×
205
Fashion Jobs
GLOBUS
Buyer Menswear (w/m/d)
CDI · ZÜRICH
ESTÉE LAUDER
District Manager Sales 100% Switzerland
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Third Party Manufacturing Procurement Manager
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
HR Generalist Switzerland
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Product & Trade Marketing Executive - Luxury Brands
CDI · Zürich
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
District Manager Sales 60%
CDI · Zürich
HUGO BOSS
Junior Product Manager Textile Licenses (f/m/d)
CDI · Zug
HUGO BOSS
Brand Development Manager
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
HR Specialist 80%
CDI · Lachen
ESTÉE LAUDER
HR Generalist
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Trade Marketing & Visual Merchandizing Executive - Make up Brands
CDI · Zürich
HUGO BOSS
jr. Brand Manager Bodywear & Hosiery | Maternity Cover
CDI · Coldrerio
ESTÉE LAUDER
Procurement Manager Facility Management & Capex
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Logistics Business Excellence And Sustainability Senior Manager
CDI · Wollerau
HIGHSNOBIETY
Sales Assistant / Client Advisor (Zurich Airport - Pop-up Store) (f/m/d)
CDD · ZÜRICH
TOM TAILOR
Modeberater (M/W/D) Mit 15-20% Arbeitspensum Für Unseren Tom Tailor Outlet Store in Murgenthal
CDI · MURGENTHAL
ESTÉE LAUDER
Logistics Administration Specialist Scm
CDI · Lachen
ETAM LINGERIE
Hôte(Sse) de Vente Temps Partiel 8h
CDI · NYON
GLOBUS
Einsatzplaner:in/Workforce Management (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
VILEBREQUIN
un(e) Stagiaire Département Strategic Planning-Merchandising
Stage · PLAN-LES-OUATES
ESTÉE LAUDER
la Mer Sales Development Expert 100% Switzerland / Zürich
CDI · Zürich
Publié le
22 oct. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Matériaux: quelles évolutions durables dans les productions textiles et cuir ?

Publié le
22 oct. 2020

Dans son rapport 2020, Textile Exchange montre une stabilité dans les productions de polyester et coton, qui demeurent les matériaux stars de la filière. Mais le rapport montre également, au sein même de chaque type de matériaux, un renforcement de la part des productions adoptant des exigences sociales et/ou environnementales.


Textile Exchange



D’un point de vu global, les chiffres tirés de l’exercice 2019 montrent un marché dominé à 52,2% par le polyester, et à 23,3% par le coton. Si le premier renforce légèrement sa part de marché (+0,7 point), le second connait une légère contraction (-1,2 point) au profit des autres matériaux à base de plantes. Jute, fibre de coco, lin, sisal et autres pèsent ainsi désormais 5,9% du marché. 

Les polyamides affichent de leur côté des niveaux stables entre 2018 et 2019, représentant 5% du marché. De même que les autres fibres synthétiques, qui représentent toujours 5,7% de part de marché, avec dans les rangs les élasthannes recyclés (Roica, Lycra Ecomade, Sheiflex, Spanflex…) et acryliques recyclés (ex: Acrycycle) ou encore les élasthannes (ex: Lycra 162R) et polyuréthanes (ex: Susterra) produits à bases de matériaux naturels.

Stabilité également du côté des fibres cellulosiques. Celles-ci captaient l’an passé près de 6,5% de parts de marché. La viscose domine toujours largement ce domaine (79%), devant l'acétate (13%), le lyocell (4,3%) et le modal (2,8%). 

Du côté des fibres animales, le rapport chiffre par ailleurs à environ 1% la part de la laine de mouton, contre 0,05% pour les laines d’autres animaux. Auxquelles s’ajoutent les plumes (0,024% de part de marché) et la soie (0,001%).


Textile Exchange



Si le marché mondial des fibres a atteint les 111 millions de mégatonnes en 2019, et devrait atteindre les 146 millions en 2030 si la tendance devait se poursuivre, la production mondiale de cuir s’établirait quant à elle autour de 7 millions de mégatonnes.

Virage progressif vers des matériaux recyclés ou naturels



Le rapport est aussi l’occasion pour Textile Exchange de se pencher sur la place de ce que l’organisme désigne comme les “Preferred Materials”. Des matières dont la production a intégré des engagements sociaux ou environnementaux. De 2013 à 2019, la part de la production de coton vierge correspondant est ainsi passée de 5 à 25 % de la production totale de coton, pour atteindre 6,4 millions de mégatonnes sur un total de 25,7 millions. Se pose naturellement la question du coton recyclé, qui reste pour l’heure marginal dans la filière. La fondation Ellen MacArthur estimait récemment que seul 1 % des vêtements sont pour l’heure recyclés, au niveau mondial.

Du côté de la fibre-reine, le polyester recyclé représentait l’an passé 14% des 57,7 millions de mégatonnes de polyester produit. Soit une progression de 5 points sur la décennie écoulée, malgré un fléchissement en 2018. “La principale raison du déclin en 2018 était l'interdiction d'exporter différents types de déchets solides, y compris bouteilles en plastique et déchets textiles en polyester, vers la Chine”, explique Textile Exchange. “Les prix des polyesters recyclés ont augmenté en réaction à l'interdiction. En raison de l'interdiction, une grande partie des déchets ont été envoyés dans d'autres pays, tels que la Malaisie, le Vietnam et la Thaïlande”.


Textile Exchange


Du côté des polyesters à base naturelle, Textile Exchange évalue leur part de marché à moins de 1% de l’ensemble de la production de polyesters. Ce qui n’empêche pas une mobilisation des industriels dans ce domaine, comme en témoignent le rapprochement de Gevo et Toray, la gamme Sorona de Dupont, la démonstration inaugurée par Avantium en 2019, le Lycra T400, ou encore le BioformPX de Virent.

Du côté des polyamides, il resterait difficile d’estimer la part des matériaux recyclés dans la filière. Textile Exchange pointe qu’aucune donnée fiable sur le sujet n’est aujourd’hui rendue publique. Mais, les polyamides étant encore plus complexes à recycler que le polyester, la part des polyamides recyclés sur leur marché serait inférieure à celle des polyesters recyclés sur le leur. Soit moins de 1% du total des polyamides produits. Estimation similaire à celle établie pour les polyamides produits à base de matériaux naturels, sur lesquels se sont positionnés des industriels comme Cathay, Fulgar ou Kintra.


Textile Exchange



La laine n’échappe pas à ce virage progressif vers la RSE. Entre 2009 et 2017, le nombre de fermes s’étant engagé dans le Responsible Wool Standard (RWS) serait ainsi passé de 95 à 745. Selon Textile Exchange, bien que la laine organique reste pour l’heure “une niche”, cette offre est désormais “assez bien établie”, avec un peu moins de 1% de la production mondiale de laine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com