×
117
Fashion Jobs

Les “débuts” flower power de Silvia Fendi : un souffle de jeunesse

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 19 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

À Milan, tous les regards - du moins dans le monde de la mode - étaient tournés vers Fendi, alors que Silvia Fendi faisait ses débuts en tant que créatrice en solo de la collection de prêt-à-porter de la maison.


Fendi - Spring-Summer2020 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


À bien des égards, c’était un sacré défi, alors qu’elle dévoilait sa vision de l’avenir de Fendi, suite à la mort en février du directeur artistique de la maison, Karl Lagerfeld.

Présenté dans l’espace de show Fendi au sud de Milan, le défilé s’est révélé un vrai triomphe : une collection bien plus jeune, une approche plus fun et une thématique pétillante autour du flower power.

Silvia Fendi a pris de nombreux risques, en proposant une série de vestes matelassées à imprimé floral (des blazers très dame pour un week-end à la campagne), de boléros sexy, idéaux pour un rencart en backstage d’un concert de rock, ou encore un blouson d’aviateur rose associé à une jupe matelassée jusqu’aux pieds (parfaite pour faire tourner les têtes au vernissage d’une galerie d’art).

Il y avait tout un éventail de pièces pour le jour, le travail, les soirées cocktails et les afters. Silvia n’a pas oublié non plus que la griffe Fendi faisait à l’origine de la fourrure : ses cabans en vison à poil ras couleur châtaigne seront à coup sûr des hits. De même qu'un sensationnel manteau de vision en damier marron et menthe, coupé comme un peignoir.

En un mot, Silvia Fendi a rajeuni d’un coup le public cible d’une bonne dizaine d’années, avec beaucoup de jupes courtes et de shorts cargo, et de quelques super compensées avec des talons Art Déco. Ajoutez quelques supers nouveau sacs Peekaboo en raphia, et on entendait déjà le tintement des caisses enregistreuses. Tout ne fonctionnait pas tout à fait, mais cela dit, quand un créateur est assez courageux pour prendre beaucoup de risques, c’est souvent le cas. Cette créatrice-là n’a en tout cas pas choisi de jouer la sécurité.


Fendi - Spring-Summer2020 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


Enfin, l'ensemble était tellement italien … on sentait presque l’odeur du cappuccino servi à Capri, et on croyait entendre la voix grave de Sophia Loren dans Divorce à l’Italienne. C'était encore plus évident en jetant un oeil à la merveilleuse planche de tendances – un mix entre les côtes italiennes dans les Sixties, des chanteuses soul, des imprimés africains et des intellectuels napolitains. Une rencontre entre les Borghese de Rome et la bohème internationale ultra glamour.

Le tout sur une bande-son parfaite – Aquarius et Let the Sunshine, extraits de la comédie musicale emblématique de la contre-culture, Hair. Et quand elle est venue saluer, sous une aube dorée formant une arche, Silvia Fendi a été noyée sous un torrent d’applaudissements.

Cela semble étrange de dire cela d’une créatrice qui a la cinquantaine, mais cette collection et ce défilé donnaient l’impression d’une débutante qui obtient enfin sa place au soleil. Et c’est mérité.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com