×
131
Fashion Jobs
HUGO BOSS
Stock Sales Administration Manager (w/m/d) 100%
CDI · Zug
GLOBUS
Verkaufsleiter Herrenmode (M/W/D)
CDI · WALLISELLEN
ETAM LINGERIE
Hôtesse de Vente / Fribourg
CDD · FRIBOURG
AVINAS JEWELRY
Stage Vente
Stage · GENÈVE
AVINAS JEWELRY
Stage Digital Design And Community Management
Stage · GENÈVE
LACOSTE
Lehre Detailhandesfachfrau / -Fachmann Lifestyle Textil M/W/D
CDI · BERN
SIDLER SA
Designer Borse / Fashion Brand / Ticino
CDI · LUGANO
ZADIG & VOLTAIRE
Assistant Store Manager - Aubonne - CDD 100%
CDD · AUBONNE
LEVI'S
Conseiller/Ère de Vente
CDD · AUBONNE
CALZEDONIA
Sales Assistant 30%
CDI · BIEL
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Vendeur(se) - 10h - CDI - Globus Lausanne - H/F
CDI · LAUSANNE
LACOSTE
Assitant Store Manager M/W/D
CDI · LANDQUART
SANDRO SUISSE
Assistant Store Manager (m/f/w) Sandro Zurich m/f
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Conseillère ou Conseiller de Vente
CDI · FRIBOURG
VILEBREQUIN
un(e) Stagiaire Digital / E-Commerce
Stage · PLAN-LES-OUATES
VILEBREQUIN
un(e) Stagiaire Service Logistique - Assistant Administratif
Stage · GENÈVE
VILEBREQUIN
un(e) Stagiaire Digital / E-Marketing
Stage · GENÈVE
VILEBREQUIN
un(e) Stagiaire Digital & Trade Marketing
Stage · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 42,5 Stunden - CDD - Jelmoli Zürich- M/F/D
CDD · WALLISELLEN
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Store Manager - 42,5 Stunden - CDI - Zürich- M/F/D
CDI · ZÜRICH
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 30 Stunden - CDI - Zürich- M/F/D
CDI · ZÜRICH
HUGO BOSS
Sales Associate 20% (H/F/d)
CDI · Lausanne
Publié le
5 nov. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les vitrines web se multiplient localement pour aider les petits commerces

Publié le
5 nov. 2020

Lancer le "Amazon local" semble être le leitmotiv commun de nombreux projets de sites marchands créés ces jours-ci dans différentes localités en France, afin d’aider les commerçants à conserver un peu d’activité pendant la fermeture de leurs magasins. Initiés par les municipalités, les régions ou les chambres de commerce, ces plateformes de proximité fleurissent depuis le début du reconfinement, prenant l’exemple de premiers e-shops lancés au printemps dernier.


Les sites marchands se lancent le plus souvent à l'échelle d'une ville, d'une agglomération ou d'un département. - Shutterstock


Si leur souhait numéro un est de pouvoir relever leur rideau le plus vite possible, ainsi qu’ils le réclament avec force, les commerçants indépendants (mode, maison, beauté…) n’ont le plus souvent pas d’e-shop leur permettant de continuer leur activité sur le web pour limiter un peu la casse. Depuis la mi-septembre et à fortiori depuis début novembre, des sites e-commerce locaux ont ainsi vu le jour à Limoges, Angers ou encore au Cannet, mais aussi dans des petites villes comme Wimereux, Auterive et La Colle-sur-Loup, rapportent de nombreux titres de presse locale.

Le site de vente de proximité limougeaud ouvre ses portes ce 5 novembre, porté par une quarantaine de commerçants locaux réunis en association, raconte Le Populaire du Centre. Les produits du site "Shop in Limoges" peuvent être livrés dans un périmètre de 30 kilomètres autour de la ville, tandis qu’a été ouvert un espace de conciergerie pour le retrait en click&collect commun à ces boutiques.

A Nevers, la municipalité s’est elle aussi organisée pour mettre en place un dépôt-retrait qui centralise tous les colis des commandes passées à distance auprès des boutiques fermées. La ville de Nice prévoit quant à elle de créer un système de livraison - à sa charge – pour favoriser les démarches de livraison à domicile en collaboration avec les entreprises de vélo-taxi locales, rapporte Nice-Premium.

Le récent site achetezasanintes.fr, né sous l’impulsion de la marie de Saintes et de la CCI locale, va quant à lui proposer des sessions d’initiation à la prise en main de l’outil pour les indépendants, pour qui vendre en ligne n’est pas le métier de base. Le maire de la ville, Bruno Dapron, voit déjà plus loin, comme il le raconte à Sud Ouest : "Si les 35 autres maires sont d’accord, nous pourrons élargir ce site à toute l’Agglo et mettre en place quatre points de retrait des commandes (Saintes, Burie, Corme-Royal et Montils) qui permettraient aux clients de retirer leurs achats sans dépasser le temps imparti d’une heure de sortie. Des agents de l’Agglo dont les sites sont fermés pourraient être temporairement réaffectés à cette mission."


La page d'accueil du site marchand de la ville de Saintes montre la diversité de produits qui y sont en vente. - Capture écran


Difficile de mesurer ce que pourrait être l’impact de ces sites sur l’activité des petits commerçants: le grand public va-t-il les intégrer dans ses habitudes de shopping? En Loire-Atlantique, le site Mavillemonshopping.fr a été lancé dès la mi-avril 2020 et réunit aujourd’hui près de 11.000 produits émanant d’un millier de commerçants situés dans le département, qui n’ont pas à payer pour ce service (les frais de commission étant pris en charge par La Poste).

Comme le décrit 20Minutes, de nombreuses boutiques y sont référencées mais la plateforme enregistre assez peu de transactions, car elle souffre d’un déficit de notoriété et d’une interface compliquée. "On travaille tous les jours avec le groupe La Poste pour améliorer le site, explique à 20Minutes Yann Trichard, patron de la CCI de Nantes, qui a initié le projet. Oui, ça nécessite un petit effort de prise en main de la part des consommateurs. Mais c’est la garantie de trouver un commerce au plus près de chez soi et, donc, de favoriser les circuits courts."

Pour fédérer les efforts, des plateformes à l’échelle nationale avaient également vu le jour au printemps, telles que sauvetoncommerce.fr, petitscommerces.fr ou encore l'initiative dédiée à mode enmodesolidaire.org, qui sont évidemment toujours actives durant ce second confinement.

Main tendue des e-commerçants et distributeurs 



Afin d’encourager la digitalisation des points de vente, rappelons que l’Etat a tout récemment lancé un appel à projets destiné à identifier les entreprises à même d’accompagner ces commerces dans la poursuite numérique de leur activité via des services de livraison et de retrait des commandes par exemple. 

Certains pure-players et grands distributeurs ont également décidé d’apporter leur concours aux commerçants. La plateforme Rakuten offre par exemple une formation au e-commerce pour les indépendants, mais aussi des aides financières pour les vendeurs hébergés sur son site, tout comme CDiscount et le Bon Coin qui proposent d'accueillir sans frais les indépendants sur leur plateforme.

Le géant Carrefour a également décidé de rendre accessible gratuitement sa marketplace aux petits commerçants dans les secteurs de l’alimentaire, de l’hygiène-beauté et de la puériculture. Enfin, la solidarité émane aussi de marques plus confidentielles, telles la griffe de mode Almé et la marque d'espadrilles Payote, qui annoncent ouvrir leur e-shop à des commerçants et artisans qui ne sont pas équipés pour vendre en ligne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com