×
Par
AFP
Publié le
7 oct. 2005
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode de l'été 2006 : Chanel vise la jeunesse éternelle

Par
AFP
Publié le
7 oct. 2005

PARIS, 7 oct 2005 (AFP) - En choisissant pour thème de collection "Coco rencontre James Dean", décédé à l'âge de 24 ans il y a cinquante ans, la maison Chanel, qui présentait vendredi sa collection pour le printemps-été 2006, a résumé ses ambitions : rester un mythe et symboliser la jeunesse éternelle.


Une création de Karl Lagerfeld pour Chanel défile le 7 octobre 2005 à Paris - Photo : François Guillot

"Un défilé de notre époque", a résumé Karl Lagerfeld à l'issue de la présentation qui avait lieu sous la nef du Grand Palais, un lieu que le couturier "adore", en présence de Bernadette Chirac et des actrices Virginie Ledoyen et Anna Mouglalis.

Les codes de la maison sont au rendez-vous des tweeds aux colliers de perles et aux camélias que Karl Lagerfeld continue de décliner depuis plus de vingt ans.


Une création de Karl Lagerfeld pour Chanel défile le 7 octobre 2005 à Paris - Photo : François Guillot

Cette saison, le pied de coq géant vient jouer les trouble-fêtes au milieu de tweeds chinés noir et blanc plus "classiques", ainsi que des tons pistache ou framboise. La silhouette s'accommode des bermudas collés à la cuisse surtout en jean bleu, évoquant comme les blousons en cuir usé l'acteur américain.

La surprise de la saison se niche dans des imprimés graphiques multicolores peu coutumiers de la griffe. Karl Lagerfeld a laissé également passer un côté rock star, avec des étoiles en strass cloutées sur du cuir ou des camélias géants en trois dimensions sur une jupe courte en lurex cuivré.

Après l'irrévérence, la référence : les petites robes noires, signature de Mademoiselle, défilent au garde-à-vous, jouant à la fois la transparence grâce à la mousseline et les dentelles ou l'opacité avec des broderies ton sur ton. Le blanc, alternative au noir, se veut immaculé.

Comme c'est le cas depuis plusieurs saisons, les hommes pourront s'habiller en Chanel, la griffe leur faisant quelques "propositions de vêtements" à leur taille.


Un modèle de Sonia Rykiel le 7 octobre 2005 à Paris Photo : François Guillot

Sonia Rykiel sait mieux que personne faire vivre et revivre la Parisienne. Des boucles Tour Eiffel aux oreilles, la femme Rykiel est pétillante en noir, sa couleur fétiche, en rouge pour la passion, en strass, pour l'éclat.

Le perfecto en coton froissé lui donne à peine un air de garçon manqué car ce qu'elle préfère c'est la robe, débardeur oversized à rayures, cache-coeur en tulle bicolore, ou baby-doll à volants.

Le soir, elle sort en tulle ou en satin de soie bleu, rouge, fuchsia, noir. Elle en jette dans une robe-trench en taffetas rose pâle.

Giambattista Valli est un garçon rusé. L'ancien directeur artistique du prêt-à-porter Emanuel Ungaro, qui présentait sa deuxième collection personnelle, cible sa clientèle: mères et filles de très bonne famille qui veulent des robes à rêver. Alors il multiplie les allusions à la couture entre grands noeuds, effets de soufflé, de drapés etc, le tout dans des matières luxueuses, cachemire, shantung, radzimir.

La Grecque Sophia Kokosolaki n'oublie pas ses origines. Les drapés sont un de ses terrains de jeu favori pour des petites robes de vestales travaillées avec délicatesse. Les spencers également se parent de plissés dans le bas. La créatrice sait aussi s'exprimer sur des jersey fluides et des plissés très féminins.

En fin de journée, Christian Lacroix défilera à l'Ecole nationale des Beaux-Arts, suivi par le Belge Martin Margiela et le Britannique Alexander Mc Queen.

Par Dominique AGEORGES

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.