×
76
Fashion Jobs
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
23 févr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mango ouvre son e-shop à d'autres marques "cohérentes" avec son offre

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
23 févr. 2021

La plateforme de vente en ligne de Mango proposera bientôt d’autres marques. À partir du printemps prochain, le catalogue en ligne de la griffe de Barcelone sera étendu à des catégories de produits complémentaires. Le deuxième groupe de mode d’Espagne dispose des ressources technologiques nécessaires pour convertir sa boutique en ligne monomarque en marketplace.


Boutique Mango à Barcelone - Mango


"Notre objectif n’est pas de devenir une marketplace multimarques massive, mais de développer notre offre commerciale en partenariat avec des marques cohérentes avec notre positionnement", résume Elena Carasso, directrice du digital et de la clientèle chez Mango. L’entreprise veut proposer à ses clients "de nouveaux produits répondant à leurs besoins".

Suite aux travaux de développement et d’adaptation de ses plateformes, Mango a conclu un accord avec le label Intimissimi, qui fait partie du groupe italien Calzedonia. Portant sur trois ans, ce partenariat prévoit la distribution d’une large sélection d’articles de la marque de lingerie sur la boutique en ligne de Mango. Pour commencer, le lancement n’aura lieu que dans six pays: l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Portugal et la France. Mais l’objectif de la chaîne espagnole est de développer graduellement ce service, qui suppose d’ajouter des produits au catalogue de Mango sur tous les marchés où elle opère sans que l’enseigne ne contrôle directement le stock des marques avec lesquelles elle travaille.

"L’écosystème technologique qui s’est développé ces derniers mois pour pouvoir commercialiser les collections d’Intimissimi va nous permettre de créer des synergies avec de nouvelles marques en accédant à leurs propres produits et à leur stock", poursuit Elena Carasso. L’intention de Mango, précise-t-elle, est de continuer "à analyser de nouvelles opportunités de création de valeur". Elle souligne la nécessité d’une sélection "extrêmement soignée", cohérente avec l’image de la griffe espagnole.

En Espagne, l’union fait la force



Au cours des derniers mois, les conséquences de la pandémie ont conduit de nombreux commerces à lutter pour leur survie. Et les sociétés espagnoles ne dissimulent pas leur intérêt pour les marketplaces: en avril 2020, El Ganso est devenue la pionnière du mouvement en lançant sa propre plateforme, suivie en septembre dernier du groupe Tendam, annonçant l’évolution de sa boutique en ligne vers un format multimarques. En début d’année, c’est Scalpers qui s’est manifestée à son tour, révélant qu’elle proposera même des marques d’alimentation "gourmet" dans sa sélection.

De son côté, Mango a profité des mois de fermetures et de restrictions pour mettre l’accent sur certains aspects de son activité: la chaîne a diversifié son offre en faisant son entrée sur le segment de l’activewear et a lancé sa propre ligne de décoration. Elle a aussi réorganisé ses lignes de produits et intégré Violeta à ses collections femme. À partir du printemps, les boutiques européennes de l’enseigne commenceront à se doter d’une nouvelle image, plus méditerranéenne.

Du côté du web, la société peut se targuer de faire partie des pionnières en Espagne. Sa boutique en ligne a été lancée il y a déjà plus de 20 ans, et à la clôture de l’exercice 2019, le canal digital représentait 24% des ventes totales de la société avec 564 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pour 2021, Mango espère passer la barre symbolique du milliard d’euros de ventes en ligne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com