×
Publié le
17 mai 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode et luxe: la maîtrise technologique de la chaîne d'approvisionnement devient essentielle

Publié le
17 mai 2022

L’industrie du luxe et de la mode se trouve bousculée depuis plus de deux ans par une série de crises. Différents facteurs conjoncturels, mais aussi structurels, avec la nécessité de s’orienter vers un développement durable, obligent les maisons à revoir le fonctionnement de leur chaîne d’approvisionnement, devenue le nouveau nerf de la guerre. Pour maîtriser cet écosystème, elles ont de plus en plus recours au digital et aux nouvelles technologies. Tour d’horizon.


Loro Piana est passé à une planification digitale de sa chaîne productive. Ici, le processus d'impression - © Loro Piana


Aujourd’hui, l’industrie doit faire front à une cascade de problèmes et de turbulences, qui sont en train de rendre le système beaucoup plus instable, surtout en amont de la filière. Alors que le marché s’engageait sur la voie de la reprise post-pandémie, sont survenues des difficultés d’approvisionnement. L’explosion de la demande, après deux ans de baisse continue qui avait notablement ralenti la chaîne d’approvisionnement, a engendré une pénurie des matières premières.

La situation s’est accentuée avec les confinements de masse en Chine, liés à une recrudescence de cas de Covid, qui ont bloqué certaines productions et le port de Shanghai freinant le transport des marchandises.

A cela se sont ajoutées l’inflation et la hausse des prix de l’énergie, ainsi que la guerre en Ukraine, qui a exacerbé les tensions sur les marchés et les difficultés quant à l’approvisionnement énergétique. Tous ces éléments ont produit ce que certains pays définissent "une tempête parfaite", qui est en train de remettre en cause l’actuel modèle d’approvisionnement de la mode et sa logique de flux tendus en logistique.

"Ce modèle est désormais rediscuté et l’on revient à ce qui auparavant était considéré comme obsolète, à savoir la capacité d'anticiper le plus possible les exigences du marché avec des commande de matières largement en amont. Le secteur est même en train de réfléchir sur le potentiel rapatriement d’une partie de la chaîne de production en Italie et en Europe", indique Claudio Marenzi, le PDG d’Herno, entreprise spécialisée dans les pièces à manches, et président de l’organisateur de salons Pitti Immagine.

Claudio Marenzi n’a pas attendu la crise pour revoir son approche de la production. Ecoresponsable avant l’heure, il a orienté son entreprise dans une démarche de développement durable il y a quelques années déjà, s’appuyant sur l’innovation technologique. Il a notamment créé en 2020 avec Andrea Ruscica, de la société de conseil high tech Altea Federation, la start-up BeSight pour offrir des solutions technologiques aux PME de la mode. A l’instar de la marque de chaussures Panchic, lancée en 2010 par Leonardo Dal Bello, que BeSight a aidé sur le versant de la traçabilité.

"En insérant un tag RFID dans nos chaussures en phase de production, nous parvenons à gérer tous les mouvements logistiques et nous sommes plus efficaces. Nous avons survécu à la pandémie grâce à notre chaîne de production", estime Leonardo Dal Bello à l’occasion du e-P Summit, le forum dédié à mode et technologie organisé à Florence début mai par Pitti Immagine.


Claudio Marenzi lors du e-P Summit à Florence - @ Lucia Sabatelli


Herno a mis en place un système similaire. "La RFID permet d’avoir une vision totale. Le défi est de remonter toujours plus haut dans la filière, en traçant autant que possible aussi les mouvements des matières premières. L’entreprise doit savoir, en effet, à quel moment précis le produit arrivera sur le marché afin de coordonner distribution et campagne de lancement", note Claudio Marenzi.

"L’imprécision n’est plus tolérée à l’ère du digital. Lorsque le client cherche ledit produit, il doit le trouver. Tout cela nécessite une programmation énorme et un engagement économique incroyable entre l’ingénierie, les coûts des matières premières et des organisations toujours plus complexes" poursuit-il. "Les coûts ont tellement augmenté que le seuil de l’engagement financier minimum, indispensable juste pour faire tourner l’entreprise, s’élève toujours plus, rendant le business prohibitif pour les marques les plus petites", constate l'entrepreneur.

"Paradoxalement, j’ai ressenti beaucoup plus de difficultés cette année que pendant les deux ans précédents. Avec la guerre en Ukraine, j’ai dû suspendre énormément de commandes en Russie, l’un de mes marchés principaux. Si le digital nous a beaucoup aidé, surtout pour vendre au bout du monde sans nous déplacer, la campagne de vente n'en a pas moins été épuisante, car il nous a fallu être vigilants sur tous les points", glisse Andrea Pilato Barrara, fondateur et patron du petit label de doudounes Bacon, distribué entre autres aux Galeries Lafayette.

Cette complexité devenue le "new normal" a poussé plusieurs maisons a accéléré leur transformation digitale dans les process industriels. C’est le cas de Loro Piana, qui s’est s’allié avec le groupe SedApta, spécialisé en solutions logicielles pour optimiser les chaînes d’approvisionnement. "Nous en étions encore à une planification très manuelle avec Excel. Nous cherchions un logiciel qui nous permette d’aligner toutes les fonctions de l’entreprise afin de gérer les différentes demandes commerciales, la gestion des stocks, etc., nous donnant la possibilité d’analyser les goulots d'étranglement", explique Michele Taranzano, chef de la planification pour la division biens de luxe de la maison textile haut de gamme du groupe LVMH.

"Vu que nous produisons tout en Italie, nous avons des limites de capacité de production, d’autant que nos matières premières sont très rares. D’où l’importance d’avoir un outil qui puisse nous permettre de connaître l’état d’avancement des processus (...)", précise-t-il.

Loro Piana a impliqué dans cette transition technologique ses différents départements  ainsi que ses fournisseurs internes et externes. "Cela nous a donné une grande flexibilité. Maintenant, on peut jouer avec différents scénarios pour résoudre les demandes à travers un plan de capacité défini en termes de fournisseurs, matières premières et façon. Nous pouvons ainsi répondre à des demandes spécifiques en une demi-journée, alors qu’avant cela nous prenait plusieurs jours pour nous faire une idée et confirmer une commande", note Michele Taranzano.

Désormais la planification de la production et la politique et gestion des achats se parlent grâce à un même outil chez Loro Piana. En y intégrant les sous-traitants, l'entreprise n'a plus besoin non plus de passer des heures au téléphone à leur expliquer les plans.


La plateforme Kubix Link de Lectra offre aux marques une approche digitale multidimensionnelle - lectra.com


Différentes sociétés high-tech offrent des solutions ciblées et de plus en plus pointues pour les marques de mode. Pinko, comme d'autres labels, s’est par exemple associée à Lectra, adoptant sa plateforme cloud Kubix Link, qui grâce à des fonctionnalités intelligentes et intuitives, l’aide à optimiser au mieux sa production. Le système conjugue, en effet, les fonctions de PLM (Product Lifecycle Management), de PIM (Product Information Management) et de DAM (Digital Asset Management). "Cela nous a permis de clarifier les tâches et les urgences en ayant un meilleur contrôle et une amélioration des processus de production", expose Marco Ruffa, directeur de la transformation digitale de la marque italienne.

"Par exemple, nous sommes de plus en plus distribués sur les grandes marketplaces internationales et nous dialoguons toujours plus avec les e-tailers, qui nous demandent des personnalisations en termes de langues, présentations et informations sur les produits. Cet outil permet de faire confluer toutes les informations pour les publier sur les différents sites", détaille le manager.

Pinko a aussi utilisé Retviews, l’analyste de données de Lectra, pour gérer son positionnement prix sur le marché russe ces trois derniers mois. "En quelques mois, il y a eu d’importants changements de prix. Retviews nous a consenti de contrôler les prix appliqués par les e-tailers et de faire des analyses très réactives pour maintenir notre niveau de compétitivité", conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com