Milan mise sur une Fashion Week rajeunie, plus internationale et écolo

Après New York et Londres, c’est au tour de Milan de prendre le relais. La Semaine de la Mode dédiée aux collections féminines pour le printemps-été 2018, qui s’apprête à envahir la capitale lombarde du 20 au 25 septembre, affiche un programme intense, avec un calendrier dense et de multiples événements spéciaux.

Marco De Vincenzo, l'un des créateurs les plus applaudis à Milan - © PixelFormula

Signe de cette nouvelle énergie soufflant sur la capitale lombarde, les innombrables shows en « off » qui s’ajoutent au calendrier officiel et la myriade de marques étrangères ayant choisi Milan pour présenter leur collection, tels les labels chinois Angel Chen, Annakiki, Ricostru, l’Israélienne Daizy Shely, ainsi que les Japonais Mitsuru Nishizaki, avec sa griffe Ujoh, et Atsushi Nakashima.

A ces derniers s’ajoute le Coréen Younchan Chung, débutant sur les podiums milanais jeudi 21 avec son label unisex The-Sirius. Sans oublier, hors calendrier le samedi 23, la designer chinoise Xinyin Xu qui, après avoir défilé à New York, débarque en Europe avec sa marque « parentale » Vicky’z (Vicky Zhang) dédiée aux femmes et à leurs enfants.

Comme le souligne le président de la Chambre de la mode italienne, Carlo Capasa : « L’Italie est à nouveau au centre de la mode. Avec la Fashion Week de Milan, nous voulons devenir un pôle attractif pour la créativité et les acheteurs. Pour cela, nous voulons nous ouvrir davantage, en investissant sur l’internationalisation et multiplier les événements ».

Parmi les temps forts de cette Semaine milanaise, les débuts de trois nouveaux directeurs artistiques au sein de grandes maisons qui reviendront pour l’occasion sur le devant de la scène. Paul Surridge chez Roberto Cavalli le 22 et le couple Lucie et Luke Meier chez Jil Sander le lendemain.

Albino Teodoro effectue son come-back dans le calendrier milanais - maisonalbino.com

Autre retour attendu, celui du designer Albino D’Amato, qui ne défilait plus dans le calendrier officiel depuis le printemps-été 2012. A signaler aussi les débuts de Lavinia Biagiotti, qui recueille l’héritage de sa mère Laura Biagiotti, décédée en mai dernier, prenant la tête de la maison du même nom.

Il ne faudra pas rater non plus les tout premiers pas sur les podiums milanais, outre ceux du Coréen The-Sirius, du designer calabrais Nicola Brognano (27 ans), vainqueur du prix Who Is On Next ? en 2016, qui défilera le 22, et celui de Ssheena, label fondé par la Milanaise Sabrina Mandelli, qui clôturera la semaine, le lundi 25, par un show-événement en plein centre-ville sur la place du Duomo.

Une grande place sera offerte à la jeune création aussi à travers le « Fashion Hub Market », qui accueille 14 talents prometteurs cette saison. Cet espace-showroom est mis à disposition par la Chambre de la mode italienne, qui récompensera pour la première fois l’une de ces jeunes pousses en lui remettant un prix créé avec DHL le jeudi 21.

La Semaine sera ponctuée enfin par une kyrielle d’événements parallèles et de célébrations : les 100 ans de la Rinascente, les 50 ans de Pomellato, les 20 ans de direction créative d’Angela Missoni, pour n’en citer que quelques-uns.

La soirée la plus attendue sera sans conteste celle organisée le dimanche 24 septembre à la Scala pour les tout premiers Oscars de la mode durable, avec le prix « The Green Carpet Fashion Awards Italia », le concours pour jeunes designers écoresponsables créé par la Chambre de la mode italienne (CNMI) en partenariat avec l'agence de conseil britannique Eco-Age.


Elisabetta Franchi défilera cette saison hors calendrier

Au total, cette Semaine de la mode lombarde compte 159 collections avec 63 défilés officiels (contre 174 collections avec 70 défilés officiels en février dernier), auxquels s’ajoutent divers shows programmés dans la section événements, tels ceux de Maryling, John Richmond et Agnona. Sans oublier les défilés hors calendrier, dont ceux de Dolce & Gabbana le dimanche 24, d’Erika Cavallini, de Giada, etc.

Les organisateurs ont eu le plus grand mal en effet à satisfaire tout le monde, la journée de clôture du lundi ayant perdu de son éclat depuis que Giorgio Armani l’a délaissée au profit du vendredi. Résultat : petites marques et grandes maisons ont pris d’assaut les cinq premiers jours de la Fashion Week, certaines sortant du calendrier, comme Elisabetta Franchi, ou changeant de date et d’horaire à la dernière minute, telles Philosophy et Mila Schön.

Pas moins de 11 noms ne figurent plus au calendrier cette saison, notamment pour ces raisons, mais aussi pour d'autres motifs : Elisabetta Franchi, Rich, Fay, Wunderkind, Situationist, Xu Zhi, Leitmotiv, Diesel Black Gold, qui a opté pour un défilé mixte homme-femme en juin, Emporio Armani, qui a choisi Londres cette fois-ci pour célébrer sa boutique rénovée de Mayfair, Emilio Pucci, qui a préféré organiser une présentation suite au départ de son directeur créatif, Massimo Giorgetti, et Angelo Marani, dont le fondateur-créateur est décédé en début d’année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER