mercredi des responsables d'écoles réunis à Paris pour la conférence annuelle de l'IFTTI.

"Nous avons quitté depuis longtemps le kimono ! L'industrie de la mode liée à la culture occidentale va très vite, comme le reste du monde, et les civilisations se mélangent, c'est un mouvement que nous ne pouvons changer", a commenté à l'AFP Satoshi Onuma, président de l'International Foundation of Fashion Technology Institutes, né en 1999 et qui rassemble une quarantaine d'écoles de mode de 20 pays.

"Chaque pays a son propre héritage culturel et c'est le ressort de la créativité, c'est ce que nous enseignons aussi. L'originalité viendra de cet héritage. Nous ne sommes pas forcés de porter tous la même chose", a-t-il ajouté, persuadé que la mondialisation n'est "pas synonyme de standardisation" mais de "métissage" et de regain de créativité.

"C'est vrai qu'avec la mondialisation on peut tous être en jeans mais il y a une vraie demande d'identité. Ce qui fait le succès des marques françaises en particulier à travers le monde c'est leur ancrage dans un patrimoine culturel", a renchéri Dominique Jacomet, directeur général de l'Institut français de la mode (IFM), membre de l'IFTTI et hôte de cette 13e conférence.

"Il y a 30 ans, luxe et mode étaient bien séparés, aujourd'hui tout se combine, pour des raisons dues notamment à la demande des consommateurs et à la stratégie des entreprises", a-t-il ajouté.

Se différencier de la concurrence en innovant, tout en conservant la qualité d'un savoir-faire ancestral, c'est ce qui a permis au sellier français Hermès de se développer avec succès à l'international et notamment en Asie (26% de ses parts de marché hors Japon), a expliqué Guillaume de Seynes, vice-président d'Hermès International.

Pour répondre à une demande particulière de la Chine, la célèbre maison de luxe a créé sa propre marque Shang Xia, qui propose une ligne de meubles, de cachemires et de porcelaine notamment, renouvelant l'artisanat chinois traditionnel et adapté à la demande de la Chine contemporaine, a-t-il expliqué.

Pour offrir là aussi "les objets les plus beaux possibles et de qualité, tout en s'adaptant au monde en perpétuel changement".

Répondant à une étudiante, M. de Seynes a expliqué que les artisans d'Hermès spécialisés dans le travail du cuir comme dans celui de la soie, étaient toujours recrutés dans des écoles, à l'issue d'une rude sélection de six mois, puis d'une formation de un à deux ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.