×
421
Fashion Jobs
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
HOLY FASHION GROUP
Marketing Manager (d/M/W)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Freight Planning Lead
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Global Sales B2B System Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Head of Logistics
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Talent Business Partner Emea
CDI · ZURICH
MAMMUT
HR Business Partner (All Genders, 80-100%)
CDI · SEON
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap sd/ le (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Joop Brand Controller (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
B2B E-Commerce Manager (Joop, Strellson, Windsor.) (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
(Junior) Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
SEA Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
Publié le
24 sept. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Milan surprend avec Gucci et Sportmax

Publié le
24 sept. 2022

Au troisième jour des défilés, vendredi, les couturiers ont rivalisé en audace à Milan, avec des collections pour le printemps-été 2023 curieuses et insolites. Deux maisons en particulier ont exploré la notion de l’altérité. Gucci s’est interrogée sur l’identité avec un défilé centré sur les jumeaux, tandis que Sportmax a travaillé sur les sensations et la manière dont elles transforment notre perception de l’autres.
 

La mode se dédouble avec Alessandro Michele - Gucci


Du titre de la collection "Twinsburg" au teaser du show, tout laissait pressentir le thème choisi cette saison par Alessandro Michele. Sommes-nous uniques ou différents, semblables ou opposés ? Qui est le double qui vit en moi ? Pour mettre en scène ce thème, le directeur artistique de la marque au double G a imaginé un double défilé.

Le podium est installé dans une salle en forme de boîte grillagée métallique sombre recouverte de portraits, chacun multiplié par deux, voire par trois. De l’autre côté de la longue paroi qui se dresse face du public, on devine un espace clone, où se déroule un défilé parallèle. La surprise arrive à la fin, lorsque l’enfilade de portraits se soulève, tel un rideau, laissant apparaître exactement le même décor, les invités se faisant face comme dans un miroir.

C’est donc à la fin du défilé que commence le vrai show, chaque mannequin rejoignant son jumeau, habillé exactement de la même manière, et se prenant par la main, ils parcourent à nouveau le podium, marchant à la même cadence, exactement comme si l’un n’était que le reflet de l’autre et créant ainsi une sensation troublante. Sont-ils deux ou longent-ils un miroir ?
 
Ce double défilé, qui réunit 68 paires de jumeaux dont 50 féminines et 18 masculines, est l’occasion pour le créateur d’enrichir la garde-robe de Gucci pour l’emmener vers de nouveaux territoires. Ainsi, les classiques costumes masculins s’encanaillent avec des jambes de pantalon découpées et retenues en porte-jarretelle à un très chic slip à logo Gucci. Ailleurs, de drôles de salopettes en jean sont barrés du slogan italien "Fuori !!!" (ce qui signifie "Dehors", mais aussi "déjanté").
 
Clé à molette et boulons sont les nouveaux imprimés à la mode. Alessandro Michele s’amuse aussi avec les contrastes. Les robes à volants sont associées à des collants léopard et des bottes en lézard. Les blazers étincelants de cristaux à des pantalons en tweed à gros carreaux. Une veine orientale traverse également la collection, de la robe chinoise Qipao à la blouse kimono dorée, en passant par les parures perlées de danseuses du ventre. Sans oublier les accessoires avec ces peluches-sacs et cette série de lunettes, qui pleurent en fines chaînes métalliques ou ses rivières de perles dégoulinant des oreilles.
 

La mode dégoulinante du label - Sportmax


La même sensation d’étrangeté se poursuit chez Sportmax, qui a pris comme point de départ les expériences menées dans les années 1920 pour comprendre quelles étaient les formes des sons. Le concept est élargi et aboutit à une collection intrigante, centrée autour des sensations visuelles et tactiles.
 
Les vêtements sont déconstruits, parfois comme défaits, à l’image des premiers looks, patchworks de robes-nuisettes en satin aux bretelles tombantes dévoilant les dessous en lingerie fine. Des étoffes chatoyantes sont assemblées ou drapées à la va-vite pour confectionner de longues jupes ou robes à traîne. Elles sont droites sur le devant et bouffantes sur l’arrière.
 
Des jupes tournantes à bord franc naissent de superpositions, façon millefeuilles. Parfois le tissu dépasse comme une aile le long du bras. Tout coule et dégouline, comme ces manches qui pendent le long du corps ou ces maxi jupes qui se dilatent au sol. Les costumes masculins sont trop grands, le pantalon tirebouchonnant sur les chevilles.
 
Les filles chaussent de maxi cuissardes en satin doré, oscillant entre esprit hippie, glamour et futuriste. Des tissus brillants ou des tricots hyper moulants en vinyle ajoutent à la gamme des sensations, tout comme le jeu des couleurs, des pastel aux teintes acidulées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com