×
Publié le
7 juil. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Libre-échange : le Japon et l'Union européenne trouvent un accord

Publié le
7 juil. 2017

L'Union européenne et le Japon sont parvenus à un « accord politique » sur un traité de libre-échange, a annoncé mercredi la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström.

Donald Tusk (président du Conseil européen), Shinzo Abe (Premier ministre du Japon) et Jean-Claude Juncker (président de la Commission européenne - EU


« Nous avons trouvé un accord politique au niveau ministériel. Nous recommandons maintenant aux dirigeants de le confirmer lors du sommet » UE-Japon prévu jeudi à Bruxelles, a précisé Cecilia Malmström, après une rencontre avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida.

Le sommet de jeudi doit réunir le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, celui du Conseil - qui représente les Etats membres -, Donald Tusk, ainsi que le Premier ministre japonais, Shinzo Abe.

« Nous avons pu confirmer avoir abouti à un accord cadre », a déclaré de son côté Fumio Kishida à des journalistes nippons à Bruxelles, selon la chaîne japonaise NHK.

Cecilia Malmström a twitté une photo la représentant aux côtés de Fumio Kishida, tenant chacun une poupée traditionnelle japonaise censée symboliser un bon voeu.

Européens et Japonais ont mis les bouchées doubles pour parvenir à un accord politique avant la tenue du G20 vendredi et samedi à Hambourg, en Allemagne.

L'annonce d'un tel accord juste avant le sommet leur permet d'envoyer « un signal fort » en faveur du libre-échange au reste du monde, notamment au président américain, Donald Trump, dont la politique protectionniste inquiète ses partenaires.

Négocié depuis mars 2013 dans une quasi-indifférence, ce traité est présenté par Bruxelles comme aussi ambitieux que l'accord de libre-échange signé dans la douleur avec le Canada, le CETA.

Le Japon était l'an passé le 8ème fournisseur textile de l'UE, avec 651 millions d'euros de marchandises (+10 % sur un an). Le pays du Soleil Levant était en outre le 5ème client du Vieux Continent en termes d'habillement, avec 1,3 milliard d'euros (+3 %), et le 10ème en ce qui concerne le textile, à 545 millions d'euros (-1 %), selon l'Institut Français de la Mode.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com