×
175
Fashion Jobs
KA/NOA
Sales Manager
CDI · GENÈVE
HUGO BOSS
Junior Brand Manager Leather Accessories Boss Man
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
HR Specialist 80%
CDI · Lachen
ESTÉE LAUDER
Trade & Consumer Marketing Manager Estée Lauder/Origins
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
HR Generalist
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Trade Marketing & Visual Merchandizing Executive - Make up Brands
CDI · Zürich
HUGO BOSS
jr. Brand Manager Bodywear & Hosiery | Maternity Cover
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
Procurement Manager Facility Management & Capex
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Logistics Business Excellence And Sustainability Senior Manager
CDI · Wollerau
HUGO BOSS
Consultant Global Media 100% (f/m/d)
CDI · Zug
ESTÉE LAUDER
HR Trainee - Jahrespraktikum ab Juli 2022
Stage · Zürich
ESPRIT
Lernende(r) Als Detailhandelsfachfrau/-Mann Efz, Beratung
CDI · Winterthur
THE KOOPLES
Sales Assistant - Glatzentrum Men - Part Time 50%
CDI · WALLISELLEN
LÕU.YETU BIJOUX ESPIÈGLES
Responsable Concept Store Genève
CDI · GENÈVE
THE KOOPLES
Concession Manager - Globus Bern Women
CDI · BERNE
MAJE SUISSE
Verkaufer 50% - Globus Bern m/f
CDI · BERN
MICHAEL KORS
Concession Sales Associate, Jelmoli Acc - Zurich
CDD · ZÚRICH
MICHAEL KORS
Stock Associate - Geneva
CDD · GENEVA
SANDRO
Assistant Store Manager (m/d/f) Sandro Globus Bern
CDI · BERN
MAJE
Sales Assistant - Mendrisio Foxtown Outlet - 15h
CDI · MENDRISIO
MICHAEL KORS
Temporary Seasonal Sales Associate (Part Time) - Geneva
CDD · GENEVA
THE KOOPLES
Modeberater (w/m) - Globus Zurich Women - 80%
CDI · ZURICH
Par
AFP
Publié le
2 août 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Luxe mondial: une consommation plus "locale" faute de voyages, mais toujours en expansion

Par
AFP
Publié le
2 août 2021

Paris, 30 juil 2021 (AFP) - La pandémie a rendu plus "locale" la consommation des produits de luxe dans le monde, mais sans pénaliser les bénéfices des géants du secteur, qui dépassent leurs niveaux la crise, grâce notamment aux États-Unis.


Photo: Cartier



Le géant du luxe LVMH a annoncé lundi avoir dépassé ses ventes semestrielles d'avant-pandémie de 11% à 28,7 milliards d'euros pour un bénéfice net de 5,3 milliards (+64% par rapport à 2019).

Dans la foulée, son concurrent historique Kering a lui aussi communiqué un niveau record de ventes à 8 milliards d'euros pour la première moitié de l'année (+8,4% comparé à l'avant-Covid 19) alors que le troisième grand groupe français, Hermès dépasse les 4 milliards d'euros (+29%). Tous deux réalisent plus d'un milliard d'euros de bénéfices, dépassant les attentes.

Les Français ne sont pas les seuls: le suisse Richemont (Cartier, Piaget, Montblanc...) connaît le même succès avec un vif rebond pour son premier trimestre décalé à 4,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires (+18% par rapport à 2019), tandis que l'italien Prada a dépassé ses ventes semestrielles de 8% par rapport à 2019.

Ce sont les classes "moyennes supérieures, riches et ultra-riches, préservées par la crise" qui, comme au premier trimestre, ont continué de dépenser leurs économies dans les produits de luxe, faute de pouvoir voyager ou fréquenter des restaurants, dit à l'AFP Arnaud Cadart, gérant de portefeuilles chez Flornoy.

La clientèle chinoise, "qui représente 35 à 40%" de la clientèle du secteur, "est toujours un moteur important", souligne-t-il. L'impossibilité de voyager, comme partout ailleurs, a cependant recentré cette clientèle sur son marché local aux dépens du marché européen.

- Rebond "violent" aux États-Unis -



"Ce qui a surpris, ce n'est pas tellement la reprise en Chine, mais la violence du rebond aux Etats-Unis", explique à l'AFP Erwan Rambourg, analyste et auteur de "Future Luxe: what's ahead for the business of luxury".

Par rapport aux rebonds des crises précédentes, 11-Septembre ou crise financière de 2008, "le sentiment de culpabilité, cette idée qu'il est inapproprié d'acheter du luxe, s'est évanoui", note-t-il. "Il y a une jeune génération aux États-Unis plus décomplexée par rapport à l'achat du luxe" en particulier au sein des minorités afro-américaine, hispanique et asiatique, explique-t-il.

"On voit aux États-Unis une reprise très forte de l'activité de nos clients fidèles et à la fois une nouvelle clientèle qui vient grâce au digital", a confirmé le gérant de Hermès Axel Dumas, lors d'une conférence téléphonique. Par rapport à 2019, les ventes du groupe aux États-Unis ont bondi de 25%.

Pour Thomas Chauvet, analyste de Citigroup, "l'impact psychologique" des mesures de soutien du gouvernement américain avec les aides financières et des "effets de richesse avec la hausse des indices boursiers", ces derniers mois, n'est pas étranger à ce rebond.

Quant à l'Europe, certes pénalisée par l'absence de touristes, surtout asiatiques, qui généraient la moitié du chiffre d'affaires du secteur, elle subit une baisse d'activité moindre qu'attendu, grâce à un retour de la clientèle locale. "Les Européens avaient en bonne partie déserté ce marché", mais cette année, cette tendance a été inversée, selon Arnaud Cadart.

"A la surprise générale, les marques se rendent compte qu'en stimulant la clientèle locale", en la séduisant notamment via les réseaux sociaux, "les Françaises, les Italiennes, les Espagnoles sont plus présentes qu'espéré" selon Erwan Rambourg.

"Il y a une très forte croissance de la clientèle locale, même si ces marchés restent tributaires du tourisme", analyse-t-il. Selon Thomas Chauvet, "le rebond de la demande locale ne compense cependant pas la perte des touristes".

Mais le secteur du luxe, assure Erwan Rambourg, devrait "rester dominé par les achats locaux pendant encore au moins un an".

Par Katell PRIGENT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.